Accueil > Musique > 2010 > Gayngs - Relayted

Gayngs - Relayted

mardi 29 juin 2010, par Laurent

Entre l’être et l’oubli


Le magazine britannique Q, jamais à une ineptie près, s’est pourtant fendu d’une jolie formule, dans son numéro du mois de juillet, pour décrire la musique du collectif Gayngs : « stoner AOR ». Ils n’ont pas tort, ces Anglais ; il y a effectivement, sur l’insolite “Relayted”, quelque chose d’un Fleetwood Mac qui aurait préféré les analgésiques à la cocaïne, quelque chose aussi d’un Josh Homme fatigué. Ou sous-marin, peut-être : de la même façon que la pression aquatique ralentit les trajectoires violentes d’une balle ou d’un coup de poing, les petits gars de Gayngs saisissent l’énergie du rock et l’élastifient jusqu’à en faire une matière flottante.

Ainsi, lorsque les voix sont déformées au point d’en brouiller les genres, coincées entre les extrêmes de l’androgynie et de l’asexuation, on penserait plutôt à des projets électroniques tels que The Knife. Cry, reprise gonflée de Godley & Creme, en constitue d’ailleurs le meilleur exemple. Car d’autre part, c’est surtout à un certain versant soutenable des années 80 – si, ça existe – que nous convient la plupart des titres. Pourtant, on parle bien ici de la variété lente ouverte aux solos de saxophone qui, de Champaign aux Korgis, a provoqué plus d’un mariage – ou à tout le moins, quelques roulages de pelle sur fond de néons mauves. Mais le traitement pour ainsi dire expérimental infligé par Gayngs transforme la matière première en quelque chose de totalement inédit et insaisissable.

Le résultat est parfois poussif, sur les morceaux les plus déstructurés (False Bottom, The Beatdown) ; mais quand le groupe est focalisé sur son sujet, c’est absolument brillant (No Sweat, The Walker). On se verrait alors bien danser un slow dans un film de John Hugues, avant d’être rattrapé par une director’s cut signée Lynch ou De Palma. Monument du genre, le long titre initial The Gaudy Side of Town ressemble à un mash-up du True de Spandau Ballet et du Careless Whisper de George Michael... remixé par Four Tet. Comment définir autrement cet amalgame inattendu – inentendu ? – d’hétérodoxie et de kitsch, celui que Kundera définissait comme « la station de correspondance entre l’être et l’oubli » ? Peut-être en évoquant cet autre nom, nettement plus obscur mais digne des plus éclatants rayons, celui de Raz Ohara et de son Odd Orchestra. On retrouve chez Gayngs la même torpeur habitée, les mêmes gimmicks pour inviter à la transe.

Avant de tirer des conclusions trop définitives, il faudra cependant passer par Faded High et son motif à la OMD. Non content d’être le titre le plus anachronique du lot, c’est surtout celui où l’on reconnaîtra le plus facilement la voix de l’amphitryon : Justin Vernon... eh oui, monsieur Bon Iver en personne. L’air de rien, le héros surprise de 2008 n’aura pas chômé depuis le déjà culte “For Emma, Forever Ago” : au sein de Volcano Choir, aux manettes de l’album de Daredevil Christopher Wright ou en duo avec St. Vincent, il se faisait aussi remarquer récemment sur la dernière fantaisie d’Anaïs Mitchell (critique à suivre). On ne va donc pas s’étonner de le voir, en compagnie de membres de Megafaun ou du groupe d’Andrew Bird, bidouiller quelques arrangements narcotiques sur du vernis eighties. Après tout, il ne l’avait pas encore fait et c’est sans doute là qu’il faudra anticiper à l’avenir ses choix artistiques.

Alors que Ride lorgnerait d’ailleurs davantage du côté du David Sylvian période Sakamoto, on achève le parcours sur un ultime slow langoureux proprement indéfendable : synthés gluants, vocoder, talk-over suave, rien ne manque à ce Last Prom on Earth pour parfaire l’imitation foireuse de Ten CC qui atteint ici les pires sommets de mimétisme et continue de fasciner malgré tout, parce qu’on y perçoit la nécessaire dose de second degré, ce plaisir régressif à l’œuvre tout au long du disque et tourné en dérision par un évident côté camp. Le ‘Y’ qui distingue ce gang d’autres exercices de style à géométrie variable n’est franchement pas innocent.

