Accueil > Critiques > 2010

Karkwa - Les Chemins de Verre

lundi 19 avril 2010, par Marc

La chanson autrement


Si en entendant une chanson en français vous vous dites qu’elle n’aurait pas perdu sa force d’évocation en étant chantée en anglais, pas de doute, vous écoutez un groupe québécois. En effet, cette réflexion ne se fait pratiquement jamais avec un artiste francophone, disons ‘continental’. Même quand on a des musiques brillantes, comme celles de Biolay par exemple, c’est la personnalité du chanteur et sa voix qui sont mises en avant. Évidemment, tous les ressortissants de la belle province ne sont pas concernés, et il y en a qui s’en sortent plutôt très bien dans un classicisme inspiré (Cœur De Pirate).

De plus, les artistes francophones se risquent rarement à de véritables étrangetés musicales. C’est dans ce contexte qu’il faut appréhender La Piqûre et ses paroles un peu absconses. Il faut dire qu’au Canada, ils baignent dans le creuset de certains des meilleurs artistes de la planète (liste sur demande). Et pour leur troisième album (celui-ci est le quatrième), ils avaient pu compter sur le talent de leur pote Patrick Watson. On retrouve l’influence du chanteur à casquette sur La Piqûre, avec des percussions qu’on aurait pu entendre du côté de Wooden Arms

Avec leurs voix éthérées, un morceau comme Marie Tu pleures pourrait se situer dans la mouvance Grizzly Bear, DM Stith et consorts. Comme souvent, ce sont les morceaux comme celui-ci ou Le Vrai Bonheur dont la mélodie est la plus réussie qui sont les meilleurs. L’autre source d’intérêt est leur faculté à installer une ambiance sans nécessairement se reposer sur les mots (L’Acouphène), voire une vraie intensité (Le Bon Sens) pas toujours engageante cependant.

Avec mon manque de références, impossible de ne pas penser à leurs compatriotes de Malajube. Surtout quand l’intensité pure est le produit de l’accumulation et de la répétition (L’Aurore). Mais ils se laissent parfois aller à des digressions pas toujours superbes alors que Trompe-l’œil emportait le morceau par une énergie de tous les instants.

Rien qu’avec leur façon décomplexée d’aborder la musique en français, Karkwa mériterait la mention. Si on ajoute quelques titres bien sentis, tout amateur de musique indépendante non allergique à la langue de cette critique trouvera des raisons d’écouter ce groupe qui est une des preuves de la diversité de la scène canadienne.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la (...)