Accueil > Critiques > 2010

Math and Physics Club - I Shouldn’t Look As Good As I Do

samedi 19 juin 2010, par marc

Adoptez un nerd gentil


Dans la série « j’ai un nom de groupe de nerd », il est difficile de faire plus avancé que ce trio de Seattle. Ce qui au passage montre la diversité de la scène de là-bas. Si c’est au grunge que vous évoque cette ville, c’est officiel, je ne peux plus rien pour vous. Il s’est passé des trucs ces quinze dernières années, je vous assure.

Evidemment, on ne peut pas nier les apports des Smiths ou Belle And Sebastian. C’est d’ailleurs l’évocation de ces deux noms qui m’ont donné l’envie d’y jeter une oreille. La voix et la mélodie sur I’ve Been That Boy semblent provenir de la bande de Murdoch, c’en est presque de l’hommage (terme politiquement correct pour plagiat plus ou moins assumé). Des premiers on a les guitares un peu froides et filandreuses qui m’ont occasionnellement fait penser à The XX dans un pique-nique champêtre. Enfin, on devine à l’emballage (les titres, la pochette, leur nom même) qu’ils ont un humour plus marqué que les coincés de Glasgow mentionnés.

De temps en temps, on ça s’emballe gentiment et je me rappelle que j’ai pu écouter des groupes gentils il y a quinze ans, en compensation de choses plus sombres (la bande des Current 93). Quand ils élèvent (gentiment bien entendu) le ton, on a un morceau sautillant (Will You Still Love Me ?)

La voix est aussi ce qui aide à ne pas décrocher. Pas trop haut perchée, sympatoche comme tout, elle manque peut-être de personnalité pour vraiment se distinguer mais elle est le point d’accroche facile de cette musique. Il ne faut pas l’ériger en règle générale, mais j’apprécie les albums qui ne s’encombrent pas de longueurs. Pas de gras inutile donc, le sourire n’a pas le temps de se figer.

On sort fort heureusement de ce carcan étroit pour évoluer vers un metal progressif du plus bel effet. Je déconne, on a quelques jolies balades exécutées avec un certain recul, une totale absence de geignardise et de mièvrerie (Everybody Loves A Showtune). Ce morceau fait penser aux bons moments des Decemberists, avant de se faire dévorer par le grand méchant prog et un des morceaux qui me resteront sur cet album. Tout comme Jimmy Had A Polaroid.

La légèreté est une qualité et un défaut, on a déjà eu l’occasion d’en reparler. Mais s’il faut souvent être d’attaque pour que ces groupes pop donnent leur meilleur, il y a ici une constance et une qualité qui en fait pour moi un conseil indéniable en la matière.

http://www.myspace.com/mapc
http://www.mathandphysicsclub.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)