Accueil du site > Musique > 2010 > Babybird - Ex-Maniac

Babybird - Ex-Maniac

samedi 13 mars 2010, par Laurent

Excès de glucose


Aujourd’hui, dans notre rubrique « Que sont-ils devenus ? », gros plan sur Babybird. Rares sans doute sont ceux sui se vanteront d’entretenir un souvenir précis de l’individu. Né Stephen Jones quelque part en Albion il y a une quarantaine d’années, il a pourtant été – à l’époque où la britpop avait pignon sur rue et où l’expression ‘lo-fi’ représentait un summum de branchitude – un artiste hors normes. Réputé avoir enregistré, chez lui, des centaines de vignettes pop-rock sur huit, quatre ou deux-pistes, il en publiait un album par trimestre et ça épatait la galerie. Jusqu’à ce jour de 1996 où, après avoir visité un studio, il sortait un "premier" album en tant que groupe ; une œuvre beaucoup plus léchée, avec des titres réenregistrés dans des versions moins candides (Cornershop), des nouveautés fort orientées vers le rayon sucreries (le gros tube qui tache You’re Gorgeous) et au moins un chef-d’œuvre (Atomic Soda, qui file toujours la chair de poule quinze ans après). Les orthodoxes ont hurlé à la trahison, mais Babybird a survécu au pilori et publié deux autres disques inégaux. S’ensuivit un concert programmé aux Nuits du Botanique, et annulé à la dernière minute : la groupe avait splitté, Jones retourna dans sa chambre et disparut des radars.

Il redonnait de ses nouvelles il y a quatre ans avec un album que personne ne s’est donné la peine d’écouter. Le monde avait changé, le rock avait muté, Damon Albarn s’était transformé en dessin animé, Jarvis Cocker en dandy pas drôle et les frères Gallagher en caricatures d’eux-mêmes. Aussi, en 2010, pourquoi parler encore de Babybird sinon pour raviver une nostalgie prétendument cathartique ? Pour au moins une bonne raison : c’est que ce monsieur sait écrire des chansons. Le problème, malheureusement, c’est qu’il continue à les fringuer en trench coat et jeans ample alors qu’on est depuis longtemps (re)passé qui au survêt fluo, qui au slim en cuir. Bref, écouter Babybird aujourd’hui est aussi hors propos qu’aller à un concert de David Gilmour ou acheter le dernier Mark Knopfler. C’est plus comme avant.

Il n’empêche que la délicatesse de Black Flowers effleure parfois sa cible – le cœur – et qu’il se passe un petit quelque chose sur le refrain de Drug Time. On peut souligner aussi la construction limpide de Like Them, en tous points irréprochables à défaut de proposer quoi que ce soit d’original. De même, les cuivres mariachi d’On the Backseat of Your Car rappellent combien Jones sait se montrer efficace quand il s’agit de chanter la solitude ou le dégoût de soi. Les textes dévient d’ailleurs peu de ces motifs et Unloveable en constitue un des parangons. Pour la petite histoire, la guitare qui s’y faufile comme un ami venu vous taper sur l’épaule se surprend à reconnaître Johnny Depp à l’autre bout du médiator. Ceux qui étaient ados dans les années 90 tempéreront toutefois l’étonnement en se souvenant que Johnny aux mains d’argent, manifestement fan de Babybird au point de lui réaliser un clip, a fait partie des anecdotiques P. Le morceau figure en tout cas parmi les relatives réussites d’"Ex Maniac", à ranger à côté des plaisirs coupables pour ses « sha na na » d’un autre temps.

Ce genre de virée passéiste ne saurait cependant captiver sur la durée d’un album. L’excès de glucose menace franchement Failed Suicide Club ou Bastard – tiens, des « sha na na » – de surcharge pondérale ; or on aimerait tant voir Jones se réessayer à l’exercice monochrome du ‘less is more’. Comme un gosse dans un magasin de jouets, il persiste au contraire à tout sortir des étalages et s’obstine à ne rien ranger. Pour un oisillon, il devient dès lors plutôt pachydermique. On ne saurait dire si "Ex-Maniac" est incapable de rivaliser avec son plus ou moins glorieux passé ou si, malgré un talent intact, c’est son anachronisme qui le rend moins aimable. Unloveable ? On n’ira pas jusque là, car il y a des choses à chérir ici. Mais pour un ancien maniaque, on n’aurait pas imaginé Babybird produire quelque chose d’aussi imparfait.

