Accueil > Musique > 2010 > Goldheart Assembly - Wolves and Thieves

Goldheart Assembly - Wolves and Thieves

lundi 2 août 2010, par Marc

Les seventies c’était hier.


Le cliché veut que l’ennui naisse de l’uniformité. Mais il ne précise pas que de petites variations suffisent parfois. Je me rends parfaitement compte que c’est le quinzième album très bien mais pas révolutionnaire dont je parle dans ces colonnes. Alors, masochisme du critique qui se tire les cheveux pour avoir quelque chose à dire de pertinent sur un clone en vogue mais la diffusion de toute façon confidentielle ? Ne vous inquiétez pas pour mes petits nerfs, il est agréable à l’oreille cet album.

Ce groupe anglais qui a sorti son premier album a donc privilégié une musique ensoleillée, très teintée seventies, et dont les origines sont à chercher outre-atlantique. Quand on parle de ce pan de la musique plutôt passéiste, ce sont pourtant des références de groupes récents qui me viennent. Dans la lignée de My Morning Jacket, du premier Band Of Horses (So Long St Christopher) qui réussit sa montée. On songera aussi a certains Wilco plus nus (Engraver’s Daughter). En citant tous ces groupes, vous aurez une bonne idée de la qualité de l’objet. Parce qu’il tient la route (l’autoroute plutôt) face à ces gros cubes.

Ils se distinguent donc par un cœur gros comme ça sur Hope Hung High, une euphorie simple sur King Of Rome, ou un Reminder plus léger, avec sa petite boîte à rythme et son riff à la Johnny Cash. La légèreté m’a d’ailleurs balancé entre admiration et un insondable sentiment d’anodin. Et parfois, un chorus avec peu d’idées semble proprement interminable (Carnival 4).

Quand les voix s’envolent, vous ne couperez pas à la comparaison avec les Fleet Foxes parce qu’Under The Waterway y fait penser immanquablement. Et on se rend compte qu’un des aspects sympathiques du groupe de Seattle, qui leur conférait un air complètement hors du temps était qu’ils se tenaient éloignés du rock d’autoroute (expression pas forcément péjorative).

Vous avez déjà senti ça et là notre lassitude face à ce virage très marqué vers un rock seventies très middle-of-the-road. C’est donc cette tendance qui constituera le frein le plus flagrant à l’attirance pour Goldheart Assembly qui en tant que tel et isolé de ses ressemblances stylistiques trop marquées montre une belle santé et une exécution impeccable.

http://www.myspace.com/goldheartassembly/
Mmarsupilami en avait parlé aussi

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)