Accueil > Musique > 2010 > Tamaryn - Led Astray, Washed Ashore

Tamaryn - Led Astray, Washed Ashore

lundi 10 mai 2010, par Laurent

Le feu et la glace


Je n’aime pas vraiment chroniquer les EP’s, et j’en ajoute rarement une dizaine par an dans mes étagères. Le format a certes le mérite de servir d’indice précieux quant au potentiel des héros de demain, mais leur talent ne se mesure jamais mieux qu’à l’aune d’un album entier. Entre les deux, il y a ce curieux bâtard : le mini-album. Un terme absurde qui se mord la queue, sans doute inventé par des nerds en panne d’étiquettes. À une époque où les disques de huit ou neuf titres sont (re)devenus monnaie courante, où ranger dès lors cette rondelle de six chansons qui totalise la même durée que le chic album des Dum Dum Girls ? Long EP ou LP concis, on s’en fiche, il y a en tout cas matière à se faire une idée des compétences de Tamaryn en tant que pourvoyeuse de sensations fortes.

Que les amateurs du côté obscur des années 80 se réjouissent : Tamaryn donne dans le shoegazing gothique, entre l’intransigeance sonore de The Jesus & Mary Chain et la présence chamanique de Siouxsie Sioux. Plus près de nous, les chanceux qui collectionnent la discographie de Zola Jesus devraient également trouver chaussure à leur pied. Dès Return to Surrender, le ton est donné : rythmique new wave totalement vintage sur laquelle Ian McCulloch n’a plus chanté depuis trop longtemps, voix de damnée habitée par le feu et la glace en plein duel fratricide, et l’odeur du stupre qui transpire de chaque pore. Aucun doute, la nouveauté ne sera pas au rendez-vous, mais le plaisir – malsain – est total.

Sans la moindre parole intelligible, The Unknown fait encore mieux en réveillant les mauvais esprits au cours d’une transe incantatoire flippante, avant de les entraîner dans une farandole macabre. Dead can dance, comme on disait à l’époque. Ensuite, Sarah & the Aeadrone étouffe la batterie du Figurehead des Cure pour la transformer en tam-tam de guerre. Sauf que les guerriers ont peur, témoin le chant plaintif de Tamaryn – qui, à l’instar de Goldfrapp, donne son nom et son identité au groupe mais travaille essentiellement en duo. Sur le morceau précité, elle semble porter la misère du monde sur ses épaules. Moins plombé, Golden Song laisse entrevoir la lumière en se frottant à la guitare de Joy Division les jours sans pluie, puis c’est Ashore qui joue le rôle du tube sensible et montre que le groupe peut aussi fasciner sans semer l’effroi.

Le voyage, décidément trop court, se termine avec un Metal Beasts lent et toxique, histoire de nous faire redescendre poliment. Mais le mal est fait : on en redemande ! C’est là qu’on se rend compte que ce premier essai des San Franciscains – déjà un an d’âge – n’a jamais été gravé au laser et qu’il n’est disponible qu’en vinyle, de même qu’on apprend qu’ils ont entre-temps sorti un 45t et que les quatre publications qu’ils totalisent sont sorties sur des labels différents. Apparemment bien pris en charge aujourd’hui par Mexican Summer, structure au catalogue alléchant (Marissa Nadler, The Amazing, The Tallest Man On Earth...) et à la hauteur de son talent, Tamaryn nous laisse sur des promesses qu’il va falloir tenir. En partant du principe qu’un album entier devrait multiplier par deux le plaisir que procure ce mini-trip, il va de soi qu’on guettera sa sortie de très près. À suivre...

Article Ecrit par Laurent

P.-S.

Réjouissez-vous : le meilleur mini-album de 2009 est enfin disponible chez tous les bons disquaires. Ça s’appelle "The Recordings of the Middle East" et ce n’est pas une compilation world, The Middle East étant un combo australien. Cinq titres de rock épique dont vous me direz des nouvelles !

P.P.S. : J’ai même dû le racheter, car il y a bien six titres sur cette nouvelle édition...

Répondre à cet article

2 Messages

  • The Missing Season - After Hours

    Sourions sous la pluie
    En cette époque de pléthore de sorties, le label reste un repère, un encouragement dont on a besoin comme impulsion. Le quintette rennais sort ainsi son album sur My Little Cab Records et c’est un gage de qualité quand comme nous on a aimé Boy & The Echo Choir, My Name Is Nobody ou Aetherlone très récemment.
    Apparemment, le groupe a commencé en tant que duo de musique folk, ce qui transparait un peu dans l’importance des mélodies et dans les voix jamais masquées par la (...)

  • Ventura - Ultima Necat

    Le charme de la lourdeur
    La musique forte, j’en écoute fort peu. Le rock suisse, ce n’est pas non plus ma spécialité. Mais l’occasion aidant, j’apprécie d’autant mieux cette dose forte et subtile. C’est malin, j’aime beaucoup mais les comparaisons, le vocabulaire me manquent pour faire plus que vous le conseiller. On va donc essayer de se débrouiller..
    Comme beaucoup d’âmes sensibles, je peux supporter une forte dose de bruit si le chant n’est pas un cri. Vous aurez compris que ces morceaux sont (...)

  • Le « D » de l’ipoD

    Rattrapage hors-série
    Bon ben on y est là : l’année 2011 touche vraiment à sa fin et ça va très prochainement être l’heure des bilans, presque une fin en soi quand on a envie de se nettoyer la tête et de ne retenir, en vue d’un plus lointain avenir, que ce qui aura été digne des plus vives attentions. Histoire d’activer la liquidation des stocks disponibles, je voulais toucher un mot rapide sur cinq albums dont je n’ai jamais trouvé l’occasion de parler et qui, par un curieux hasard, se retrouvent tous (...)

  • Tennis - Cape Dory

    Pas gagné
    Étant entendu que mes goûts tendent à diverger largement de ceux de notre lectorat cible, établis après trois études de marché et une campagne promotionnelle en béton armé, il va de soi que le premier album des Américains de Tennis risque de faire des émules dont je tiens à m’excuser d’avance de ne pas faire partie. Histoire d’éviter de vous faire perdre votre temps et le mien par la même occasion, je tâcherai de vous énumérer brièvement les raisons pour lesquelles je ne les classerai pas à l’ATP. (...)