Accueil du site > Musique > Concerts > Wolf Parade, Nuits botanique, 16/05/2010

Wolf Parade, Nuits botanique, 16/05/2010

lundi 17 mai 2010, par Marc

Le cri du loup


Une clôture du festival en fanfare, voilà ce qu’on attendait pour ce dernier concert (pour ma part). Mais ne brûlons pas les étapes.

On l’a dit, une particularité des Nuits Bota par rapport à un "bête" concert, c’est la quantité des premières parties. Trois rien que pour ce soir. Ce qui a fait commencer la tête d’affich à 22h50, heure fort tardive pour une veille de jour "de semaine". Pour ouvrir les hostilités, la Néo-Zélandaise de Bachelorette arrive munie de deux laptops. S’enregistrer et jouer sur ses propres boucles est quelque chose de vraiment courant de nos jours. Avec de franches réussites (Owen Pallett, Dosh...) mais aussi un peu d’inutiles suiveurs. Je classerais cette gentille chanteuse dans la seconde catégorie. Parce que ce qu’elle joue ’en direct’ est franchement rudimentaire, et on pense successivement à un YACHT première époque sans la folie, une Björk (forcément avec un nom pareil) sans la folie vocale. Donc gentil, mais sans surprise et de qualité toute relative.

Plus surprenante était la formation californienne de Warpaint. Non que le genre soit follement original, les groupes de filles reprenant les recettes cold-wave, on a connu ça (je suis comme vous, j’ai pensé à The Organ) mais leur abattage est engageant et leur enthousiasme gomme les petites imperfections techniques. Il manque peut-être la voix d’une Siouxie (ou The Organ, d’ailleurs) et des compositions plus catchy pour vraiment emporter le morceau. Mais c’est une bonne surprise venue de nulle part.

Le quintette américain de Surfer Blood était quant à lui un peu plus attendu. Annoncés par un petit buzz, ils bénéficient d’une aura de sympathie que leur jeune âge et leur culot renforcent encore. Même si vous devez savoir que le pop-rock à guitares des nineties, ce n’est pas vraiment mon truc. Comme souvent, on se dit qu’on ne se serait pas déplacés pour eux mais qu’on ne décroche pas une fois qu’on nous les propose.

Le plat de résistance, à cette heure un peu avancée, s’appelle Wolf Parade. Deux témoignages de disques et une relation de live (plus leurs nombreux projets parallèles) m’ont déjà permi de dire tout mon enthousiasme pour les Montréalais. Je ne serai pas encore déçu cette fois-ci. Le son a beau être poussé trop fort, leurs morceaux doublés en vitesse, et les morceaux de l’imminent Expo 86 pas tous renversants, leur puissance de feu est intacte. La dualité entre le clavier et le timbre particulier de Spencer Krug et la voix plus âpre et la guitare acérée de Dan Boeckner fonctionne à plein. Et la section rytmique prouve le temps d’un California Dreamer de feu qu’elle participent à la performance. Certes leur énergie noie un peu la subtilité des morceaux du génial Apologies To The Queen Mary, mais ne pas virer dans le gloubiboulga total à un niveau de puissance pareil est une performance. Il y a presque deux groupes là-dedans. Un plus subtil qui fait des albums et une cannonière qui fait les concerts. Ce rappel valait bien le déplacement.

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

7 Messages de forum

  • Wolf Parade, Nuits botanique, 16/05/2010 18 mai 2010 12:14, par Leroy Brown

    Moi ca m’a bien plu aussi (et je suis loin d’être un spécialiste du groupe) mais je connais des puristes qui se sont sentis trahis par ce "gonflage" du son (synthés-vitesse-décibels)...

    Répondre à ce message

  • Wolf Parade, Nuits botanique, 16/05/2010 19 mai 2010 10:03, par bousval

    On peut me considérer comme un puriste, à tout le moins comme un de leur bon client, et ce "gonflage" (j’insiste sur les guillemets) du son ne m’a pas dérangé. C’est un peu différent. C’est plus du 50/50 Krug/Boeckner, là où on devait être dans du 70/30 auparavant. Des sonorités plus électriques ont grignoté du terrain au dépens du clavier de Krug. Bref, ça évolue quelque peu. Quoi de plus normal ?

    J’ai vu Wolf Parade dimanche et Pavement hier soir ! Et j’ai vu deux excellents concerts de deux groupes qui me sont vraiment essentiels. Longue vie aux loups.

    Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0