Accueil > Musique > 2010 > John & Jehn - Time for the Devil

John & Jehn - Time for the Devil

lundi 31 mai 2010, par Laurent

Post-néo-néoromantisme


Si, à la base, j’ai tardé à parler de ce disque renversant, c’est pour deux raisons bien distinctes : la première étant mon scepticisme prolongé vis-à-vis d’un groupe dont le précédent effort avait suscité un intérêt disproportionné, et la seconde, la conviction que la hype allait par conséquent se charger d’en parler suffisamment sans moi. Curieusement, à mesure que mes retours perpétuels vers John & Jehn me révélaient un peu plus à ma propre addiction, je me rendais également compte que le second album du duo au joli pseudonyme – de leurs vrais noms Nicolas et Camille, qui ont quitté leur douce France pour s’installer à Londres – était en train de passer relativement inaperçu.

Pourtant, que de chemin parcouru... un son beaucoup plus dense, des voix mieux posées et surtout, des compositions qui peuvent déjà rivaliser avec celles de leurs modèles, soit toute la frange la plus ténébreuse du néoromantisme eighties : Sisters of Mercy (Time for the Devil), Stranglers (Vampire), Passions (Shades), Nina Hagen (Ghosts), Tuxedomoon (Prime Time), XTC (un peu partout), toute la new wave y passe – mais digérée, resservie pour coller à une époque toujours plus avide de vitesse et de diversité. M’est avis que ceux qui ont grandi avec les artistes précités – en l’occurrence, ce n’est pas mon cas et ça n’empêche rien – devraient trouver beaucoup de choses à aimer sur cette rondelle.

D’autant qu’on y trouve bien davantage à grappiller, à commencer par cet autre parrainage patent, celui du Velvet Underground. Le timbre gravement désinvolte de John, comme une version juvénile des inflexions de Lou Reed, est loin d’y être étranger (Down Our Streets) ; mais c’est faire l’impasse sur la nocuité qui se dégage en permanence des morceaux même les plus sautillants (Shy, Love Is Not Enough) et se pose en condition nécessaire et suffisante de cette écrasante référence. Et puis, surtout, il y a l’organe de Jehn, qui a tendance à prendre franchement le dessus sur ce deuxième opus et convie une Siouxsie moins glaciale au banquet où festoient Debbie Harry et les Go Go’s (And We Run).

Parfait compromis entre ce qui se fait de mieux aujourd’hui en termes de revivalisme post-post-punk (The XX), post-néogothique (The Horrors), post-avant-pop (Chairlift) ou post-old-garage (The Kills), “Time for the Devil” est tout bonnement truffé de tubes énormes, depuis la déclaration lugubre – d’une sensualité suffocante – du magnifique Oh My Love, jusqu’aux arabesques lycanthropes de London Town. C’est un disque absolument nocturne, qui rend à la couleur noire cette puissante charge érotique dont les deux dernières décennies l’avaient trop souvent dépouillée. Profond, charnel, et en même temps résolument pop, il s’agit là d’une gourmandise douce-amère qu’on devrait presque rendre illégale.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

2 Messages

  • Zola Jesus - Arkhon

    Au début, il était facile de voir Nika Roza Danilova comme une version moderne de Siouxie mais elle a vite fait craquer ce carcan. Sans doute encore plus aujourd’hui qu’elle n’est plus seule aux commandes mais peut compter sur l’aide du producteur Randall Dunn et du batteur Matt Chamberlain qui a collaboré avec rien moins que David Bowie, Bob Dylan, Bruce Spingsteen, Of Montreal ou Rufus Wainwright... Alors qu’on la plaçait dans un revival, il serait peut-être plus pertinent de l’associer à quelques (...)

  • Anna von Hausswolff - Live at Montreux Jazz Festival

    La seule fois que les concerts d’Anna von Hausswolff ont été mentionnés dans la presse généraliste, c’est quand une bande d’intégristes stupides ont empêché la tenue d’une prestation à Nantes. Par un effet Streisand prévisible, plusieurs personnes ont découvert et apprécié la Suédoise à cette occasion.
    On n’avait pas attendu cette désolante actualité pour dire tout le bien qu’on pensait d’Anna et on ne va pas changer d’avis avec la publication de ce live de 2018. Enregistré au légendaire festival jazz de (...)

  • Strawberry Pills - Murder To a Beat

    Rien à faire, le simple fait qu’il y ait une scène gothique grecque me met en joie. Ce n’est même pas une découverte, on vous avait déjà parlé de Mechanimal à l’époque et dit à l’époque qu’on aimait ça. Le duo formé par Valisia Odell et Antonis Konstantaras est dans les canons du genre. Riffs aigres, beats synthétiques et voix féminine grave sont de sortie, les afficionados en auront pour leur argent.
    Mais il ne suffit pas de reprendre des poncifs, il faut aussi des morceaux et ils sont bel et bien là. Et on (...)

  • Anna von Hausswolff - All Thoughts Fly

    Il pourrait sembler étrange qu’une chanteuse charismatique se lance dans l’exercice parfois aride de l’album instrumental mais dans le cas de la Suédoise Anna von Hausswolff, son amour de l’orgue déjà avéré rend la surprise moins grande. Elle a déjà expliqué trouver une partie de son inspiration en découvrant de nouveaux instruments, et son album précédent en était une preuve. Ici, c’est celui de l’Örgryte New Church de Göteborg qui donne cette belle coloration à cet album.
    Le hasard met dans nos oreilles (...)