Accueil > Musique > 2010 > Goldheart Assembly - Wolves and Thieves

Goldheart Assembly - Wolves and Thieves

lundi 2 août 2010, par Marc

Les seventies c’était hier.


Le cliché veut que l’ennui naisse de l’uniformité. Mais il ne précise pas que de petites variations suffisent parfois. Je me rends parfaitement compte que c’est le quinzième album très bien mais pas révolutionnaire dont je parle dans ces colonnes. Alors, masochisme du critique qui se tire les cheveux pour avoir quelque chose à dire de pertinent sur un clone en vogue mais la diffusion de toute façon confidentielle ? Ne vous inquiétez pas pour mes petits nerfs, il est agréable à l’oreille cet album.

Ce groupe anglais qui a sorti son premier album a donc privilégié une musique ensoleillée, très teintée seventies, et dont les origines sont à chercher outre-atlantique. Quand on parle de ce pan de la musique plutôt passéiste, ce sont pourtant des références de groupes récents qui me viennent. Dans la lignée de My Morning Jacket, du premier Band Of Horses (So Long St Christopher) qui réussit sa montée. On songera aussi a certains Wilco plus nus (Engraver’s Daughter). En citant tous ces groupes, vous aurez une bonne idée de la qualité de l’objet. Parce qu’il tient la route (l’autoroute plutôt) face à ces gros cubes.

Ils se distinguent donc par un cœur gros comme ça sur Hope Hung High, une euphorie simple sur King Of Rome, ou un Reminder plus léger, avec sa petite boîte à rythme et son riff à la Johnny Cash. La légèreté m’a d’ailleurs balancé entre admiration et un insondable sentiment d’anodin. Et parfois, un chorus avec peu d’idées semble proprement interminable (Carnival 4).

Quand les voix s’envolent, vous ne couperez pas à la comparaison avec les Fleet Foxes parce qu’Under The Waterway y fait penser immanquablement. Et on se rend compte qu’un des aspects sympathiques du groupe de Seattle, qui leur conférait un air complètement hors du temps était qu’ils se tenaient éloignés du rock d’autoroute (expression pas forcément péjorative).

Vous avez déjà senti ça et là notre lassitude face à ce virage très marqué vers un rock seventies très middle-of-the-road. C’est donc cette tendance qui constituera le frein le plus flagrant à l’attirance pour Goldheart Assembly qui en tant que tel et isolé de ses ressemblances stylistiques trop marquées montre une belle santé et une exécution impeccable.

http://www.myspace.com/goldheartassembly/
Mmarsupilami en avait parlé aussi

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)