Accueil > Musique > 2010 > The Streets - Computers And Blues

The Streets - Computers And Blues

mardi 18 mai 2010, par Fred

Rideau. Noir.


"Quelle meilleure façon de fêter la fin de ma carrière musicale comme The Streets que de sortir un dernier album ?", voici peut-être ce que fut la réflexion de Mike Skinner il ya quelques mois. Ensuite vinrent les mois de préparation agrémentés des annonces de sortie lancées à coup de tweets et d’extraits à télécharger.

L’objet de convoitise des derniers fans se rappelant encore de la claque prise à l’écoute de Original Pirate Material est entre nos mains, nous allons vous dire ce qu’il vaut.
Il faut en avouer qu’on en attendait pas de grande surprise : ces dernières années la qualité des productions avait faibli et les concerts de The Streets étaient plus l’occasion de voir "Mike le showman" que "Mike le défricheur sonore/ le conteur populaire".
Mais Mike sait être grand prince et nous réserve quelques surprise sur cet album ou il retrouve un peu de son talent : Le son, les beats syncopés et le flow caractéristique qu’on aimait sur un A Grand don’t come for free font leur réapparition.

Skinner décrit son album comme "45 minutes de 130 ppm balancées directement" (traduction approximative) et on lui donne plutôt raison.
On retrouve grooves oppressants (Long working days), Dub-steps légèrement dérangeants (I Love my phone) ou beats syncopés Where my heart has been comme on les avait connus sur Original Pirate Material. Skill on toast, reprend encore un peu de ces sons crus.

Ou à l’opposé, des titres disco aux sonorités ouvertes, à la Just Jack, avec le riff de guitare clinquant (Trust Me). Peut-être la plus belle réussite de l’album, Skinner réussit un morceau disco populaire, comme il avait pu le faire avec Weak become heroes. Entrainant, malin et sans complaisance.

Sur les 14 titres que compte l’album, on notera un nombre d’idées plus important que sur le précédent que ce soit musicalement ou thématiquement.
Quoique A Blip on the Screen, l’inévitable chanson sur la découverte de la parenté ne manquera pas de vous faire lever les yeux au ciel : Ni meilleure ni pire que toutes les chansons de ce type (cfr spoken words de H. Rollins et les chansons des rockeurs sur leurs enfants).
On ne nous évite pas non plus les mièvreries de Lovelight of my life, avec ses choeurs baveux.

quant à la rencontre d’un beat carré, d’une guitare électrique et de la voix de Skinner, on connait la recette. Ca nous rappelle évidemment l’hilarant Fit but you know it. See if they salute nous fera gentiment hocher la tête sans pour autant égaler les exploits du passé.

Outside Inside illustre particulièrement la volonté de Skinner de créer une atmosphère futuriste sur Computers and Blues, en reprenant les blips de machines d’un série tv des années soixante. Dont acte.

Après Everything is Borrowed pétri de bonnes intention, on peut dire que Mike Skinner/ The Streets nous fait une pirouette avant de tirer sa révérence. Cependant pas de quoi soulever les foules, juste de quoi faire sourire ceux qui le suivent depuis ses débuts et apprécient le bonhomme.
Son temps, peut-être le consacrera-t-il maintenant à la réalisation cinématographique comme il l’avait indiqué. Et pourquoi pas aux films d’animation pour enfants, qui sait ?

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

3 Messages

  • The Streets - Computers And Blues 19 mai 2010 10:54, par Benjamin F

    J’ai essayé par acquis de conscience mais il est effectivement aussi mauvais que ses deux prédécesseurs...

    repondre message

    • The Streets - Computers And Blues 19 mai 2010 13:24, par Marc

      On verra comment ça évolue, mais avec le recul, il y a une énorme différence entre son fantastique premier album et la descente qui a suivi (avec des paliers). Ici, on dirait qu’il essaie de revenir un peu en arrière, de récapituler ses essais. Mais s’il ne m’a pas déçu, je ne suis pas arrivé à me passionner non plus.

      repondre message

  • The Streets - Computers And Blues 11 août 2010 13:12, par The Flash

    C’est clair que Computers and Blues n’est pas au niveau des albums précédents, et surtout du premier, mais on peut quand même saluer la volonté de retourner aux sources sur quelques titres ! Je pense qu’après plusieurs écoutes on devrait avoir une meilleure appréciation.

    repondre message

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate résultat. Mais jamais on n’a l’impression d’entendre une compilation.
    Dès l’intro au piano avec des (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est bien mais parfois il faut un peu de temps pour apprivoiser un artiste, même sur un EP de six titres. Il (...)

  • Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

    On avait déjà copieusement apprécié ce que faisait Carl Roosen en tant que Carl ou Carl et les Hommes-Boîtes ou Facteur Cheval. Il est donc logique que l’attachement se poursuive avec Peritelle. On ne lui en veut même pas d’avoir pondu des textes pour le rejeton Geluck (Antoine Chance donc). C’est un de ces cas-limites où la subjectivité joue en plein. On ne va pas le nier, il faut même le reconnaître.
    Tout est question de ton et de collaborations. Ses partenaires de jeu sont ici Julien Campione (...)

  • Dum Spiro - Hors Chant

    Il faut parfois oser dépasser son pré carré, s’aventurer à la lisière pour découvrir du nouveau. Et ce nouveau, pour moi, est par exemple ce Dum Spiro, coordination des talents de musicien de Francis Esteves et du slameur Zedrine. Le résultat n’est pas a proprement parler un album de hip-hop vu que ça semble plus pensé comme un projet musical, pas des textes qui réclamaient un habillage (on signale même des instrumentaux). Dans un autre genre, on se rappelle de ce que nous avait livré Filiamotsa. (...)