Accueil > Critiques > 2010

Marissa Nadler - Covers

lundi 16 août 2010, par marc


Handmade CD of my favorite covers
tracklist includes 17 songs- home recordings
I make the linocuts..cut the paper, burn the cds !

I have a new record in the works and every cd you buy helps to make that possible. Thank you so much for _ your support.
xo marissa

C’est ce que vous trouverez si vous allez faire un tour du côté du site de bricolage etsy. Vous avez compris qu’il s’agit d’une collection personnelle vendue en ligne pour financer son prochain album. Après iliketrains, on se devait de promouvoir cette artiste qui nous est tellement chère.

Evidemment, comme une compilation, la critique est fastidieuse, surtout que 17 titres c’est copieux. Mais d’une manière générale, ça s’écoute comme du Marissa Nadler, même si cette fois elle n’enterre pas une copine par chanson. Ce qui fait peu de différence à l’oreille je vous l’accorde. Quand on connaît des brouettes entières de chanteuses-folk-avec-guitare-intégrée, cette personnalité est encore plus appréciable.

On connaissait déjà sa relecture de Famous Blue Raincoat de Leonard Cohen. Et puis beaucoup d’autres qui traînaient sur la toile et le disque ménage de bons moments comme une très belle relecture de No Surprises. On ne dira jamais assez à quel point s’attaquer à la bande à Yorke est hasardeux comme entreprise donc on apprécie cette version. Il va de soi aussi qu’un Jealous Guy passe tout seul

Et comme la plupart de ce qu’on devine être des classiques me sont presque inconnus (Townes Van Zandt, ce genre), on peut considérer cette collection comme une bonne transition avant un album en bonne et due forme, qu’on espère aussi bon que le précédent Little Hells. N’attendez pas ici de reprise ‘gag’, de standard pop mis à la sauce d’un folk austère mais lumineux. Ce n’est pas le genre de la maison. Evidemment, il est un peu incongru de l’entendre chanter I love my drug buddy (des pas regrettés Lemonheads) et on est aussi surpris de voir que Clowne Town est composé par … Xiu Xiu

Si ce que fait Marissa Nadler vous intéresse de près ou de loin, ceci est un achat presque citoyen. Mais au-delà de l’aspect collector et coup de main, il y a une preuve supplémentaire qu’elle est une artiste très attachante

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Marissa Nadler - Covers 16 août 2010 08:53, par Laurent

    J’attends encore mon exemplaire. Comment ne pas soutenir une artiste aussi précieuse ?

    Sinon, si sa reprise de Radiohead ne m’a pas marqué outre mesure (bon, No Surprises a toujours été à mes yeux le titre "faible" d’"OK Computer" aussi...), je recommande chaudement la version de Climbing Up the Walls par la Canadienne Sarah Slean, je la réécoutais justement hier. Ça date de plus de dix ans mais c’est toujours excellent.

    repondre message

    • Marissa Nadler - Covers 16 août 2010 12:46, par Marc

      C’est vrai que pour elle c’est moins difficile de s’attaquer à No surprises que, disons, à Idiotèque. Mais merci pour le tuyau Sarah Slean, je ne connais pas et je vais aller voir par là. Sinon, tant qu’on est un peu dans le sujet, j’avais découvert Vampire Weekend via une reprise d’Exit Music. J’aime toujours autant : remember Radio libre

      repondre message

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)