Accueil > Critiques > 2010

Johnny Flynn - Been Listening

mercredi 28 juillet 2010, par marc

Pour les beaux cow-boys


L’expérience m’apprend que dès que quelqu’un se pose des questions sur la finalité de l’écriture musicale en ligne, la fin du blog est proche. Je ne serai pas cruel au point de citer des noms. Parce que la toile est une entité changeante, évolutive et comme c’est principalement un loisir dans la plupart des cas, il n’y a aucune raison de se forcer. Si on continue malgré tout après presque sept ans d’existence, c’est aussi parce que ces doutes restent marginaux. Serait-on compulsifs et ne publierait-on que parce qu’on ne peut pas faire autrement ? J’éluderai calmement cette question parce qu’elle n’est pas vraiment d’actualité. Rassurez-vous, on va continuer dans la mesure de la disponibilité. Cette impression est encore un peu renforcée par ces conditions estivales, où la fréquence des publications, la fréquentation du site et l’abondance des commentaires chute sensiblement. Et puis parce qu’on sait que pour un article sur un artiste dont on ignorait tout il y a peu, il n’y a que deux possibilités : il sera peu lu et que par ceux qui lisent tout ici (un grand merci à eux) ou alors beaucoup grâce à ceux que les moteurs de recherche nous auront envoyé par manque d’autres liens (bonjour à eux).

Un des slogans les moins réussis de l’histoire de la publicité, c’est « Flint, la cigarette blonde qui n’est pas faite pour les beaux cow-boys ». Et le visuel montrait des photos de gens de la vraie vie dans des tâches pas très photogéniques. L’ironie ne marche pas en pub, et personne n’aime être un moche cow-boy. Moralité, il n’est pas toujours judicieux de renverser des clichés. Et de Flint à Flynn, sautons le pas parce que ce dernier n’a pas peur des clichés d’une certaine musique de (beau) cow-boy.

De cet Anglais on sait finalement peu, sinon que ceci est son second album, mais on ne part pas complètement dans l’inconnu parce qu’on a une collaboration avec Laura Marling, le très beau The River. La voix féminine sur Agnes est plus burnée (si je puis dire), plus dans les poncifs du genre, et le morceau est ce qui me plait le moins ici, parce que trop caricatural.

Maintenant qu’on a liquidé le moins bon, il faut parler du meilleur, du songwriting soigné sur Lost And Found, de la jolie intensité de Barnackled Warship, la simplicité d’Amazon Love. Je vous encourage aussi à vous laisser aller à Sweet William. Rien ne m’avait préparé à aussi bien goûter ces chansons mais vous l’aurez compris, c’est la qualité de l’écriture qui fait la différence.

Il peut aussi se lancer plus franchement pour le judicieusement nommé Howl et n’a pas peur de la joie simple des morceaux qui s’éclairent d’un trait (The Prizefighter And The Heiress), même s’il faut avoir perdu ses inhibitions vis-à-vis d’un country-folk propre sur lui mais qui ne gâche pas

Cet album est livré avec un second cd de versions démos et alternatives qui sont loin d’être d’indignes épluchures. Parce que deux voix féminines sur The River, ça marche aussi très bien, parce que plus de violons enjolivent encore la plage titulaire, et que surtout, notamment avec plus d’echo, la tonalité générale est un peu différente.

Vous avez sans doute très bien vécu sans soupçonner l’existence de Johnny Flynn. Moi aussi. Il n’en reste pas moins que je suis content de l’avoir trouvé sur ma route et peut-être que vous aussi. Tant qu’on aura ce genre d’attente vous et moi, pas de raison d’arrêter, pas vrai ?

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Johnny Flynn - Been Listening 28 juillet 2010 11:37, par allow

    vrai ! ;o)

    non, sérieux mis à part "agnes", c’est plutôt sympa ds le style... me mettrait bien au country aussi !

    repondre message

  • Johnny Flynn - Been Listening 28 juillet 2010 15:44, par Benjamin F

    Alors en toute transparence, je remets en cause la finalité de l’écriture musicale en ligne à chaque fois que je finis une critique :) Pourtant je pense absolument pas à arrêter. Disons que je dois faire ça plus par besoin que par conviction. Et puis ça me ferait mal au coeur de vous laisser continuer tout seul :)

    Pour ce Johnny Flynn, je vais me l’écouter en jouant à Red Dead Redemption :)

    repondre message

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)