Accueil du site > Musique > 2010 > The Silent League - But You’ve Always Been the Caretaker

The Silent League - But You’ve Always Been the Caretaker

vendredi 18 juin 2010, par Laurent

Seconds couteaux


Vous connaissez beaucoup de soi-disant « supergroupes » qui, ces trente dernières années, se seraient révélés supérieurs à la somme de leurs parties ? Je serais ravi d’entendre des noms car, à ma connaissance, la règle pour ceux-là n’a jamais dévié : ce n’est pas l’atome qui fait l’alchimie, c’est l’atome crochu. Et ce n’est pas parce que des membres de Mercury Rev, de Stars Like Fleas ou de Beirut ont décidé de créer une ligue secrète que cette dernière accouchera forcément d’un chef-d’œuvre. Suivant un principe de proportion inversée, c’est peut-être justement parce que les membres en question sont tous des seconds couteaux que la formule a l’heur de plutôt bien fonctionner sur cet album – leur troisième – long et terriblement varié.

Rock variété ? Restons courtois. Si le leader Justin Russo admire manifestement Jeff Lynne et contribue à la réhabilitation d’Electric Light Orchestra qui semble être le maître mot de cette année 2010 – ils reprennent ici avec brio Yours Truly 2095 – on reste d’autre part sur le terrain bien balisé du rock de chambre, épique juste quand et comme il faut. When Stars Attack !!! se poserait ainsi en modèle de ballade martiale brutalement soufflée par une explosion orchestrale qui oublie de prévenir. Les delikatessen de Little I ou le joyeux feu d’artifice de Resignation Studies sont d’autres points de repère qui ne dépayseront pas les consommateurs les plus friands de l’indé nord-américain. Cependant, The Silent League se permet bien des infidélités et affirme tout le long de l’album, avec plus ou moins d’évidence, son net penchant pour les sonorités progressives.

Il faut ériger en exemple The Ohio Winter Convention, parfaite promenade harmonique qui s’achève dans le brouhaha, ou le finale psychédélique de Here’s a Star, croisement intrigant entre MGMT et le Bowie spationaute. Ailleurs, on est désarçonné par quelques idées d’arrangements qu’on croyait enterrées à jamais : synthé préhistorique sur There’s a Caretaker in the Woods, délire au wurlitzer sur Rules of Disengagement ou But You’ve Always Been the Pilot et, plus fort que tout le reste, Day Planner qui ose rien moins qu’un solo de saxophone. Le pire, c’est que tout ça semble couler de source, du coup on ne boude aucun titre et le voyage procure un vrai plaisir. Jusqu’à Final Chapter Meeting, dernier morceau avant l’épilogue et superbe envolée de gothique flamboyant, dans la plus pure tradition canadienne : un vrai diamant brut.

Pas de chef-d’œuvre donc, mais une totale réussite dans le genre trop fréquenté du rock mi-mélancolique mi-fanfaron qui tourne au moteur à explosion. Dans la mesure où The Silent League n’en sont pas les champions et que le champ musical est suffisamment vaste pour qu’on économise notre extase vers des choses plus originales, on ne va pas non plus leur dérouler le tapis rouge. Soulignons toutefois combien leurs goûts inhabituels, loin d’être des facteurs rédhibitoires – voir notamment cette épatante reprise d’Alicia Keys sur le disque bonus – leur confèrent en réalité un code génétique distinctif. On ne va pas faire dans l’eugénisme, mais disons que cette ligue possède l’ADN de gentlemen extraordinaires.

Article écrit par Laurent

Share on Facebook

Répondre à cet article

4 Messages de forum

  • The Silent League - But You’ve Always Been the Caretaker 18 juin 2010 10:42, par mmarsupilami

    Globalement d’accord, généralement, ça ne marche pas, les supergroupes !

    Faut s’entendre aussi sur la notion de supergroupe où la réunion de trois inconnus qui ont eu un quart de demi-hype devient un "supergroupe". Ici, on est entre les deux. Toujours d’accord avec toi, c’est un "demi supergroupe"...
    Ceci dit, j’en dirai plus quand j’aurai écouté...

    Mais là où je voulais en venir : certes, tu as entièrement raison, généralement les supergroupes foirent. Mais une exception qui confirme la règle dans un style précis (et je sais, on peu ergoter sur le fait de savoir si les groupes d’origine sont des groupes importants ; je crois qu’ils le sont dans leur style) : The Transplants. Un membre de Rancid + un membre de Blink 182 + un rappeur, qui ont sorti un album extraordinaire en 2002, un autre en 2005, puis se sont séparés. Peut-être que le secret, c’est justement que la réunion soit une fusion de styles différents et pas l’addition de gars d’un même style pour une branlette générale ! _ ;-)

    Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0