Accueil > Critiques > 2004

Goldie Lookin’ Chain : Greatest Hits

jeudi 10 août 2006, par marc


Tout d’abord, rassurez-vous à la lecture du nom de cet album, vous n’êtes pas passé à côté d’un groupe pendant tout ce temps, il s’agit bien d’un premier album. Ce qui situe l’aspect canular de ce projet, né, selon leur propre aveu, de l’ennui inhérent à la vie au Pays de Galles.
C’est un festival de blagues, de sketches introduisant tous les morceaux (mention à celle de Half man half machine, n’hésitez pas plusieurs tentatives pour tout piger). Mon niveau de langue anglaise me permet plus de deviner que comprendre toutes les subtilités de cette langue de rue distanciée.

Les goldie parlent de souvenirs d’enfance disco (Roller disco), de rap, de mère avec un pénis, mais surtout de drogues douces. C’est presque une idée fixe. Mais l’essentiel, finalement, c’est que la musique elle-même est convaincante. Il s’agit de pur Hip-hop, fleurant parfois le old-school et se moquant férocement à l’occasion du R’n’b faussement sensuel sur You knows I love you. En tous cas, on n’est pas ici dans un minimalisme à la Sttellla.

Musique finalement jubilatoire et addictive (peu de jours sans le mettre) qui prouve s’il en était besoin la formidable variété du rap.
Si vous voulez savoir à quoi ressemble l’Angleterre d’aujourd’hui, le trio formé par The Streets, Goldie Lookin chain et Dizzee Rascal vous donnera des pistes.
L’album des bons moments, de la fête qui commence. Hey, man, your mother got a penis, hihihi... (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Islands – What Occurs

    Kate Nash, Menomena, The Decemberists et maintenant Islands avant bientôt Bright Eyes, il faut se pincer pour ne pas se sentir quinze and en arrière. Mais bon, comme ce sont de bons souvenirs et que tout le monde est dans une forme créative manifeste, on ne va pas bouder son plaisir.
    Dans le cas du groupe Canadien, ce n’est pas exactement un retour vu qu’ils sont dans une période plutôt (...)

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Glauque – Les Gens Passent Le Temps Reste

    Pendant plusieurs années, on a pris l’habitude de croiser des morceaux de Glauque, à un tel point qu’on était persuadés que ce premier album n’en était pas un. Mais entre recevoir un morceau percutant de temps en temps et enchainer autant d’upercuts d’un coup, il y a tout de même une fameuse marge.
    Evidemment, le champ lexical de la boxe n’est pas facile à éviter ici. ‘Album coup-de-poing’ est un (...)

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est (...)