Accueil > Musique > 2010 > Caribou - Swim

Caribou - Swim

mardi 20 avril 2010, par Marc, Seb

Revirement


Les artistes qui tracent leur chemin, qui suivent leur propre évolution et leurs envies, on aime bien ça et on peut dire que Dan Snaith est de ceux-là. Il nous revient avec son groupe Caribou trois ans déjà après que le fort réussi Andorra nous ait baladé dans des contrés psychédéliques.

On peut mettre dans cette catégorie IDM tout ce qui est pop synthétique et qui ne sonne pas comme un remake de Human League (une minorité à l’heure actuelle donc) et ça peut même englober des groupes comme The Notwist. Ce qui faisait la différence chez Caribou, c’était une transe héritée en droite ligne du Krautrock (Can, ce genre) qui donnait des duos de batterie délectables en live. Qu’en est-il ?

Dès Odessa qui avait été lancé en éclaireur et ses claviers un peu désabusés et tristounes, le grand écart est évident. Pas question ici de parler de l’album de la maturité ou de la consécration. C’est juste un énorme changement de direction. L’ambiance est pop electro minimal. La partie rythmique est en partie assurée par une vraie batterie (et oui il y a deux batteurs à caser) et quelques guitares et trompettes sont toujours présentes en soutien. Ce sont plus des sons déposés au compte-goutte tel qu’on les retrouve dans la minimal que des mélodies à part entière Néanmoins les mélodies synthétiques sont omniprésentes.

La ressemblance avec Hot Chip est palpable mais sans leur côté infantile. L’ambiance ici est un peu plus sombre, un sentiment de solitude se dégage certainement du aux vocaux. Le mélange est très audacieux et le résultat aurait pu être catastrophique. Cette mixture est au final variée et reste cohérente, gage d’un savoir-faire indéniable. Et l’euphorie dégagée par ces morceaux est précieuse. Même si elle s’appuie paradoxalement sur une ligne de basse deep et de petits sons de guitare emplis de delay (Found Out). Plus surprenants sont les claviers plus dance/house de Bowls qui fort heureusement comporte trop de bidouillages pour que l’aspect pop folasse prenne le dessus. La voix de Snaith ponctue l’ensemble d’un ton désinvolte, même si le chant se limite parfois à un mot psalmodié (Sun). S’il ajoute une ligne de basse réussie, il n’en faut pas plus pour rendre entêtant un Leave House.

Il est rare de voir un groupe évoluer avec cette ampleur. On pourra le déplorer d’une oreille parce que ce qui faisait leur spécificité et leur charme (la pulsation, les deux batteries sur scène) n’est plus à l’ordre du jour, mais l’autre oreille approuvera l’émergence d’un nouveau groupe, bien habile pour capter l’air du temps et injecter une euphorie triste à un format flou et bien souvent porté sur la mollesse. Dernière interrogation, la transposition scénique de cet opus semble moins évidente que le précédent. Espérons qu’ils aient trouvé d’autres ficelles pour nous emballer

Article Ecrit par Marc, Seb

Répondre à cet article

16 Messages

  • Caribou - Swim 20 avril 2010 09:30, par Mmarsupilami

    Vous vous êtes donné le mot. Comme je viens d’écrire sur PLAYLIST : bien entendu, qu’on va se payer une tranche de Caribou, surtout si vous lui donnez de telles notes !
     ;-)

    repondre message

  • Caribou - Swim 20 avril 2010 10:43, par Benjamin F

    J’ai vraiment également failli citer Hot Chip tant l’approche electro-pop est similaire, et puis j’ai eu peur que ça ne nuise à la découverte du disque :)

    repondre message

  • Caribou - Swim 21 avril 2010 00:05, par roydanvers

    J’attendais cette chronique avec un certaine impatience tant je suis emballé par ce disque. Sans aucun doute ce que j’ai entendu de mieux cette année ! Que du bonheur. Rares sont les albums qui ne s’essoufflent pas. Aucune impression de longueur dans ce cas. Au contraire, quand c’est fini, j’en redemande !
    Quelle tristesse de ne pas pouvoir aller au concert jeudi au beursschouwburg :-(

    repondre message

  • Caribou - Swim 21 avril 2010 02:16, par MrMasure

    Bizarre le rapprochement avec Hot Chip. Pour ma part, je n’en vois pas vraiment. Dans l’approche musical, j’ai l’impression que Caribou se situe davantage dans la lignée d’un groupe comme Animal Collective. Sinon, c’était plutôt Andorra et dans une moindre mesure, The Milk of human kindness, qui étaient une parenthèse dans sa carrière. Car le gaillard a toujours eu les 2 pieds dans l’électronique.
    Sinon, pour ceux que ça intéresse, il est en concert chez nous ce jeudi, à Bruxelles. J’en serais pour ma part.

