Accueil du site > Musique > 2010 > The Courteeners - Falcon

The Courteeners - Falcon

jeudi 15 avril 2010, par Laurent

Comme une chicken pie


Difficile de dire si les Arctic Monkeys ont ouvert une brèche où se seraient engouffrés ces innombrables combos scarifiés à l’Union Jack jusqu’à en avaler leur fish & chips de travers. Peut-être la bande à Alex Turner a-t-elle simplement offert un peu plus de lumière à maints jeunes Britons qui n’ont jamais cessé de se retrouver après le foot pour chanter l’Angleterre post-Thatcher, et qu’elle n’est que la partie visible d’un iceberg qui sent les beans et la stout.

Quoi qu’il en soit, les années 2000’s n’auront pas été avares de nouvelles gouapes adeptes d’un rock prolétaire écrit au rasoir, et devant autant à l’âge d’or de la britpop qu’à son glorieux passé, Kinks et Specials en tête. Si, d’une part, tous ces groupes confirment le lourd héritage socio-économique de leur pays, on peu constater d’autre part que la musique qui en découle est si culturellement marquée qu’elle peine à traverser la Manche.

Prophètes en leur pays mais rarement au-delà, des gens comme Keith, les Rifles, les Rumble Strips, Glasvegas ou encore The View ont pourtant tous publié au moins un bon album. Derniers de la classe, les Courteeners avaient quant à eux laissé une impression mitigée avec "St. Jude", un coup d’essai qui partait bien mais s’effilochait par la suite. Contre toute attente, ils reviennent avec un deuxième bulletin bourré de bonnes notes. Pas de quoi inquiéter les singes polaires et l’ami Turner, seuls à qui l’on peut déjà garantir la postérité, mais une agréable surprise quand même.

S’ouvrant sur une épopée miniature au titre longuement réfléchi (The Opener), "Falcon" signale d’emblée deux choses. D’abord, que les textes de Liam Fray sont de plus en plus intimistes ; en étant pour ainsi dire... privatisés, ils tendent justement moins vers la private joke nationale que vers une certaine forme d’universalité (« How can I create a work of art / Angled over a dishwasher that just won’t start ? » demandera-t-il plus loin sur Cross My Heart & Hope to Fly). La seconde constatation, c’est que la qualité mélodique, de même que le son qui la soutient, se sont considérablement amplifiés.

L’an dernier, The Enemy avait emprunté le même type de virage avec un "Music for the People" ne laissant aucun doute quant à l’intention, mais ça ne m’avait pas parlé. Les Courteeners, en revanche, dosent plus efficacement maniérisme pop et réflexes du lad-rock, en les diluant dans un chant presque dépourvu d’arrogance. Truffé comme une chicken pie de chœurs mi-hooligans mi-chanteurs à la croix de bois, "Falcon" prodigue son lot de refrains accrocheurs (Take Over the World, Sycophant) mais aussi un bon rock discoïde à la Electric 6 (You Overdid It Doll) et une belle balade dans les herbes folk (The Rest of the World Has Gone Home).

Seule ombre au tableau, à la fin de l’album les Courteeners viennent jouer les resquilleurs sur le terrain des Editors. Scratch Your Name Upon My Lips tend ainsi le bâton pour se faire battre en adressant de vilains clins d’œil à l’emopunk pour ados ricains. Will It Be This Way Forever, en revanche, parvient à déjouer ce piège en maintenant une saine tension. On ne peut pas jouer sur plusieurs tableaux et gagner à tous les coups, preuve que le groupe peut encore mûrir.

On n’attendait pas vraiment les Courteeners au tournant, ce qui justifie sans doute l’enthousiasme suscité par ce deuxième effort. Évidemment, ceux qui ne jurent que par l’indie-rock nord-américain risquent de trouver ça grossier. De même que les Inuits ont des dizaines de mots pour désigner toutes les nuances du blanc, il y a pourtant lieu ici d’éviter les amalgames béotiens et de distinguer un album de rock pour pubs qui sort franchement du lot. "Falcon" procure un vrai plaisir parce que les chansons sont finement écrites et réussissent l’équilibre entre pompiérisme et modestie (« I’m only a paperboy from the North West », reconnaît Fray sans crâner). Il ne leur manque plus que le sens de l’humour, et l’avenir s’annoncera brillant.

Article écrit par Laurent

Share on Facebook

Répondre à cet article

5 Messages de forum

  • The Courteeners - Falcon 16 avril 2010 18:14, par Benjamin F

    Je pensais passer outre parce que le passé n’était pas glorieux, mais bon il y a l’air d’avoir matière à au moins une écoute agréable...

    Répondre à ce message

    • The Courteeners - Falcon 16 avril 2010 19:01, par Laurent

      Au moins ça, oui ! Mais je répète qu’il faut aimer le rock de pubs, et si possible avoir pas mal baigné dedans. C’est un genre souvent dénigré en dehors de ses propres frontières mais qui livre régulièrement son lot de bonnes choses. Si on ne peut pas sacquer Oasis au-delà de leur 2e album, il vaut mieux aller voir ailleurs, mais sinon... du plaisir.

      Répondre à ce message

      • The Courteeners - Falcon 17 avril 2010 11:30, par Benjamin F

        Bon en fait effectivement je peux pas sacquer Oasis dès le premier :) Du coup j’ai essayé et j’ai trouvé ça un peu trop encré dans ce style, sans plus d’ambition. Mais je comprends ce qu’on peut y chercher...

        ++

        Répondre à ce message

        • The Courteeners - Falcon 17 avril 2010 11:59, par Laurent

          Oh moi, je ne cherche rien dans ce genre de musique, c’est elle qui me trouve. Pareil pour le hip-hop ou la synth-pop, moi ça me parle mais je conçois qu’on ne comprenne pas. Il y a matière à une enquête sociologique passionnante mais je n’ai pas les outils statistiques... ;)

          Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0