Accueil > Musique > 2009 > La Roux - La Roux

La Roux - La Roux

lundi 8 novembre 2010, par Fred

La vie en 8-bits


Alors que Angel & Airwaves avait resorti d’un placard la panoplie sonore du Joshua Tree de U2, les londonniens que voici sont quant à eux tombés sur la malle temporelle enterrée par Depeche Mode à la fin de leur tournée "Speak and Spell Tour".

Elly Jackson, la chanteuse de ce duo ne cache d’ailleurs pas son obsession pour le son des années 80.Revendiquant une filiation avec Depeche Mode, Yazoo ou Eurythmics, on s’attendait bien à un glaçage aux de synthés, mais au delà de l’habillage, les thématiques et la teinte générale de cet album sont bien raccord avec ceux de DM : mélodies désabusés, introversion, rejet, manque d’affection, etc.

L’album sorti il y a un an, s’ouvre sur le morceau qui les a fait connaitre et qui les a amené à Werchter l’été passé : In for a Kill. Vous connaissez déjà l’histoire, les instru 8-bits, la rythmique binaire et la voix haut perchée qui caractérise ce morceau. Le mix a juste été légèrement revu par rapport au single..
Sur le plaintif Tigerfly, la seconde voix grave pourrait être celle de Daan. Mais ce n’est que celle du Papa d’Elly. Bien vu cependant.

Plus loin, Fascination le son est plus proche d’Erasure. Mais bon, quand on connait l’histoire du son de DM du début et l’histoire d’Erasure, rien d’étrange (voir Vince Clarke sur Wikipedia).
La voix apparait pour la première fois dénudée des artifices de studio et on découvre au delà des gimmick de doublage vocale l’interprétation.
Reflections are Protections remet encore la voix à nu, dans un thème mélancolique.

On vous mettra en avant BulletProof un véritable sans faute. C’est pop, c’est rétro tout en étant dans le vent. C’est aussi glorieux et totalement assumé. La pop synthétique qu’on ne peut pas décliner, même
si ça nous fait un peu mal de l’avouer.

Cet équilibre difficile, on n’en retrouve des bribes sur Fascination, In for a Kill et I’m not your toy. Tout reste est quant à lui acceptable si ce n’est la fort anecdotique balade Cover My Eyes.

La vrai question est de savoir si on en parlerait si ça ne ressemblait pas autant à du DM ?
Ne serait ce pas juste un autre album de pop anglaise prêt à rejoindre les SugarBabes, et autres Girls Aloud sur le prochain And Now that’s what I call Music ?

On répondra deux fois par la négative car on trouve ici un talent pour l’écriture de perles pop mélancoliques.
Que ce soit, sur le chant, le thème ou les arrangements vintage, La Roux marque une différentiation à laquelle je ne m’attendais pas et qui m’a procuré le plaisir de la bonne surprise, un an après tout le monde.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)