Accueil > Musique > 2004 > PJ Harvey : Uh Huh Her

PJ Harvey : Uh Huh Her

jeudi 10 août 2006, par Marc


’Le rock alternatif pour les nuls’, voilà la première idée qui m’est venue en tête à l’écoute de cet album. La variété des titres, l’attitude (il faut la voir entonner , seule devant 70.000 personnes, Rid of me à la guitare électrique, la boot en paillettes couleur drapeau américain sur le bac de retour) et l’intransigeance. Le dernier album en date était de plus assez bon.

Revue de détail des forces en présence :
The Letter, Who the fuck ? par exemple sont de parfaits brûlots, âpres et rêches comme on les aimait sur Dry et Rid of me (les premiers albums, qu’on ne doit aborder qu’en connaissance de cause).
Pocket knife et Slow drug, par contre, auraient eu leur place sur le très vénéneux et moins innocent qu’il n’y paraît To bring you my love et le son plus touffu de Cat on the wall sieraient parfaitement à Stories from the city, stories from the sea.

Shame, par contre, ne ressemble à presque rien d’autre. est-ce pour cette raison qu’il s’agit d’un des titres les plus réussis ? Ils conctituent en tous cas que la donzelle ajoute des cordes et des ambiances à son arc. On pourrait en dire la même chose des cloches qui ponctuent You come through.
La dernière partie de l’album se compose de The end, un instrumental reposé, de The desperate kingdom of love et The darkers days of me and him qui entourent le bruitiste et fort opportunément nommé Seagulls, comme pour prendre congé en douceur du gentil auditeur.

Pourquoi cette énumération et ce jeu des correspondances ? Pour accentuer encore le côté ’synthèse’ de ce (très bon, on ne l’a pas encore dit) album.
On le voit, le choix et même l’ordre des morceaux sont très étudiés, pour encore augmenter la cohérence et la force. Comme souvent, l’intérêt croît à chaque écoute, c’est souvent le signe des oeuvres qui durent.

Pour ceux qui ont suivi patiemment la carrière de Polly Jean, c’est une belle confirmation de sa forme et de sa carrière. Pour les autres, c’est la porte d’entrée pour une des plus passionnantes discographies contemporaines qui soient. (M.)

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • PJ Harvey : Uh Huh Her 25 décembre 2007 22:40, par vic

    C’est la fin de l’année 2007, et PJ a sorti un nouvel album merveilleux depuis plus de quatre mois. Je constate avec surprise qu’il n’a pas été chroniqué ici ! Gaffe, vous êtes en train de manquer l’album de l’année 2007 !

    repondre message

    • PJ Harvey : Uh Huh Her 25 décembre 2007 22:54, par Fred

      Salut Vic,
      oui, on est en retard et ça fait un bon moment qu’il traine dans nos cartons.
      Bon, une semaine de vacance devant moi, je me mets donc au défi de réaliser ton voeu avant l’an neuf.

      repondre message

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et l’autre qui sautille entre classique et une forme de pop avancée, l’univers de Friedrich Brückner semble (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément secondaire. On ne se lance jamais dans l’exégèse d’artistes anglophones de toute façon. Ce qu’on entend (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)