Accueil > Musique > Concerts > Kate Nash, Botanique, 08/06/2010

Kate Nash, Botanique, 08/06/2010

jeudi 10 juin 2010, par Marc

Perplexité


Il a souvent été question des albums qui laissent perplexe. Pas qu’on ne les aime pas, mais ils ne semblent pas se prêter à une analyse. Il en est de même pour les concerts, avec la circonstance aggravante qu’on ne peut les rejouer.

Il sera dit que les premières parties de ces derniers temps ne nous auront pas gâtés. Le trio irlandais de Sisters Lovers fait sourire quand il singe de façon sommaire le Sonic Youth de longtemps avant la naissance des membres du groupe, amuse moins quand le rock se fait plus banal et que le chanteur montre ses limites, est un peu grotesque quand un solo se veut déstructuré en étant juste mal fichu, et agace carrément quand on a l’impression vers la fin qu’on assiste à un karaoké sur U2 après quatre Westmalle.

Avant que les photos ne soient disponibles, il faudra que vous me croyiez sur parole mais l’apparence de Kate Nash dès son entrée en scène met un peu mal à l’aise. Les cheveux d’une couleur indéfinie, un hectare de noir sur les paupières, et surtout une espèce de salopette bariolée jaune et bleue, voilà pour la présence. Elle s’installe donc devant son clavier, les jambes cachées par une bâche qui affirme « a cunt is a very useful thing » (indeed). On ne m’a jamais vanté avec des trémolos dans la voix l’excellence des prestations live de la demoiselle mais là, on est quand même un peu circonspects. Certes, la voix est la sienne, assure toutes ses fantaisies, monte à la demande, le groupe a l’air en place mais le son reste assez indistincts un peu trop pour reproduire de façon tout à fait satisfaisante les subtilités des albums, surtout que le premier album a quand même été écouté un paquet de fois. On sent les gens content d’entendre le toujours très bon Foundations mais il y a un goût de trop peu.

Le dernier My Best Friend Is You m’a laissé une bonne impression (critique en retard mais imminente) et les morceaux avaient eu le temps de décanter, ce qui renforce encore l’impression d’inachevé. J’imagine aisément que certains morceaux plus destroy (Higher Place, I Just Love You More, une reprise non identifiée) puissent déconcerter, mais personnellement, sa voix se prête bien à cette fureur, voire un peu d’esprit aventureux (ça veut dire intéressant mais pas doux à l’oreille) sur Mansion Song. De même, elle se débrouille assez bien toute seule à la guitare pour l’attachant I Love Seagulls qui ne devient étrange que par le décalage avec son apparence (désolé de revenir avec ça…).

Les rappels se limiteront à une version distordue de Pumpkin Soup. On a donc été prié d’aller trainer ses réflexions ailleurs. C’est qu’on était arrivés avec une image de la donzelle qu’on doit remettre à jour.

EDIT : les photos sont en ligne : http://picasaweb.google.com/marc.mineur/KateNashBotanique08062010

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)