Accueil > Musique > 2010 > Sophie Hunger - 1983

Sophie Hunger - 1983

jeudi 29 avril 2010, par Laurent

Belle fringale


1983 est l’année de naissance de Sophie Hunger. La Suissesse a donc récemment fêté son 27e anniversaire et est entrée dans l’âge canonique du rock. Son parcours, cela dit, ne fait que commencer et on compte bien le suivre encore un bout de temps, car ce deuxième album officiel lui confirme un statut de valeur sûre. Découverte l’année dernière avec un "Monday’s Ghost" de très bonne facture, Sophie Hunger creuse ici encore le sillon d’une écriture décharnée, mais magnifiée par des ambiances ouatées qui suspendent ses chansons au vide, quelque part entre les terres brûlées de PJ Harvey et les nuages humides de Frida Hyvönen.

On retrouve donc ses montées en puissance subtiles (Citylights Forever), ses refrains tournoyants (Lovesong to Everyone) et, à défaut d’un ton toujours policé, c’est le son qui s’est un brin durci. Ainsi, sur le surprenant Your Personal Religion, elle commence par mettre en scène l’explosion et passe la fin du morceau à éteindre l’incendie. Mais revenons au commencement : "1983" s’ouvre sur un morceau qui définit brillamment les enjeux. Leave Me With the Monkeys, à peine orchestré, se laisse porter par des harmonies vocales sur lesquelles Hunger a faim de soul. Une belle fringale qu’elle continuera à rassasier par la suite, sans beaucoup plus d’artifices.

Hormis l’harmonica de Broken English, quelques discrètes notes de trombone ou de flûte disséminées çà et là, la base est résolument rock – batterie, basse, guitares et basta – du moins sur la première moitié de l’album, la seconde étant plus globalement vouée à la cause du piano. Le tempo se fait alors occasionnellement plus lent, comme sur ce Train People qui clôt le parcours à nu, ou D’Red qui nous emmène dans un jazz-club à la fin de nuit, quand il ne reste plus qu’un verre de whisky et le chagrin qu’on aimerait y noyer. Sophie Hunger y chante en dialecte suisse alémanique, ce qui n’enlève rien à la beauté de l’instant, bien au contraire.

L’allemand de Goethe est également mis à l’honneur sur la plage titulaire, qui repose quant à elle sur un riff de harpe et s’offre le luxe d’être la plus persuasive, pour ne pas dire la plus pop du lot. Et puis, comment enregistrer son disque en France sans se frotter à l’idiome local ? C’est donc ce que fait Sophie Hunger sur l’autre petit bijou de l’album, une reprise de Le Vent Nous Portera de Noir Désir. Adaptant la progression d’accords d’une manière qui rappelle le Reckoner de Radiohead, la chanteuse livre une interprétation encore plus éthérée que l’original : une totale réussite. On peut donc affirmer que "1983", s’il ne marquera pas forcément 2010 d’une pierre blanche, s’annonce à tout le moins comme le meilleur album de pop-rock helvétique de l’année.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien propre sur soi et bien exécutée, la musique de Foals manque de plus en plus de personnalité. Ils semblent (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses musiques de film avec deux nominations aux Oscars à la clé. Mais que les deux forces vives d’une formation (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)