Accueil > Musique > 2010 > Cecilia::Eyes - Here Dead We Lie

Cecilia::Eyes - Here Dead We Lie

mercredi 14 avril 2010, par Marc

Non, pas la guerre


La musique est faite de rencontres et je tenais à vous signaler que je connais les membres de Cecilia::Eyes. Comme ça, vous savez comment aborder l’article qui suit. J’ai déjà aussi longuement expliqué le caractère compliqué d’une critique de post-rock. Parce que le ressenti est bien plus marquant, et parce que les différences entre les groupes peuvent être assez subtiles à discerner. Ca ressemble à un appel à l’indulgence, non ?

Cet album est prévu depuis longue date. Enfin, plus précisément, il y a près d’un an que certaines compositions ont été jouées pour la première fois lors d’un concert consacré à leur label dépôt 214. J’ai aussi l’impression que la sensation d’écoute de ces morceaux en live et sur cd est un peu différente. Parce que c’est lors d’un showcase que j’ai découvert ces nouvelles productions. Il y a des photos sur picasa si les images de musiciens vous amusent.

Sur le premier EP et le premier album Mountaintops Are Sometimes Closer To The Moon, certains groupes de post-rock pouvaient leur être rapprochés, comme Explosions In The Sky ou Mono. Dans leur veine mélodique, il y avait un Too Late For A Porn Movie qui était une incontestable réussite dont je ne me lasse pas. Ils ont donc indéniablement évolué, trouvé une voie qui mise plus sur les textures et les ambiances que sur la mélancolie des lignes mélodiques. Les guitares sont moins violentes quand elles déchirent l’air, montrant une maîtrise supérieure. Même s’il y a du défoulement dans les déflagrations de No prayers, No Bells, No Homeland ou For The Fallen.

Le thème court qui intervient comme une mélopée lancinante de Like Wolves installe d’emblée un climat de mélancolie romantique. Le romantisme étant à prendre ici dans l’acception originelle, celle des torturés allemands. Allez voir une toile de Caspar Friedrich si vous voulez un support visuel. Parce que cette musique est faite d’évocations, de sensations.

Outre l’apport d’un nouveau musicien qui a amené son laptop en sus de sa guitare. Plus présent est le clavier (joué par le batteur) dont le contenu mélodique est indéniable sur la seconde moitié de l’album. On a ainsi droit à un très bon The Departure qui évite tous les pièges du joli pour être intense.

Comme l’évoquait Kundera dans La Lenteur, il faut distinguer le chemin et la route. Si la seconde n’attache d’importance qu’aux points de départ et d’arrivée, le premier a surtout de l’intérêt pour le parcours. Donc on n’attend pas comme au tour de France que les étapes de plaine passent et que la montagne arrive.

Pourtant il reste des morceaux de facture plus classique comme Four Lost Soldiers. Mais on se laisse aller parce qu’on est là pour ça, que cette musique est paradoxalement riche de ses poncifs. C’est comme la musique dance, si ça vous fait danser la mission est accomplie. Ici, si vous accompagnez ces paroxysmes, c’est qu’elle est réussie.

A l’instar de Godspeed You ! Black Emperor en son temps, il s’agit de musique instrumentale mais un peu engagée. Le thème général serait un antimilitarisme qu’on retrouve à travers le choix des titres. Celui de l’album tout d’abord, tiré d’un poème de A E Housman (je l’ai trouvé pour vous),et puis de tous les morceaux. Anthem For Doomed Youth, lu à l’entame du morceau du même nom est aussi un bel exemple de poésie de la première guerre mondiale. Fifty Years Under The Tent ne serait d’ailleurs pas une ode au scoutisme mais évoquerait ainsi les camps de réfugiés.

Plus subtil, moins immédiat, plus construit, articulé autour d’un thème et toujours destiné à un public connaisseur, ce second album montre une évolution sensible et une personnalité plus affirmée. Plus atmosphérique et moins immédiat, il convient mieux à ceux qui chérissent les climats sonores qu’aux amateurs d’adrénaline pure.

http://www.ceciliaeyes.be/
http://www.myspace.com/ceciliaeyes
http://www.depot214.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Cecilia::Eyes - Here Dead We Lie 14 avril 2010 14:07, par Laurent

    Dans le monde des routes, un beau paysage signifie : un ilôt de beauté, relié par une longue ligne à d’autres ilôts de beauté.
    Dans le monde des chemins, la beauté est continue et toujours changeante ; à chaque pas, elle nous dit : "Arrête-toi !"

