Accueil > Critiques > 2010

Megafaun - Heretofore

mardi 12 octobre 2010, par Marc

Deux minutes de trop


Au commencement était DeYarmond Edison, groupe d’Eau Claire, Wisconsin. Après deux albums, leur leader Justin Vernon décida de voler de ses propres ailes. Cette décision et une retraite dans une cabane nous a donné le formidable For Emma, Forever Ago sous Bon Iver. Les autres membres ont moins été exposés en formant Megafaun. J’ignorais ces détails quand j’ai découvert ce groupe en première partie de Port O’Brien. C’est donc en toute ignorance que ces trois barbus m’ont tapé dans l’oreille. Et c’est très bien comme ça. J’ai depuis rattrapé leur premier album et l’occasion m’est maintenant offerte de présenter une sortie plus en détail.

Le premier morceau Heretofore est dans la lignée d’un folk basé sur les harmonies vocales, qui se détourne comme tant d’autres du poncif couplet/refrain. Comme c’est sur une guitare que s’appuie le morceau, il est difficile de ne pas penser à Grizzly Bear, ou alors au formidable album You’re A History In Rust de Do Make Say Think. Les autres morceaux sauf un montrent une inclination vers le folk planant habilement construit. Ils ont donc développé depuis l’album leur capacité à fournir des morceaux plus immédiats, utilisant avec adresse leurs harmonies vocales. Ce n’est certes pas d’une terrifiante originalité, mais le résultat est fort plaisant.

L’exception sur cet EP est donc Comprovisation For Connor Pass, qui comporte des passages carrément casse-bonbons, contrastant avec le plaisir d’écoute du reste. C’est d’autant plus dommage que l’entame ressemblait à une lente mise en place et que ce morceau termine de façon fort avenante, tout à fait dans l’esprit du morceau initial. Donc un montage habile aurait pu faire de cet EP sans prétention un des bons moments du genre cette année.

http://home-tapes.com/Hometapes/Megafaun.html

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)