Aussi, dans le regain d’intérêt pour un certain mauvais goût qui caractérise ce début de décennie, on ne s’attendait pas à voir un groupe réhabiliter cette frange précise de la pop m’as-tu-vu, d’autant moins pour lui imposer le grimage psychédélique auquel Gayngs soumet sa musique. Le fait qu’une starlette du rock indé soit dans le coup est au final anecdotique ; ici, le concept est suffisamment fort pour dépasser ses auteurs, surtout quand on sait qu’une vingtaine d’invités gravitent autour du projet. Et même si “Relayted” est assez inégal, on y reviendra souvent tant il est, en 2010, unique en son genre.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

8 Messages

  • Gayngs - Relayted 29 juin 2010 09:26, par mmarsupilami

    La seule évocation du nom de l’injustement méconnu Raz Ohara me fait frémir et va m’amener à chercher cet album.
    Raz Ohara est tout de même un des rares artistes à avoir figuré dans mes top en 2008 et en 2009.
    Tu aurais pu ajouter le lien vers ce qui reste à mes yeux une des plus belles chansons sentimentales (oserais-je "slow") des dernières années (remixée par Apparat) :
    http://www.youtube.com/watch?v=8S4fbhgGcww&feature=player_embedded#!

    Bonne semaine !

    repondre message

  • Gayngs - Relayted 29 juin 2010 20:11, par Laurent

    Disons que certaines chansons de "Relayted" (la première en particulier) me font plutôt penser à l’album "II" de Raz Ohara, pour ses titres à boucles lancinantes et ses gimmicks obsédants, d’où le lien vers ma chanson préférée (dont je n’ai pas le courage de recopier le titre interminable). Mais tout est bon chez ce Raz, tout est bon.

    repondre message

    • Gayngs - Relayted 29 juin 2010 23:18, par mmarsupilami

      Oui, tu as raison, il y a une forte évolution entre les deux albums et des ambiances un peu différentes !
       :)

      repondre message

  • Gayngs - Relayted 30 juin 2010 16:51, par Benjamin F

    Putain encore une critique laurentesque (je ne vais pas le redire à chaque fois mais c’est quand même encore fichtrement bien écrit avec des comparaisons pile-poil). Du coup, alors que comme ça le groupe ne m’intéresserait pas outre mesure, je vais me le procurer juste pour un mettre un son sur les mots.

    repondre message

    • Gayngs - Relayted 1er juillet 2010 06:25, par Laurent

      Merci dis ! Avec un peu de chance tu aimeras peut-être mais il faut être de bonne volonté (au vu desdites comparaisons).

      De mon côté j’essaye toujours de me procurer l’album d’Arandel depuis ta critique traumatisante mais c’est pas évident, pas évident, pas évident (référence belgo-belge).

      repondre message

  • Piles - Una Volta

    Il y a des noms qui n’évoquent guère avant qu’on ne les croise dans des projets emballants à très courts intervalles. Ce projet à trois batteurs, Guigou Chevenier, Michel Deltruc et Anthony Laguerre se place en effet dans le sillage du Club Cactus dont on vous a parlé récemment. D’autant plus que le dernier nommé est membre des deux formations et de Filiamotsa. Mais à l’inverse des deux autres groupes, il n’y a pas d’invités vocaux au programme. Il y a bien quelques extraits sonores sur Materials in Us (...)

  • The Defigureheads - Chaos and Cosmos

    Si les noms de groupe issus de chansons célèbres sont légion (de dEUS à Radiohead en passant par Sisters of Mercy), je ne parierais pas que The Defigureheads fasse référence au légendaire album de The Cure. Parce que le genre pratiqué est un rock très teinté par les années ’70. Donc ce n’est l’originalité qui prime mais la compétence et la passion. Et sur ces deux fronts, le trio français répond à l’attente.
    Dans le genre, on s’est habitués au versant psychédélique et stoner du genre et ce n’est pas (...)

  • Björk - Biophilia

    J’aime, j’aime la vie
    Dans la musique de Björk, il a toujours été question de recherche : la quête d’un équilibre parfait entre sa soif d’explorations sonores et son profond enracinement pop. Comme les deux facettes d’une personnalité schizophrène, tantôt la chanteuse a-t-elle gardé les pieds sur terre, tantôt s’est-elle laissé dominer par ses délires visionnaires. Et si sa discographie, toujours exigeante, est à peu près exempte de reproches, l’équilibre a rarement été atteint. “Debut” et “Post” : trop (...)

  • Blanck Mass - Blanck Mass

    Dans « abscons », il y a « abs »
    Soyons fou et allons loin dans l’intime. Juste entre nous, j’ai un aveu à vous faire, un gros défaut à confesser : j’ai horreur d’attendre. Faire la file, tout ça... pouah ! Très peu pour moi : c’en est maladif. Vous allez me dire que dans le domaine de la production musicale, il faut justement savoir se montrer patient : sentir poindre l’excitation en attendant la sortie d’un nouveau disque, laisser à un artiste le temps de mûrir, donner la chance à un album de nous (...)