Accueil > Musique > 2010 > Loscil - Endless Falls

Loscil - Endless Falls

lundi 29 mars 2010, par Laurent

Dire l’immobilité


Comme son nom l’indique, "Endless Falls" est effectivement interminable. Qui sort encore des disques de plus d’une heure de nos jours ? Et qui a le temps de les écouter ? Ces questions sont sans pertinence dans le cas de Loscil. Parce que cet album – le septième pour Scott Morgan, mieux connu comme étant le batteur de Destroyer – ne s’écoute pas ; il se vit, tout simplement. Et si sa durée dépasse les normes en vigueur, sa critique se voudra (presque) expéditive.

Si le terrifiant Ben Frost survivait à une psychothérapie lui ôtant toute pulsion sanguinaire, c’est la musique qu’il ferait aujourd’hui. Si Moby avait préféré Brian Eno et ses musiques d’aéroport à sa collection de 78t de blues du Mississippi, c’est le genre de disque qu’il sortirait aujourd’hui. Si Valgeir Sigurðsson pouvait être encore plus neurasthénique, c’est cet ailleurs qu’il visiterait aujourd’hui.

Loscil n’est pas un musicien ; c’est un paysagiste. Sur "Endless Falls", chaque plage se contemple comme un instantané de vie mélancolique. Il n’y a pas d’action dans ces tableaux, à peine le vent qui fait remuer les feuilles, une pluie qui vient battre les carreaux sans demander son reste. Disant l’immobilité mieux qu’une nature morte, Loscil suscite rarement la tension (la montée inachevée d’Estuarine, le fourmillement gracieux de Dub For Cascadia). L’attention, elle, ne faiblira au pire que sur le trop monochrome Showers of Ink ; du reste, elle dépendra du degré de confiance de l’auditeur : comme chez Jóhann Jóhannsson, se laisser envoûter relève ici d’une question d’abandon.

Enfin, sur The Making of Grief Point, des mots s’échappent. Un talk-over hypnotique évoque une spirale infinie. « It is done » seront les derniers mots du disque. Puis la pluie retombe en fines lames, comme elle le faisait au début. En rhétorique, on appelle ça une épanadiplose. En musique comme dans la nature, on parlera d’un cycle, sans début ni fin. Un peu comme un vinyle dont le sillon ne bifurquerait jamais. "Endless Falls" porte bien son nom : inépuisable.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

5 Messages

  • Piles - Una Volta

    Il y a des noms qui n’évoquent guère avant qu’on ne les croise dans des projets emballants à très courts intervalles. Ce projet à trois batteurs, Guigou Chevenier, Michel Deltruc et Anthony Laguerre se place en effet dans le sillage du Club Cactus dont on vous a parlé récemment. D’autant plus que le dernier nommé est membre des deux formations et de Filiamotsa. Mais à l’inverse des deux autres groupes, il n’y a pas d’invités vocaux au programme. Il y a bien quelques extraits sonores sur Materials in Us (...)

  • The Defigureheads - Chaos and Cosmos

    Si les noms de groupe issus de chansons célèbres sont légion (de dEUS à Radiohead en passant par Sisters of Mercy), je ne parierais pas que The Defigureheads fasse référence au légendaire album de The Cure. Parce que le genre pratiqué est un rock très teinté par les années ’70. Donc ce n’est l’originalité qui prime mais la compétence et la passion. Et sur ces deux fronts, le trio français répond à l’attente.
    Dans le genre, on s’est habitués au versant psychédélique et stoner du genre et ce n’est pas (...)

  • Björk - Biophilia

    J’aime, j’aime la vie
    Dans la musique de Björk, il a toujours été question de recherche : la quête d’un équilibre parfait entre sa soif d’explorations sonores et son profond enracinement pop. Comme les deux facettes d’une personnalité schizophrène, tantôt la chanteuse a-t-elle gardé les pieds sur terre, tantôt s’est-elle laissé dominer par ses délires visionnaires. Et si sa discographie, toujours exigeante, est à peu près exempte de reproches, l’équilibre a rarement été atteint. “Debut” et “Post” : trop (...)

  • Blanck Mass - Blanck Mass

    Dans « abscons », il y a « abs »
    Soyons fou et allons loin dans l’intime. Juste entre nous, j’ai un aveu à vous faire, un gros défaut à confesser : j’ai horreur d’attendre. Faire la file, tout ça... pouah ! Très peu pour moi : c’en est maladif. Vous allez me dire que dans le domaine de la production musicale, il faut justement savoir se montrer patient : sentir poindre l’excitation en attendant la sortie d’un nouveau disque, laisser à un artiste le temps de mûrir, donner la chance à un album de nous (...)