Accueil > Critiques > 2010

Stars - The Five Ghosts

vendredi 25 juin 2010, par marc

La théorie de la chaine inversée


Dans la grande bande d’Arts And Crafts, on a eu Metric qui a livré l’an passé son meilleur album et Broken Social Scene qui a lui aussi réussi son Forgiveness Rock Record L’attente était donc implicitement grande pour Stars, qui fait un peu partie d’une bande plus cohérente qu’il n’y parait. Ceci serait le versant pop, Metric le rock qui n’a pas peur du beat et Broken Social Scene la relecture en format pop d’un certain post-rock. Oui oui, je réalise à quel point c’est tiré par les cheveux comme réflexion.

Comment un groupe peut-il rester aussi attachant sans jamais complètement séduire à chaque fois ? Comme ces amis d’amis qui font partie de la bande de façon naturelle mais avec qui on n’a une conversation soutenue que de loin en loin, on a admis que Stars peut se surpasser mais que leur volonté d’ampleur (de pompier ?) rend souvent les morceaux digestes mais pas passionnants (I Died So I Could Haunt You). C’est trop frontalement pop pour me faire chavirer (We Don’t Want Your Body) mais comme c’est suffisamment léger et bien emballé, The Passenger ou How Much More passent sans effort. Il faut accepter cette légèreté, ce son un peu trop léché, éloigné des canons presque obligatoirement acides que pratiquent certains groupes à la mode. C’est une particularité de cette bande de Toronto.

Auraient-ils comme tant d’autres cédé aux sirènes années ’80 ? La mythologie nous conseille de se faire attacher au mât dans des cas pareils. Ils n’ont en effet pas peur d’un synthé mis en avant sur Fixed ou d’un son de boite à rythme sur How Much More.

Les morceaux relativement plus simples sont donc particulièrement bienvenus. Changes donne plus d’espace à la voix et la personnalité d’Amy Millan et à cette jolie mélodie. On est donc plus immédiatement séduits, nous qui les savions à l’aise dans ces climats plus languides, et qui ne nous sommes pas encore complètement remis de Personal sur l’album précédent. L’autre très bon moment aura été annoncé d’entrée avec Dead Hearts, où la conjonction des voix marche en plein. Celle d’Amy Millan en tous cas participe toujours autant du plaisir d’écoute. Etrangement, l’effet sur Winter Bones pourrait la faire passer pour celle d’Anita Lane.

Contrairement à une chaine dont la résistance s’estime au plus faible de ses maillons, la valeur d’un album est souvent faite de ses meilleurs moments. Trop ampoulé pour moi en moyenne, il faut prendre Stars pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire un groupe très policé au gros son qui a la chance d’avoir une chanteuse attachante et peut le temps de quelques morceaux être vraiment très bon.

http://youarestars.com/
http://www.myspace.com/stars

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Stars - The Five Ghosts 25 juin 2010 18:53, par mmarsupilami

    Bon ben comme vous ne faites que chroniquer que des albums que je n’ai pas entendu, je ne sais rien dire.
    Ben si : bon week-end !
     ;-)

    repondre message

  • Bat For Lashes - The Dream of Delphi

    On ne pourra jamais reprocher à Natasha Kahn d’enchainer des albums identiques. Après le plus synthétique et clairement teinté eighties Lost Girls, la revoici avec un album vaporeux et presque ambient par moments. Peu de morceaux se détachent lors des premières écoutes, ce qui est habituel. Il a par le passé fallu des prestations live pour pleinement appréhender certains albums. Il faut dire que c’est (...)

  • Fat White Family – Forgiveness is Yours

    La subversion, en rock, ne passe pas nécessairement par les hurlements et les guitares déchainées. Et une dose de subtilité ou de décalage permet souvent d’obtenir le maximum d’effets. Si on avait attendu le wagon Serfs Up ! pour rattraper le train de Fat White Family, le mélange de morceaux amples, ronds et plaisants et d’un propos plus acide avait énormément plu.
    Ce digne successeur brouille encore (...)

  • Charlie Risso - Alive

    On avait approché l’univers de l’Italienne Charlie Risso par le biais d’un fort joli EP de pop synthétique baignée d’ambiances nordiques, ce qui était un peu étrange pour une Génoise (de la ville, pas la pâtisserie).
    On la retrouve dans ce registre qui avait tant plus sur un morceau comme Keep The Distance quand Railroad semble lorgner du côté de Ladytron, en présente la densité en tous cas. Mais si on (...)

  • Terestesa - Bella Faccia (EP)

    On ne le répétera jamais assez, un premier morceau qui claque est toujours une bonne façon de se présenter. Et le groupe toulousain Terestesa formé de deux Françaises et deux Italiennes l’a bien compris. Mondo Cane monte, monte. C’est un peu âpre, très rentre-dedans sans jamais hausser le ton, et vraiment irrésistible. Une pulsation kraut, certes, mais éminemment moderne et aventureuse.
    Mais cet album (...)

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)