Accueil > Critiques > 2004

The Libertines : The Libertines

jeudi 10 août 2006, par marc


Cette année 2004 sera festive ou ne sera pas. Car après The Rapture, Franz ferdinand, The Killers et en attendant Bloc Party et autres Interpol, il tombe des cordes de disques joyeux, foutraques et euphorisants. Heureusement, tous ces groupes proposent des variantes personnelles sinon on s’y perdrait un peu.

A la question : quelle est la musique qu’on peut écouter facilement sans avoir la sensation d’être pris pour un con ?’ Fred répondra par le dernier Hives et je brandirai The Libertines.

Honnêtement, j’ai complètement laissé passer leur premier opus (je vais rattraper ça bientôt) et les frasques des membres (vols, cassages de gueule et autre petite délinquance) cachaient un peu l’aspect musical.
On découvre souvent un album par un single sensé ouvrir l’appétit. Celui-ci est très aguichant puisqu’il s’agit de Can’t stand me now qui ouvre également l’album. C’est à la nonchalance de Morrissey qu’on pense d’abord avant que l’énergie ne nous fasse changer d’avis. De l’énergie, c’est ce qu’il y a le plus sur cet album. The ha ha wall, The man who would be king, voilà pour les exemples. Et quand la fureur devient punkoïde, ils prennent le temps de la canaliser en 1’15 et vous avez Arbeit macht frei...
Revival garage sixties sans le côté happy days de Franz Ferdinand, post-punk bordélique et attachant, rockabilly irrésistible (j’ai dû écouter What Katie did des milliers de fois mais le riff est vraiment entêtant), il n’en est pas moins un disque de son époque.

En résumé en conclusion, un disque qui supporte les hautes fréquences de passage tant la variété et la qualité sont bluffantes. Le buzz du moment est amplement mérité, et rien que ça ça vaut le détour. Pas de titres à zapper non plus. Bon, j’écoute ça et je vous encourage à en faire autant. ( M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Kate Nash – 9 Sad Symphonies

    Nous sommes en 2013. Après un premier album acclamé emmené par le tube Foundations, la star de Myspace a confirmé avec My Best Friend Is You la plupart des espoirs placés en elle et la voici en position de définitivement asseoir son statut avec un troisième album traditionnellement piégeux. Mais elle va relever le défi.
    Sauf que vous savez que ça ne ça ne s’est pas passé comme ça. Larguée par son (...)

  • The Smile - Wall of Eyes

    Même en 2042 et après avoir sorti 13 albums réussis, The Smile restera ’le groupe des deux types de Radiohead’. C’est comme ça, le groupe d’Oxford est trop ancré dans la culture pop pour passer au second plan de quoi que ce soit. Mais cette encombrante et inévitable figure tutélaire ne doit pas oblitérer les qualités indéniables de The Smile. Les deux protagonistes, flanqués du batteur Tom Skinner au (...)

  • PJ Harvey – I Inside The Old Year Dying

    C’est un phénomène que j’ai du mal à m’expliquer. Il m’est difficile voire impossible de me plonger dans des œuvres récentes d’artistes que j’ai beaucoup aimés il y a longtemps. Si dans certains cas c’est la qualité de leurs albums qui est l’explication la plus facile (Muse, The Killers, Foals...), c’est plus mystérieux en ce qui concerne Radiohead, Nick Cave ou PJ Harvey.
    Il faut dire aussi qu’elle a pris (...)

  • Ralfe Band - Achilles Was A Hound Dog

    Outre un flair hors-normes pour dégotter des talents très actuels (Nadine Khouri, Raoul Vignal, Emily Jane White...), Talitres a aussi le chic de remettre en selle des formations culte. A l’instar de Flotation Toy Warning ou The Apartments, Ralfe Band était passé sous nos radars et c’est le label bordelais qui nous le signale.
    Et il fait bien. Si les albums précédents du groupe d’Oly Ralfe datent (...)