Accueil > Musique > 2010 > Gonjasufi - A Sufi & A Killer

Gonjasufi - A Sufi & A Killer

samedi 6 mars 2010, par Laurent

Razzia rasta


« I wish I was a sheep instead of a lion », chante Gonjasufi sur la plus belle plage de son premier album. On va le contredire d’entrée de jeu : avec l’ovni qu’il vient de signer, ce rasta laineux – en arabe, ‘sufi’ veut dire ‘laine‘ – n’est pas près d’entrer dans un troupeau de moutons. Gonjasufi, kezako ? Derrière cet improbable pseudonyme se cache un homme aux atours tout aussi peu avenants : allure défoncée, voix embrumée, idées radicales. Il en faut plus pour effrayer les petits gars de chez Warp, enclins comme on le sait à cultiver la différence et placer l’autisme créatif sous les projecteurs. Celui qu’on appelle Sumach Ecks dans le civil a donc bénéficié d’un solide pied à l’étrier, et il faudrait être sacrément dur de la feuille (de ganja) pour imaginer un instant l’esquisse d’un piston. Parce que le type a un fameux coup de pinceau. Partageant l’esprit chercheur, voire frondeur, de nombre de ses frères d’écurie, il s’en faudrait même de peu qu’il ne leur dame carrément le pion.

Adepte d’un blues crasseux comme le pratiqueraient les chanteurs de rue de l’Amérique fauchée, Gonjasufi y incorpore un nombre incalculable d’éléments qui dénotent une culture musicale polymorphe et un héritage cosmopolite. Ainsi, d’une plage à l’autre, on passe aussi aisément d’une ambient éthérée à un funk vicelard que du punk new-yorkais aux lampions de Bollywood. Il faut l’entendre pour la croire, cette musique qui doit autant au rock garage qu’à l’abstract hip-hop, empruntant ici un beat arabisant à DJ Muggs (Ancestors), ailleurs la corde éraillée mais sensible de feu Jay Reatard (She Gone), piquant un riff aux Stooges (Suzie Q) ou pillant – comme tout le monde – la science du groove d’Isaac Hayes (Change). Le plus incroyable étant que toutes les influences précitées sont totalement digérées et s’intègrent à la perfection à l’univers sonique de Gonjasufi, si atypique qu’il en devient, paradoxalement, ultracodifié.

À l’occasion, le yogi de Mojave – s’il faut en croire la mythologie naissante autour de ses origines – troque même son chant asthmatique contre un flow old skool (Klowds, classe comme un bon Mos Def), mais globalement son timbre est à situer quelque part entre la nonchalance d’un Horace Andy sous Xanax, la rugosité débonnaire de Seasick Steve et la grâce d’un Devendra barbon. L’année dernière déjà, Honkeyfinger avait tenté, et échoué à produire ce genre de disque total, où la fièvre du blues de Jon Spencer le disputerait à l’insanité mentale des fondamentalistes de la lo-fi. Non seulement Gonjasufi y parvient, mais il adjoint en sus l’intransigeance rythmique de Clinic et la force de persuasion martiale du Wu-Tang Clan. Incroyable, qu’on disait.

Prenant à la lettre l’adage selon lequel « il faut de tout pour faire un monde », Sumach construit donc le sien en réalisant, avec quelques complices bien choisis – Flying Lotus était derrière la console pour l’enregistrement de certains morceaux – un hold-up monumental. Dès lors, le bémol coule de source : voulant – à tout prix ? – embrasser un éventail stylistique trop large, le bonhomme se disperse inévitablement. Et 19 titres, même en moins d’une heure, ça laisse des traces. On ne va pas se priver de béer pour autant face à la razzia rasta, qui rend vaine toute tentative descriptive. Au fond, l’album se résume à l’antinomie de son titre. Le soufisme est ce courant philosophique et mystique de l’Islam qui prône une forme d’extase collective. En nous y conviant de si magistrale façon, Gonjasufi perpètre une véritable tuerie.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

2 Messages

  • The Black Keys - El Camino

    Autoradio
    Au fond, peut-être que Dan Auerbach et Patrick Carney ont lu notre critique de “Brothers” et qu’ils ont tenté de suivre à la lettre le conseil qu’on leur glissait à demi-mots : faire plus court et plus pop. On reprochait à leur précédente galette de contenir un tube énorme qui, comme par hasard, était le seul morceau produit par Danger Mouse ; ce coup-ci, Brian Burton est crédité à la composition de tous les titres, officiellement promu au rang de troisième membre du duo. On déplorait le fait (...)

  • Tinariwen - Tassili

    On avance
    Avancer dans le désert avant que le désert n’avance sur toi. À ce stade d’un parcours où sa vision du blues ne semble pas avoir dévié d’un grain de sable, Tinariwen continue pourtant d’aller de l’avant. Et jamais le groupe touareg n’a été plus fascinant, jamais sa musique n’a atteint d’aussi hautes dunes de beauté hypnotique. Reconnus aujourd’hui comme citoyens maliens par un gouvernement qu’ils ont affronté, des années durant, avec leurs guitares pour armes de poing, ils poursuivent cependant (...)

  • Charles Bradley - No Time for Dreaming

    Fièvre et langueur
    Les Dap-Kings sont vraisemblablement à la musique soul ce que Jon Spencer est au rock’n’roll : d’irréductibles résistants qui ont toujours su entretenir la flamme sacrée du genre bien avant qu’il ne revienne en odeur de sainteté, quitte à s’inscrire en porte-à-faux des goûts du jour, jouer les essuyeurs de plâtre pour ne récolter, au final, qu’un maigre salaire pour leur fidélité – l’essentiel des ressources ayant été partagées entre-temps par une oligarchie d’arrivistes mieux sapés, (...)

  • Cee Lo Green - The Lady Killer

    Crac-boum-hue
    Ne soyons pas bégueules : Fuck You, le gros carton de la rentrée, est un des meilleurs singles de l’année. Beaucoup moins niais que le tube du même nom chanté par Lily Allen, nettement plus chaleureux que l’invective lancée auparavant par Archive, le majeur tendu de Cee Lo Green possède l’élégance des grands classiques Stax et chercher à y résister relèverait de la pire mauvaise foi. Ce qui, en revanche, ne manquera pas d’alimenter le moulin des esprits chagrins, c’est que la version (...)