    repondre message

    • Caribou - Swim 21 avril 2010 16:13, par roydanvers

      Bonjour MrMasure (ou qq. d’autre qui ira au concert),
      on ne se connait pas mais si tu vas au concert de Caribou, voudrais-tu m’acheter le cd qu’ils vendent sur la tournée ?
      Je te rembourserais par virement + frais d’envoi. Promis, juré, craché !
      info@benjamindemeyere.be
      Bon concert !

      repondre message

      • Caribou - Swim 21 avril 2010 16:21, par Marc

        C’est vrai qu’ils sortent un cd à chaque tournée. J’en ai un dédicacé acheté lors de leur passage au Pathé Palace pour leur tournée précédente. Ah oui, ils sont à l’affiche d’un Pukkelpop qui prend des couleurs après l’annonce de bien peu alléchantes têtes d’affiche.

        repondre message

  • Caribou - Swim 21 avril 2010 09:35, par roydanvers

    Cet rapprochement avec Hot chip m’ayant rendu curieux, j’ai réécouté Caribou. Je comprend un peu mieux maintenant.
    Mais Swim est tellement supérieur, surprenant, envoutant, hypnotisant... alors que Hot chip m’avait plu sans vraiment m’emballer...
    On ne joue pas ici dans la même catégorie.
    Bonjours chez vous !

    repondre message

    • Caribou - Swim 21 avril 2010 13:33, par Marc

      On était d’accord avec Seb pour trouver des relations avec Hot Chip. Dans le côté electro-pop mélancolique. Mais je n’ai jamais accroché à ce groupe tandis que Caribou m’a toujours emballé. Je ne serai pas non plus au concert de demain mais bon, on prendra une revanche sur le sort vendredi, non ? Bonjour chez vous !

      repondre message

      • Caribou - Swim 21 avril 2010 13:56, par Mathusalem

        Emballé également pour ma part, quoique déstabilisé à la première écoute (J’avais encore des relents d’Andorra dans les oreilles !), mais ça va mieux là, je profite bien des écoutes suivantes !
        Bonjour chez vous aussi !

        repondre message

  • Caribou - Swim 23 avril 2010 00:30, par MrMasure

    @ roydanvers : désolé, je viens seulement de voir ton message mais de toute façon, je n’ai pas pu y aller pour raisons professionnelles. Dégoûté. Du coup, je me réécoute l’album et je le suis encore plus. Le concert de ce soir était sold out. Ca devait être un jeudi soir parfait. :(
    Dans l’attente de chopper le garçon autre part... (pas au Pukkelpop à mon avis) :/

    PS : si quelqu’un a un report à poster, je suis preneur !

    repondre message

    • Caribou - Swim 23 avril 2010 01:33, par roydanvers

      Merci quand même. J’étais moi même à Bruxelles ce soir pour des raisons professionnelles et j’ai réussi à faire le crochet en fin de soirée pour m’acheter le disque ! Le plus incroyable c’est que le concert n’était pas sold out !!! Mais je suis arrivé bien trop tard pour rentrer. je n’aurais peut-être eu droit qu’au rappel.
      Partie remise...

      repondre message

    • Caribou - Swim 23 avril 2010 20:13, par Streetwilliam

      J’étais présent au concert d’hier au Beurs.
      C’était effectivement sold out et les conditions dans la salle s’en sont ressenties (visibilité réduite à néant car scène trop basse et grosse foule compacte à l’avant et ce même pour les grands formats dans mon genre...).
      Mais pour la musique c’était un carton. Les fans étaient aux anges et ceux qui découvraient en redemandaient. Des envolées pop hyper efficaces avec les deux voix, des moments de shoegazing tribal qui terminaient dans un magma de sons et de beats (ahhh les 2 batteurs !) impressionant, des rythmes house agrementés de gimmick electro originaux ... Tout bon !!
      Une mention spéciale au support act Gold Panda. A suivre ce garçon...

      repondre message

      • Caribou - Swim 23 avril 2010 23:07, par Seb

        Merci pour le retour sur ce concert ! Très triste de ne pas avoir su y aller (impossible d’acheter une place en ligne au Beurs... incroyable en 2010...). J’espère les voir ailleurs cet été.

        repondre message

      • Caribou - Swim 24 avril 2010 10:27, par roydanvers

        Quelle tristesse de ne pas avoir pu y rentrer... Merci pour ce compte rendu !

        repondre message

      • Caribou - Swim 29 avril 2010 12:44, par Guismo

        J’y étais également !

        Je n’ai personnellement pas été géné par la configuration de la salle car j’étais assez en avant que pour suivre le tout.

        Grosse prestation de Caribou et mention spéciale à la première partie Gold Panda.

        Tiens vous m’avez finalement donné envie d’écrire un CR sur mon blog (http://www.indieans.net).

        repondre message

  • Caribou - Swim 27 septembre 2010 13:44, par mmarsupilami

    J’ai été le premier à poster un message sur cette chronique pour dire que je fonçais l’écouter. Voilà, c’est fait.
    Vraiment très, très bon album...
    Quoi ? J’ai déjà foncé plus vite que ça ?
    Euh oui !
     ;-D

    repondre message

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)