Accueil > Musique > 2010 > Kramies - Castle Of Ghosts

Kramies - Castle Of Ghosts

dimanche 28 mars 2010, par Marc

Bâillement salutaire


Alors qu’il n’y a pas si longtemps, faire des découvertes était possible mais pas toujours facile, il faut maintenant une solide dose de patience pour faire le tri dans le flot continu des suggestions. C’est complètement par hasard que cet album s’est présenté à moi, mais ce n’est pas le même hasard si je m’y suis repenché.

Peut-on trouver du charme à de l’anodin ? La quasi certitude que ça va rester confidentiel le rend de toute façon sympathique, parce qu’on peut l’écouter avec une vraie oreille neuve, et qu’il ne fera sans doute jamais partie de la musique subie.

La mollesse générale qui s’en dégage n’est pas désagréable, mais condamne à une écoute distraite. Ou alors est-ce mon état d’esprit qui entre par intermittence (ça n’a pas été le cas à chaque fois) en résonance avec cet album. Tout semble un peu fatigué, comme du rock qui voudrait prendre une pause, et cette sensation de spleen a parfois fait mouche chez moi. Castle Of Ghosts est à cet égard exemplaire. C’est sur la longueur que transpire la langueur, par petits pas successifs.

Les ingrédients de ce rock un peu planant ? Une bourdonnante basse qui martèle, parfois un clavier qui n’aurait pas paru déplacé sur le Disintegration de Cure (Castle Of Ghosts) et des traces de ce que les plus optimistes de nature rattacheront à Mercury Rev. Dans le genre des pas de genres ou d’un genre à eux seuls, il y a Destroyer (surtout sur The Manor and The Fountain ou Castle Of Ghosts).

Evidemment, tout n’arrive pas ainsi à séduire, ainsi il me semble presque inutile de ralentir le tempo alors que le spleen est déjà tellement présent au mid-tempo. Je baille donc sur Systems Flow. Pour les mêmes raisons, une boîte à rythmes n’apporte que peu à Mime. Mais au moins évite-on un album reposant sur un seul principe au prix d’une seconde partie moins emballante.

La musique est faite aussi d’évocations, d’états d’esprit. Et si la mélancolie tenace, l’ironie ou l’euphorie sont souvent représentées, la fatigue n’est que rarement évoquée. Je doute que Kramies avait ça en tête au moment d’enregistrer son album, mais le spleen non forcé, la maitrise de l’intensité sans vouloir émouvoir à tout prix donne un Castle Of Ghosts parfois attachant dans son détachement, même si l’oubli est la sentence probable.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)