Accueil > Musique > 2010 > Trips and Falls - He Was Such an Handsome Boy

Trips and Falls - He Was Such an Handsome Boy

mercredi 31 mars 2010, par Marc

Compliquons-nous la vie


Pour ceux qui aiment commencer par des détails biographiques, une critique de Trips and Falls peut s’avérer problématique. En effet, il semble difficile de trouver des informations sur ce trio de Montréal. Tout au plus se bornera-t-on à préciser que cet album semble avoir été enregistré il y a un petit temps avant sa sortie actuelle. Privés de références objectives, il n’y a plus qu’à se laisser emporter par la musique.

Et le détachement est nécessaire pour bien appréhender cet album. Eh oui, c’est encore de la pop tordue, qui vous entraîne dans ces circonvolutions complexes. Heureusement, les passages sont souvent bien fichus. Leur agencement est rarement un obstacle à une écoute confortable. Par exemple, How Do you Do… présente un mélange de chant placide un peu lassé et délicat, et une ligne de guitares assez différente qui alterne avec les passages chantés. We Were Like Strangers Today présente cette dualité, avec une petite poussée bienvenue. Une fois qu’on a compris ce procédé utilisé sur certains morceaux, ils semblent comme apprivoisés et moins déroutés, on peut en profiter. Les bidouillages n’apparaissent donc pas comme des cache-misère.

Les mélodies, il y en a quand même, et un In Real Life He Wear Corduroy Pants est tout sauf aride et expérimental. C’est même le morceau qui m’a le plus plu au début, parce que j’y ai retrouvé le même charme nonchalant qu’à Destroyer. Quitte à leur trouver une famille musicale, certaines guitares languides renvoient aux Walkmen et quand les voix sont mixtes on songe aux turbulents (mais opaques pour moi) Dirty Projectors.

Une ballade mixte assez classique mais transformée par un gimmick de violons synthétiques (Prelude To Shark Attack). On n’est pas dans le terrorisme sonore, mais dans la recherche de petits détails pour ne pas sonner comme tout le monde. On peut dire que c’est réussi parce que dans un premier temps on est intrigué malheureusement le morceau se recroqueville sur lui-même en devenant un peu mièvre.

On l’a déjà dit à maintes reprises, plus on s’écarte de l’orthodoxie de l’écoute facile, plus la subjectivité parle. Ce qui est paradoxal sans doute parce que c’est le plus cérébral mais c’est comme ça. Et, plus contrariant quand on se décide à écrire des chroniques d’albums, l’appréciation dépend fortement de l’humeur et de l’investissement personnel.

Si vous aimez beaucoup, je vous comprends. Si vous pensez que se compliquer la vie comme ça est un cache-misère pour des morceaux trop tordus, je comprendrai votre point de vue. Mais à part cette déclaration d’empathie inconditionnelle, je dois dire que j’ai bien goûté ces morceaux plus conventionnels qu’on veut bien le croire.

www.myspace.com/thetripsandfalls

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)