Accueil > Critiques > 2010

Perfume Genius - Learning

mercredi 23 juin 2010, par marc

Comme du tricot


Il y a des périodes comme ça, où les sorties semblent un peu diminuer leur rythme effréné et où on se risque plus volontiers à tenter des artistes Laurent émettait l’idée il n’y a pas si longtemps, que l’indie, il fallait trouver autre chose à écouter. L’idée est plaisante, et mérite d’être considérée, mais ce n’est pas encore cette fois-ci qu’on va échapper à certains poncifs du genre.

C’est dans un isolement imposé chez sa mère en banlieue que Mike Hadreas, la seule personne derrière Perfume Genius a enregistré son premier album. Des voix un peu passées à l’aspirateur semblent d’ailleurs rappeler cette genèse éclairante. Le résultat, disons-le résultat n’a pas toujours la brillance d’un Bon Iver qui avait aussi choisi la solitude. J’aime aussi penser qu’il a été interrompu dans ses enregistrements parce qu’il devait aller souper.

Joyeux joyeux ce n’est donc pas mais cette façon très convaincante de poser ses sentiments sans complaisance me plait. Pour ceux qui ont apprécié des artistes aussi primesautiers que The Antlers, de petits youpis vont leur échapper. J’en connais aussi qui auront émis un bâillement dès avant la fin de la lecture de cet article. Je vous connais bien au fond

A part cette voix, souvent dédoublée (on pense donc aux Antlers déjà cités ou à Finn), il y a des nappes de clavier ou des sons plus proches du piano (You Won’t Be Here), voire une rythmique symbolique (No Problem). C’est l’ambiance dégagée, sourdement mélancolique mais reposant sur de réelles mélodies qui pourra vous séduire. Votre tolérance à la musique souffreteuse va être mise à contribution. Mais vous savez que ce n’est pas le genre de la maison.

Comme de bien entendu, les thèmes ne sont pas toujours guillerets puisqu’on entend sur Mr Peterson (He made me a tape of Joy Division / he told me there was part of him missing / when I was 16 / he jumped off a building). On note pourtant une poussée de motivation sur Perry

A l’intérieur des niches, il y a encore des niches. Comme un matriochka indie. Donc c’est dans la catégorie de musiques déplumées, faites tout seul, un peu geignardes, rehaussées de nappes de claviers qu’il conviendra de ranger Perfume Genius. Ca, c’est pour le classement. Pour l’avis subjectif, je dois dire que j’ai vraiment bien aimé cet album modeste et à hauteur d’homme, qui broie du spleen comme d’autres font du tricot, de façon naturelle et avec un résultat qui réchauffe.

En écoute sur : http://www.turnstilemusic.net/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Perfume Genius - Learning 24 juin 2010 20:50, par Laurent

    J’avais découvert ce garçon via les conseils avisés de Chris Garneau (avec qui je vais de temps en temps boire une chopine... c’est pas ça). Un artiste fragile, gracile, pour un disque court que je trouve impeccable et somptueux (du 4 étoiles pour ma part). Mais bon, j’ai un faible pour les geignards je crois...

    repondre message

    • Perfume Genius - Learning 25 juin 2010 14:24, par Marc

      Encore une fois, ne pas accorder trop d’importance aux étoiles. J’avais vu qu’il y a un an déjà que certains l’avaient débusqué (Ears Of Panda, ce genre). On doit quand même être nombreux à aimer les geignards je pense.

      Mes amitiès à Chris Garneau. Il doit au moins boire des infusions au sureau, non ?

      repondre message

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)