Accueil > Musique > 2010 > Eagle Seagull - The Year of the How-To Book

Eagle Seagull - The Year of the How-To Book

mercredi 21 avril 2010, par Laurent

Ça part en kermesse


Autant vous le dire tout de go : hormis Photograph, sa splendide cavalcade à tiroirs qui m’a régulièrement accompagné depuis 2006, je n’ai du reste presque jamais réécouté le premier album d’Eagle Seagull. Le groupe du Nebraska y dévoilait des orientations classic rock pas si inconvenantes aux yeux de quiconque aime des groupes comme les Besnard Lakes ou Band of Horses, mais ça rendait hasardeux tout retour nostalgique : quand on a envie de s’enfiler un vieux machin, on s’enfile un machin vieux. On aborde donc avec d’autant plus de réserve ce second ouvrage à la pochette plus flower power que jamais, quelque part entre "Revolver" et l’affiche de "Magnolia".

Et là, c’est la surprise : Eagle Seagull jouerait presque la carte de la modernité ou, s’il se veut nostalgique, alors ce serait des cinq dernières années. You’re the Reason Why I’m Afraid to Die donne le ton en situant clairement le groupe entre deux références du rock épique canadien : Arcade Fire pour le joyeux bordel organisé, Wolf Parade pour le chant. La voix d’Eli Mardock, quand bien même ce n’était pas si évident par le passé, présente des similitudes troublantes avec celle de Spencer Krug. Question de timbre ou d’inflexion, difficile à dire, mais ça met l’amateur des combos précités en territoire connu, et donc en confiance.

Quelqu’un a dû dire à Mardock qu’il adorait le titre Your Beauty Is A Knife I Turn On My Throat du premier album, parce que le leader – qui signe tous les morceaux et n’en partage qu’épisodiquement – est devenu maniaque des titres à rallonge. La seconde chanson de "The Year of the How-To Book" s’appelle donc I’m Sorry, But I’m Beginning to Hate Your Face, et elle reste fidèle au credo du groupe : rythmique surlignée, apaisement traître, explosion de grave allégresse servie par chœurs et violons. Difficile de ne pas leur concéder un sacré savoir-faire. Surtout que la troisième plage, You Can’t Call Yourself A Secret, prend les certitudes à rebrousse-poil en s’appuyant sur une structure héritée des eighties néo-romantiques, mais triturée façon rustique : c’est XTC à la guinguette !

Les bonnes surprises se succèdent ainsi sans se ressembler : les étourdissantes phrases musicales qui servent de refrains à I Don’t Know If People Have Hated Me But I Have Hated People ou à la chanson-titre ; la grâce totalement aérienne de We Move Like Turtles Might et de I Don’t Know If This Is Ignorance or Tanscendence ; et d’autres échauffourées entre post-punk et kermesse, comme ce 20,000 Light Years qui défile tel un brûlot d’Alamo Race Track pour se finir sur une valse musette. Certes, l’album est long, mais la qualité ne faiblit jamais – et sûrement pas à la fin.

Sur I Don’t Believe in Wars But I Do Believe in Uniforms, Eagle Seagull touche à cette forme de perfection vaporeuse qu’on ne rencontre guère que chez Get Well Soon. The Coming of the Plague s’offre même le luxe de battre Wolf Parade sur son propre terrain, étant donné la richesse instrumentale inestimable que prodigue la géométrie étendue du line-up – pourtant amputé de deux membres depuis ses débuts. Enfin l’aventure se conclut avec Thanks to All, le genre de motto qu’on aurait plutôt envie de leur adresser tant l’expérience fut plaisante. La cause est entendue : ce deuxième Eagle Seagull, qui vient de faire entrer Eli Mardock dans le club des grands songwriters, ne risque pas de prendre la poussière sur une étagère.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)