Accueil > Musique > Concerts > Tindersticks, Cirque Royal, 13/05/2010

Tindersticks, Cirque Royal, 13/05/2010

vendredi 14 mai 2010, par Marc

Le bonheur de l’habitude


On ne peut pas dire que ces Nuits Botanique auront été placées sous le signe de la découverte. Car Jean-Louis Murat et les Tindersticks sont en effet des artistes que je ’suis’ depuis de longues années. Il y aura de nouvelles têtes en première partie de Wolf Parade rassurez-vous.

Encore une fois, la première partie vaudra le détour puisqu’il s’agit de Françoiz Breut. La Bruxelloise d’adoption a logiquement présenté beaucoup de titres de son dernier album A l’Aveuglette, sorti il y a plus d’un an. Seulement accompagnée d’un guitariste et d’un batteur, la prestation sobre était vraiment belle. Si sa gestuelle semble un peu emphatique, la voix superbe fait dans la retenue. Plusieurs très bonnes choses qu’on aime déjà (Les Jeunes Pousses, A l’Aveuglette, un très bon La Renverse en final) et la classe indéniable du lieu, la mise en train était impeccable.

Il doit y avoir quinze ans que j’ai découvert les Tindersticks, avec leur génial second album. Depuis, ils ont évolué mais gardé la même capacité à trousser des albums qui transpirent la classe. Leur petit dernier Falling Down A Mountain marquait pour moi un léger recul mais leur passage au Cirque me paraissait un peu inmanquable. Et on a eu raison. Parce que si les titres récents passent parfois moins bien la rampe (Peanuts... ouille), le groupe reste excellent. Six musiciens plus Stuart Staples, dont la voix est une des plus belles et profondes qui soient, le casting est parfait. Ils picoreront dans toutes leurs époques, ce qui nous vaudra Can We Start Again (en rappel), Marbles et surtout A Night In. On n’oublie pas le morceau qui nous a fait découvrir un artiste, et celui-ci est un de ceux que je préfère, toutes époques et genres confondus. Un must absolu.

Etrangement, ils reprendront même Marseilles Sunshine tiré d’un album solo de Stuart Staples (Lucky Dog Recordings) et l’idée se révèle bonne, intense, brute. Le genre de chose qui nous amène à sortir de chez nous pour nous rendre à un concert. J’ai beau les avoir vus deux fois déjà (une Nuit Bota, je dirais 1997 et un Pukkelpop) en plus d’un bon concert de Stuart seul, ce jeudi ils ont livré leur meilleure prestation. La classe s’altère difficilement. Et eux en ont. Plein.

Plus de photos ? C’est ici : http://picasaweb.google.com/marc.mineur/TindersticksCirqueRoyal13052010#

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)