Accueil > Musique > 2010 > Women - Public Strain

Women - Public Strain

lundi 4 octobre 2010, par Marc

Décrassons


Une petite incursion dans une musique plus exigeante, voilà ce sont j’avais besoin en ces temps où trop d’albums sympas comme tout à écouter se sont révélés peu marquants pour le long terme. Je ne dis pas que ce trio canadien va me préoccuper pendant longtemps, mais après une inévitable et parfois exigeante période d’adaptation, il peut montrer son intérêt.

Parce que si la musique du quatuor canadien un peu sombre, elle n’est jamais entièrement noire, étouffante. On ne peut pourtant pas dire que la recette soit nouvelle. Une pop-song sixties qui se fait ensevelir vivante sous une couche de son indéterminé comme un surfeur donc seul la tête émerge de l’écume. La pochette évoque un peu ça, en plus froid, avec ces silhouettes humaines perdues sous la neige. Le versant folk psychédélique de cette tendance a été abordé récemment par des groupes comme Woods.

Quand une musique essaie des choses sans nécessairement les réussir, on sait qu’on ne peut compter que sur les meilleurs moments pour nous consoler de la perplexité que nous inspire le reste. On sait donc ce qu’on est venu chercher et on se passe sur les passages brouillons pour se concentrer sur quelques fulgurances pop parsemées ça et là. La musique qui ne prend pas l’auditeur dans le sens du poil des oreilles, ça peut évidemment avoir un effet désastreux sur les nerfs (Eyesore).

La voix est parfois plus en retrait, dans un effet d’enfermement en cave (Heat Distraction), comme si quelqu’un jouait Arnold Layne (de Pink Floyd, mais vous saviez ça) près de sa cuve à mazout. Il semble logique que tout ceci débouche sur des plages de drone (pour rappel, des textures sonores sans rythmique) comme Bells, mais cette digression semble un peu vaine, n’apportant rien à l’ambiance. Au passage, on pense parfois inévitablement aux vétérans arty branchouilles indémodables de Sonic Youth sur Drag Open et un réflexe pavlovien nous fait citer Krautrock dès qu’on entend une basse entêtante (China Steps).

Vous aurez envie ou vous n’aurez pas envie. Cette fois plus encore que les autres, ça dépend de vous. J’avoue qu’avec parcimonie et en connaissance de cause la musique de Women (décrassage après le dernier Belle And Sebastian par exemple) m’a fait du bien. Pourtant il n’y a rien d’original ici et le son volontairement crasseux, c’est un gimmick qui irrite maintenant que trop de formations en ont fait leur fond de commerce. Quand on sort un album comme celui-ci presque en même temps que celui de Deerhunter bien plus brillant, on s’expose évidemment à une comparaison qu’on ne peut pas tenir.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)