Accueil du site > Musique > Concerts > Owen Pallett, Botanique, 23/03/2010

Owen Pallett, Botanique, 23/03/2010

mercredi 24 mars 2010, par Marc

Talent à l’œuvre


Owen Pallett à la Rotonde. Il y a des propositions comme ça, on sait qu’on doit y répondre favorablement.

On a déjà eu des premières parties qui enchantent ou ennuient ou suscitent un désintérêt poli. Mais jamais je n’ai entendu de première partie aussi mal assortie que ce trio norvégien de Next Life. Leur math-rock très très nerveux servi en toutes petites tranches était en tous cas bien indigeste. Précis, oui, ils n’étaient, mais sans la recherche ou la fascination d’un Health, ils gavent très vite. Un expresso, ça donne la pêche. 18, ça rend malade (enfin, j’extrapole faute d’avoir tenté l’expérience). Vingt minutes de concert à ce rythme, c’était donc plus qu’assez..

Alors qu’on commençait à avoir peur de s’être trompés de salle, Owen débarque seul sur une scène où il avait discrètement fait plein de réglages. Et encore une fois, ça fait mouche immédiatement. Parce que son jeu de violon qu’il repasse en loop est toujours aussi précis et délectable, parce que sa voix est tellement empreinte de délicatesse et de maîtrise. Parce qu’il est tout simplement un des plus grands talents qu’il m’ait été donné de voir. La salle accueille le toujours excellent The Dream Of Win And Regine, assez modifié comme l’est également e concert le Fake Palindromes d’Andrew Bird dans un genre similaire.

Et puis on se laisse guider par ce concert qui picore surtout dans les deux derniers albums. Un guitariste-percussionniste l’accompagne souvent, et s’il semble dans son monde à lui où il entend visiblement sa discrète guitare, il complète bien la formule.

J’ai beau le voir pour la troisième fois, avoir usé ses albums dont le dernier Heartland est sans doute aucun un des meilleurs de cette année, il y a toujours un charme particulier à cette voltige live. Les albums sont assez complexes et méritent plus d’écoutes pour en appréhender toute la richesse, mais sur scène, le charme est plus direct, et il tutoie les cimes le temps d’un Many Lives ou du final Lewis Takes Off His Shirt qui nous achève littéralement. La salle sold-out de justesse ne s’y trompe pas et écoute calmement avant de se manifester.

Reprendre le Fantasy de Mariah Carey, même à sa sauce, avant de nous laisser est plus la preuve d’un goût douteux. Mais bon, on a beau lui préférer d’autres reprises comme Likke Li ou Bloc Party, on ne lui en tiendra évidemment pas rigueur. Parce que ce long bonhomme figure parmi ce qu’il est arrivé de meilleur à la musique, soit seul soit dans ses fructueuses collaborations (Arcade Fire, Beirut, Grizzly Bear, The Last Shadow Puppets). Parce que son talent éclabousse une scène.

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

10 Messages de forum

  • Owen Pallett, Botanique, 23/03/2010 24 mars 2010 14:59, par Mmarsupilami

    Je me posais la question : est-ce bien Owen pallett qui jouait en première partie d’Arcade Fire pour son premier concert belge au Cirque Royal en je ne sais quelle année ?
    J’ai bien l’impression... _ ;-)

    Répondre à ce message

  • Owen Pallett, Botanique, 23/03/2010 25 mars 2010 02:14, par MrMasure

    Le concert était très bien mais je ne sais pas... J’étais plus contemplatif que happé. Il m’a manqué ce petit truc en plus pour que je bascule complètement dans l’émotion que je percevais mais ne vivais pas. Par contre, ses disques sous-exploitent sa voix. Il chante réellement bien. Et le live luit fait justice car même les morceaux moyens sur disque, sont bons en live. Bref, joli concert d’un mec qui est bourré de talent. RDV au prochain : Wild Beasts. :)

    Répondre à ce message

  • Owen Pallett, Botanique, 23/03/2010 25 mars 2010 15:49, par ToX

    Merci Marc, c’est un peu grâce à toi, en ayant lu le compte-rendu de leur concert irlandais que je me suis rendu à ce concert. Et j’ai passé un moment magnifique.

    Mon avis rejoint celui de Mr Masure mais contrairement à celui-ci, en plus d’être contemplatif, j’ai complétement basculé dans l’émotion. Et puis tout comme lui, j’ai mes places pour Wild Beasts, c’est à ne pas râter même si c’est parfois pas très emballant sur CD... un peu comme Owen Pallett.

    Répondre à ce message

  • Owen Pallett, Botanique, 23/03/2010 25 mars 2010 20:00, par MrMasure

    @ToX : Ah non, je ne trouve pas du tout que "Two dancers" ne soit pas emballant. D’ailleurs, ça doit être l’album que j’ai écouté le plus en 2009. Il n’y a pas un morceau à jeter. "Heartland", pour moi, possède quelques creux alors que Wild Beasts ont su maintenir un certain niveau tout au long des 10 morceaux. Enfin soit, les goûts et les couleuvres... ;)

    PS : la 1ère partie était marrante. C’était cool de voir la tête de certaines personnes un peu "bobo" se décomposer et, ensuite, quitter la salle jusqu’à Owen Pallett. Sinon, c’était quand même nul.

    Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0