Accueil > Critiques > 2004

Magnus : The Body Gave You everything

jeudi 10 août 2006, par marc


Il est possible qu’un de ces jours on se lasse de la musique électronique, qu’on émette un bâillement ennuyé comme celui qui ponctue un morceau d’acid-jazz. Mais tant que les albums seront à la hauteur de celui-ci, les oubliettes des styles passés de mode lui sont épargnées.

C’était un coup de bluff. Que Tom Barman, sorte de touche-à-tout de génie (rappelons qu’il est chanteur de dEUS, réalisateur de films comme Anyway the wind blows, DJ et j’en passe) rencontre CJ Bolland, c’était un peu facile à deviner, mais que l’osmose se fasse aussi vite, c’était un rien moins prévu.

Bon, les trois premiers morceaux sont bien connus, et on sait déjà qu’on n’a pas perdu son temps après Rythm is deified le credo, Summer’s here tiré de la bande son de Anyway the wind blows et un French movies ouvert par une voix de réalisatrice qu’on devine française et tête à claques.
Le morceau suivant pourrait faire un peu Basement Jaxx si ce n’était aussi retenu. Les titres les plus techno peuvent arriver, la paire a déjà conquis son auditoire. Les moments les plus forts restant Hunter/collector et le Assault on Magnus, tout en langueur pour commencer, pour s’électrifier au passage et terminer par le seul moment où on sent que les chevaux sont lâchés, que la fête pure et dure peut commencer.

La voix de Tom Barman nous a déjà procuré de nombreux bons moments et réchauffe de manière singulière une musique que les plus obtus voudraient voir comme déshumanisée. Si vous ne savez pas comment on passe de l’état de calme à celui de transe, vous avez une expérience à tenter. (M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)