Accueil > Critiques > 2004

Magnus : The Body Gave You everything

jeudi 10 août 2006, par Marc


Il est possible qu’un de ces jours on se lasse de la musique électronique, qu’on émette un bâillement ennuyé comme celui qui ponctue un morceau d’acid-jazz. Mais tant que les albums seront à la hauteur de celui-ci, les oubliettes des styles passés de mode lui sont épargnées.

C’était un coup de bluff. Que Tom Barman, sorte de touche-à-tout de génie (rappelons qu’il est chanteur de dEUS, réalisateur de films comme Anyway the wind blows, DJ et j’en passe) rencontre CJ Bolland, c’était un peu facile à deviner, mais que l’osmose se fasse aussi vite, c’était un rien moins prévu.

Bon, les trois premiers morceaux sont bien connus, et on sait déjà qu’on n’a pas perdu son temps après Rythm is deified le credo, Summer’s here tiré de la bande son de Anyway the wind blows et un French movies ouvert par une voix de réalisatrice qu’on devine française et tête à claques.
Le morceau suivant pourrait faire un peu Basement Jaxx si ce n’était aussi retenu. Les titres les plus techno peuvent arriver, la paire a déjà conquis son auditoire. Les moments les plus forts restant Hunter/collector et le Assault on Magnus, tout en langueur pour commencer, pour s’électrifier au passage et terminer par le seul moment où on sent que les chevaux sont lâchés, que la fête pure et dure peut commencer.

La voix de Tom Barman nous a déjà procuré de nombreux bons moments et réchauffe de manière singulière une musique que les plus obtus voudraient voir comme déshumanisée. Si vous ne savez pas comment on passe de l’état de calme à celui de transe, vous avez une expérience à tenter. (M.)

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)