Accueil > Musique > 2010 > Johnny Flynn - Been Listening

Johnny Flynn - Been Listening

mercredi 28 juillet 2010, par Marc

Pour les beaux cow-boys


L’expérience m’apprend que dès que quelqu’un se pose des questions sur la finalité de l’écriture musicale en ligne, la fin du blog est proche. Je ne serai pas cruel au point de citer des noms. Parce que la toile est une entité changeante, évolutive et comme c’est principalement un loisir dans la plupart des cas, il n’y a aucune raison de se forcer. Si on continue malgré tout après presque sept ans d’existence, c’est aussi parce que ces doutes restent marginaux. Serait-on compulsifs et ne publierait-on que parce qu’on ne peut pas faire autrement ? J’éluderai calmement cette question parce qu’elle n’est pas vraiment d’actualité. Rassurez-vous, on va continuer dans la mesure de la disponibilité. Cette impression est encore un peu renforcée par ces conditions estivales, où la fréquence des publications, la fréquentation du site et l’abondance des commentaires chute sensiblement. Et puis parce qu’on sait que pour un article sur un artiste dont on ignorait tout il y a peu, il n’y a que deux possibilités : il sera peu lu et que par ceux qui lisent tout ici (un grand merci à eux) ou alors beaucoup grâce à ceux que les moteurs de recherche nous auront envoyé par manque d’autres liens (bonjour à eux).

Un des slogans les moins réussis de l’histoire de la publicité, c’est « Flint, la cigarette blonde qui n’est pas faite pour les beaux cow-boys ». Et le visuel montrait des photos de gens de la vraie vie dans des tâches pas très photogéniques. L’ironie ne marche pas en pub, et personne n’aime être un moche cow-boy. Moralité, il n’est pas toujours judicieux de renverser des clichés. Et de Flint à Flynn, sautons le pas parce que ce dernier n’a pas peur des clichés d’une certaine musique de (beau) cow-boy.

De cet Anglais on sait finalement peu, sinon que ceci est son second album, mais on ne part pas complètement dans l’inconnu parce qu’on a une collaboration avec Laura Marling, le très beau The River. La voix féminine sur Agnes est plus burnée (si je puis dire), plus dans les poncifs du genre, et le morceau est ce qui me plait le moins ici, parce que trop caricatural.

Maintenant qu’on a liquidé le moins bon, il faut parler du meilleur, du songwriting soigné sur Lost And Found, de la jolie intensité de Barnackled Warship, la simplicité d’Amazon Love. Je vous encourage aussi à vous laisser aller à Sweet William. Rien ne m’avait préparé à aussi bien goûter ces chansons mais vous l’aurez compris, c’est la qualité de l’écriture qui fait la différence.

Il peut aussi se lancer plus franchement pour le judicieusement nommé Howl et n’a pas peur de la joie simple des morceaux qui s’éclairent d’un trait (The Prizefighter And The Heiress), même s’il faut avoir perdu ses inhibitions vis-à-vis d’un country-folk propre sur lui mais qui ne gâche pas

Cet album est livré avec un second cd de versions démos et alternatives qui sont loin d’être d’indignes épluchures. Parce que deux voix féminines sur The River, ça marche aussi très bien, parce que plus de violons enjolivent encore la plage titulaire, et que surtout, notamment avec plus d’echo, la tonalité générale est un peu différente.

Vous avez sans doute très bien vécu sans soupçonner l’existence de Johnny Flynn. Moi aussi. Il n’en reste pas moins que je suis content de l’avoir trouvé sur ma route et peut-être que vous aussi. Tant qu’on aura ce genre d’attente vous et moi, pas de raison d’arrêter, pas vrai ?

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Johnny Flynn - Been Listening 28 juillet 2010 11:37, par allow

    vrai ! ;o)

    non, sérieux mis à part "agnes", c’est plutôt sympa ds le style... me mettrait bien au country aussi !

    repondre message

  • Johnny Flynn - Been Listening 28 juillet 2010 15:44, par Benjamin F

    Alors en toute transparence, je remets en cause la finalité de l’écriture musicale en ligne à chaque fois que je finis une critique :) Pourtant je pense absolument pas à arrêter. Disons que je dois faire ça plus par besoin que par conviction. Et puis ça me ferait mal au coeur de vous laisser continuer tout seul :)

    Pour ce Johnny Flynn, je vais me l’écouter en jouant à Red Dead Redemption :)

    repondre message

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)