Article écrit par Laurent

Share on Facebook

Répondre à cet article

7 Messages de forum

  • Babybird - Ex-Maniac 15 mars 2010 13:10, par Mmarsupilami

    Ben, moi, Laurent, je suis dans les "rares".
    C’était même plutôt un excellent souvenir quand ce gars a déboulé...
    Alors, fatalement, un peu anxieux à l’idée de replonger. D’autant que je pressens que, bien entendu, tu as raison...
    Ce n’est pas donné à tout le monde d’être et d’avoir été... _ ;-)

    Répondre à ce message

    • Babybird - Ex-Maniac 15 mars 2010 13:47, par Marc

      Pareil, je suis aussi de cette minorité. Je nous soupçonne d’ailleurs d’être de la même génération... Baby Bird avait en effet beaucoup intrigué, beaucoup promis, avec une facilité déclarée pour écrire et composée. Il n’a pas tenu sa promesse fanfaronne (tiens, ça me rappelle quelqu’un...)

      Ceci dit, c’est marrant, je viens de redébusquer une artiste de l’époque. Mais patience, ça sera pour demain..

      Répondre à ce message

      • Babybird - Ex-Maniac 15 mars 2010 14:09, par Mmarsupilami

        Suspense insupportable ! _ :-DD

        Répondre à ce message

        • Babybird - Ex-Maniac 15 mars 2010 19:08, par Laurent

          L’autre-qui-n’a-pas-tenu-sa-promesse-fanfaronne-et-je-vois-très-bien-de-qui-tu-veux-parler se serait par ailleurs rétracté en annonçant que c’était plus une blague qu’autre chose. Cela dit, j’aimerais avoir davantage de temps pour pouvoir me replonger dans la discographie "première époque" de Babybird car, honte à moi, à l’époque j’avais loué ses fameux disques trimestriels, quand j’avais fait l’acquisition physique de ses disques léchés. Et vu que mon lecteur de cassettes audio a rendu l’âme, je n’ai plus qu’un souvenir vague (mais optimiste) de ses enregistrements lo-fi.

          Sinon, pour l’autre-artiste-de-cette-génération-dont-la-critique-arrive-et-je-sais-aussi-de-qui-tu-parles, j’avoue ne pas en attendre grand-chose, mais j’espère être surpris.

          Décidément, il faudra un jour s’atteler à cette anthologie des années 90 alternatives. Juste pour le plaisir régressif.

          Répondre à ce message

          • Babybird - Ex-Maniac 16 mars 2010 10:33, par Marc

            Ecorner gratuitement qui-on-sait-et-qui-se-la-joue-un-peu, c’est juste en passant, on ne peut pas décemment penser un tel défi réalisable. Mais dans les concours d’intentions, "je compose super facilement" est le pendant d’"on est le plus grand groupe du monde", la blague favorite d’Oasis reprise par plein de groupes anglais et un peu tombée en désuétude.

            C’est vrai qu’il faudra aborder frontalement cette private-joke de trentenaires qui consiste à exhumer ses emprunts médiathèque des années ’90. Malheureusement, j’ai liquidé toutes mes cassettes lors d’un déménagement précédent. Mais j’ai un souvenir précis (voir des cd’s) de Delicatessen, Strangelove, Gene ou Soul Coughing... (ouille, c’est sorti tout seul)

            Répondre à ce message

            • Babybird - Ex-Maniac 16 mars 2010 20:02, par Laurent

              J’adore cette remarque :

              ""Mais dans les concours d’intentions, "je compose super facilement" est le pendant d’"on est le plus grand groupe du monde", la blague favorite d’Oasis...""

              Excellente réflexion.

              Sinon, en dehors de Jeunet, jamais entendu parler de Delicatessen. Attention je vais éternuer : RentalsDodgyMorphinetchoum ! Je me sens vraiment vieux con, d’un coup.

              Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0