    J’ai écrit un travail entier sur la notion de route et de chemin chez Kundera ! Il en parle surtout dans L’immortalité, mon 2e livre préféré de tous les temps... Décidément, quel homme de goût, ce Marc. Rien que pour ça, je vais me forcer à écouter Cecilia::Eyes. ;)

    repondre message

    • Cecilia::Eyes - Here Dead We Lie 14 avril 2010 18:08, par Marc

      Evidemment, le vrai texte est bien mieux. Pour moi aussi, L’immortalité est celui que je préfère chez Kundera. Et puis ton commentaire implique une question : c’est quoi ton numéro un ? Ca sent le hors-sujet tout ça...

      Et sans doute la façon la plus étrange de faire écouter un album. Prochain challenge : citer Borgès dans une critique.

      repondre message

      • Cecilia::Eyes - Here Dead We Lie 14 avril 2010 18:54, par Laurent

        Bon, puisqu’on joue, mon numero uno c’est "Les égarés" de Fréderick Tristan. Et pour Borgès, je relève le défi, je citerai donc "La forme de l’épée", une de mes nouvelles préférées de tous le temps (mais quel homme de goût, ce Marc !)...

        repondre message

        • Cecilia::Eyes - Here Dead We Lie 17 avril 2010 11:48, par Mathusalem

          Hé bé...
          Vous êtes incorrigibles ! On entre chez vous par la porte de Denise Glazer, on en ressort par celle de Bernard Pivot !
          Je vais donc, ayant moi aussi adoré "Too Late....", me procurer cet album...
          Puis le bouquin de Kundera aussi, que je n’ai jamais lu (Hé oui !)...Il se peut que vous trouviez cela impardonnable, mais, d’un autre côté, les 90’s correspondent chez moi à un gros passage à vide, niveau littérature et musique s’entend.
          Je vais donc me procurer l’un et l’autre et peut être même lire le second tout en écoutant le premier...(L’inverse marchant moins bien).
          Bonjour chez vous !

          PS : Pas mal cette histoire de défi, tout compte fait...

          repondre message

  • Cecilia::Eyes - Here Dead We Lie 28 mai 2010 13:37, par Marantazium

    J’ai découvert ces musiciens en 2008 ou 2009 aux Ardentes de Liège , en même temps que Kwoon.
    J’ai de suite adoré mais en live , il manquait quelque chose. Je leur ai acheté un album et une fois le casque posé aux oreilles , là c’était parfait ! magnifique !
    J’adore les longues envolées post rock et Cecilia ::Eyes nous envoit dans la stratosphère !
    j’ai hate d’écouter ce nouvel album mais aussi de les revoir en live !

    repondre message

  • Spelterini - Paréidolie

    Cet album du quatuor (dont deux membre de C’Mon Tigre dont on vous a parlé récemment) nommé d’après une funambule italienne est en fait un log morceau de 33 minutes. Cette lenteur, cette longueur sont le morceau. Il faut savoir se laisser happer, garder un peu de concentration pour que ça percole comme il faut. On entendra un long son qui monte pendant plusieurs minutes avant qu’une grosse caisse ne pointe le bout du nez. Et puis on vire vers un krautrock placide qui évidemment s’emballe un peu. (...)

  • L&S - When the Vowels Fall

    Anthony Laguerre et G.W. Sok sont parmi les artistes qu’on rencontre le plus en nos colonnes, ensemble (chez Filiamotsa ou Club Cactus) ou séparément, en tant qu’artiste solo, chez Piles, chez pour l’un, en tant qu’intervenant chez Oiseaux-Tempête, Unik Ubik, Baby Fire ou Coddiwomple pour l’autre. Cette fois, le batteur créatif et le vocaliste inspiré ont décidé de faire les choses ensemble du début à la fin, et de le faire en grand. Flanqués de Jean-Michel Pirès (The Married Monk, Bruit Noir), Eric (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Russian Circles - Gnosis

    On ne s’en rendait pas vraiment compte, mais le gros son saignant de Russian Circles nous avait manqué. Si le post-rock s’exprime en des dizaines de sous-variétés, celle plus musclée du groupe de Chicago nous a toujours été chère. S’ils ont visiblement un peu changé leurs habitudes d’enregistrement sur leur huitième album, composant dans leur coin avant de mettre en commun, force est de constater que ça ne change pas radicalement la donne, et c’est très bien comme ça.
    En effet, les accords sont sombres, (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)