Accueil > Musique > 2010 > Frightened Rabbit - The Winter of Mixed Drinks

Frightened Rabbit - The Winter of Mixed Drinks

mercredi 24 mars 2010, par Laurent

Le coup du lapin


Je ne sais pas très bien comment aborder cette critique. Pour moi, découvrir un nouvel album de Frightened Rabbit est comparable à l’effet modéré que produirait l’annonce de nouveaux Wolf Parade ou New Pornographers. Car les Ecossais font partie de cette frange de groupes indés qui sortent du lot tout en restant globalement confidentiels. Cause ou clause de cette confidentialité – le débat est ouvert – leurs disques n’ont souvent qu’un impact éphémère. J’avais vraiment adoré "The Midnight Organ Fight", le précédent album du lapin farouche, mais je dois bien avouer que je ne l’avais pas réécouté depuis sa sortie en 2008 (chez le chat obèse). Dès lors, c’est avec circonspection que j’accueille son successeur, orné d’une pochette pas franchement splendide. La première écoute me conforte dans l’idée reçue : on comprend bien tout ce que cette musique peut avoir d’aimable, mais on peine à lui trouver des qualités plus franches.

C’est que, là où son prédécesseur – oui, je l’ai réécouté entre-temps – brillait par une légèreté jamais anodine, "The Winter of Mixed Drinks" durcit parfois inutilement le ton. On pense à la transformation subie en leur temps par des groupes irlandais comme les Frames ou Bell X1, évoluant d’une pop tout en nuances vers un rock peu crédible et flirtant dangereusement avec la FM (Nothing Like You). On suppose, persuadé d’être dans le vrai, que Frightened Rabbit a suivi la même voie pour se rapprocher de l’énergie de ses prestations live. Tout le contraire d’un calcul, donc, mais bien une volonté de gagner en spontanéité et en persuasion.

Il ne faudrait cependant pas tirer de conclusions trop hâtives : les écoutes répétées – et au casque de préférence – dévoilent bien des trésors enfouis, comme autant de richesses archéologiques qui échapperaient à la vigilance de ceux qui ne font que passer. Fourmillant d’arrangements discrets – chœurs effacés, cordes et cuivres bien élevés – un morceau comme Swim Until You Can’t See Land voit ainsi sa trame mélodique renforcée sans aller jusqu’à l’asphyxie, et s’affirme au bout du compte comme une belle pièce d’orfèvrerie pop. Aussi, lorsque The Loneliness & the Scream monte en puissance avec un adjuvant éprouvé – les olas de stade – on craint d’abord le pire ; mais l’utilisation appropriée qu’ils en font rapproche davantage ces Britanniques de l’école canadienne que d’un rock hooligan à la Hard-Fi et autres Fratellis.

Le timbre du chanteur Scott Hutchison, en particulier, confirme cette impression. Vraisemblablement importé d’Outre-Atlantique, son organe fait ce grand écart cohérent entre le détachement nasillard de Spencer Krug et l’émotivité surlignée des Counting Crows. Ça donne de fort belles interprétations (The Wrestle, Man/Bag of Sand) comme des moments plus poussifs (Footshooter, tellement calibré pour les radios estudiantines de Seattle qu’il en devient cliché). Au départ, j’avais vis-à-vis de ce "Winter of Mixed Drinks" la même perplexité qu’à l’égard de l’album des Local Natives : c’est indéniablement bon, on le sent, mais l’œuvre doit être creusée et seules des conditions d’écoute optimales peuvent faire apparaître les dorures cachées derrière l’apparente couche de plomb. Cela dit, si cette technique de grattage a pu révéler l’éclat de "Gorilla Manor", je ne parviens pas à me débarrasser ici d’un arrière-goût de toc.

Je suis peut-être de mauvaise, au choix : a) volonté ; b) composition ; c) foi. Toujours est-il que, si ce disque rencontre a priori tous les canons de l’idéal rock contemporain, quelque chose coince manifestement soit au niveau du dosage, soit au niveau de l’intention. On sait d’ailleurs bien de quoi l’enfer est pavé. Et Frightened Rabbit, s’il ne mérite pas non plus d’être voué aux gémonies, a tout bonnement signé un disque à moitié raté – ou réussi, selon notre point de vue sur le verre d’eau – où trop de chansons, à défaut de réelles erreurs de jugement, reflètent en tout cas des lacunes d’inspiration. Un peu comme cette critique, en somme.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)