Accueil > Musique > 2010 > Cours Lapin - S/T

Cours Lapin - S/T

vendredi 1er octobre 2010, par Marc

Merci lapin


Je suis bien, d’accord avec vous, un nom qui fait sourire n’est pas la meilleure raison pour aborder un groupe. Pourtant celui-ci m’a amusé, client que je suis des mauvaises blagues à la au revoir poney. Parce que vous le savez, les blagues les plus drôles sont les blagues avec des lapins.

A la base de ce groupe se trouvent quatre Danois, et le chant est assuré dans la langue du nom du groupe. Mais ne fuyez pas, la chanteuse Louise Alenius est plutôt à l’aise dans notre langue. Elle a même collaboré avec Benjamin Biolay sur la musique de Clara et Moi. Dans la grande famille de ceux qui dévoient notre belle langue, j’ai pensé aussi bien à la nuée de Québécois qu’on croise de temps en temps (Pas Chic Chic, Karkwa, Malajube) qu’à l’envoutante Brisa Roché.

C’est vrai qu’Emilie Simon (celle d’avant les imitations de Kate Bush) est une figure inévitable quand on se creuse la tête en se demandant où on a déjà pu entendre ça (Homme Contre Femme). Il va aussi de soi que les amateurs de Keren Ann prendront du plaisir. Seul bémol, j’ai souvent trouvé que ce ton un peu enfantin lassait à la longue.

Pour le reste, on retrouve un peu du charme sixties suranné des premiers Cardigans, sans l’aspect insouciant. Et un Holden pourrait s’inscrire dans cette tradition mélancolique. Ce qui nous offre de charmants moments comme Ma Mélodie ou La Fin, soit quand l’aspect mélodique est mis en avant. Ils peuvent épaissir leur son sur Le Son D’un Escargot (oui, les titres sont top), ce qui rend l’écoute bien plus gratifiante, mais ces moments légers sont rares et leur présence fait un peu regretter l’aspect un peu lisse du reste.

Un joli nom et un accent attachant ne font pas tout. Heureusement que les Danois ont des arguments à faire valoir comme une fausse insouciance et occasionnellement un vrai talent de musicien. Pour ma part, je me suis lassé à la longue, même si quelques titres se révèlent splendides.

http://www.myspace.com/courslapin

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)