Accueil > Critiques > 2010

Freelance Whales - Weathervanes

samedi 24 juillet 2010, par marc

Pour les deux generators


On a l’habitude de blâmer myspace pour les noms de groupes un peu inhabituels, chacun devant se distinguer dans une base de données mondiale. Ces baleines freelance sont new-yorkaises comme vous pouviez le deviner statistiquement et ont sorti il y a quelques mois un premier album enregistré dans une grande maison un peu hantée de Staten Island.

Un candidat à la critique doit avoir des arguments à faire valoir. Generator 1st Floor en a, et servira de revenez-y. Parce que comme on l’a déjà mentionné, ce sont les meilleurs morceaux qui définissent l’attachement à un album. L’autre grand moment sera Generator 2nd floor, autant le dire tout de suite, et ces deux morceaux pas très jumeaux pourtant plaira à tous ceux serrent sur leur cœur les succédanés gentils d’Arcade Fire comme Ra-Ra-Riot ou autres Seabear.

Encore une fois, c’est souvent trop lisse et anodin pour moi. Pas intrinsèquement, mais j’ai un peu de réticence à trouver vraiment émouvants les signes qu’ils donnent. Pourtant, Location ou Broken Horse n’auraient pas déparé un album de Belle and Sebastian parce qu’il y a toute la délicatesse requise. Il y a ainsi une série de morceaux qui passeront inaperçus, cachés derrière leur évanescence, victimes de leur délicatesse en somme. Parce qu’il faudra que l’auditeur tende l’oreille pour remarquer qu’un We Could Be Friends est plus complexe qu’on ne l’imagine, il faut simplement y consacrer toute l’attention qu’il mérite. Un peu de clavier les fait pourtant sortir un peu de leur coquille le temps de Starring

On notera aussi une mélodie à la Sufjan Stevens pour Broken Horse. C’est est de l’hommage, mot que j’utilise quand la ressemblance est trop flagrante pour être fortuite et gâche l’écoute du morceau en question.

Aller avec entrain vers toute la seconde division du folk mutant sous toute ses formes, ne serait-ce pas ça, la passion ? Comme en sport, certains montent (Midlake), d’autres descendent (Plants And Animals, The Acorn), et puis certains se sentent bien à leur niveau, ne tentent pas de prendre un gros son seventies pour être à la mode. Si cet album ne décolle véritablement que le temps des deux Generators, la délicatesse dont ils emballent tout le reste fait passer le bonbon de fort gentille façon.

http://www.myspace.com/freelancewhales
http://www.freelancewhales.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Freelance Whales - Weathervanes 24 juillet 2010 14:35, par mmarsupilami

    Mon avis était plus favorable que le tien. J’avais d’ailleurs repris cet album dans mon "best of" 2009...
    Quelque part entre Sufjan Stevens, Bowerbirds et Grandaddy.
    Assez symptômatiquement, trouve-je, ils ont fait une tournée avec Fanfarlo...
     ;-)

    repondre message

  • Freelance Whales - Weathervanes 26 juillet 2010 08:40, par Laurent

    Beaucoup plus enthousiaste aussi, comme mmarsup’ ! Pour moi il y a deux baleines bleues de l’indie-pop céleste : Noah & the Whale et les Freelance Whales. Le prochain groupe en "whale" qui sort un disque, je me précipiterai dessus sans autre forme de procès !

    repondre message

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)