Accueil > Musique > 2010 > Blonde Redhead - Penny Sparkle

Blonde Redhead - Penny Sparkle

samedi 18 septembre 2010, par Marc

Your Arsenal


Non seulement tous les albums dont nous parlons sont écoutés souvent et attentivement, mais il y a tous les autres, ceux qu’on écoute suite à une critique publiée et qui donneront lieu à un commentaire et puis ceux qu’on écoute, parfois de façon assidue sans qu’aucune trace écrite ne vienne l’entériner. 23, le précédent album du trio Blonde Redhead est de cette plus rare troisième catégorie.

Et sur ce 23, il y avait quelques pépites qui sont toujours dans ma liste de favoris. Le morceau-titre par exemple est un morceau de pop hypnotique qui frise la perfection., dans un genre finalement pas si usité, celui du spleen électrique et rêveur. D’ailleurs, ce sont presque des vétérans dans le genre, ce groupe étant quand même apparu en 1994 en pratiquant selon des sources dignes de foi une musique de la sphère Sonic Youth.

Les morceaux qui sont les plus poignants sont ceux où les parties instrumentales peuvent surenchérir sur le spleen naturel des voix. Black Guitar en est une bien belle illustration, tout comme My Plants Are Dead, avec ce chorus qui prend où c’est agréable d’être pris (à l’estomac en l’occurrence). Love Or Prison est lui tout entier conçu pour aboutir sur la phrase du titre, et ce qui précède n’est qu’une suite de marches qui mènent à cette question désabusée. J’aime particulièrement ces musiques qui arrivent à évoquer des choses sans qu’on sente l’arsenal de moyens mis en œuvre.

Argument de poids dans le succès du groupe, la voix de la chanteuse Kazu Makino qui n’est ni blonde ni redhead. Quand ce n’est pas elle qui chante, le morceau a plus de chances de se trainer. Parce que c’est ça la limite avec laquelle Blonde Redhead flirte, entre une langueur qui réjouit (les petits cris de Spain) et une langueur tout juste languide. Il y a des morceaux qui marquent moins, ce qui est normal, mais qui ne sont pas habités par la même flamme que ceux dont on a dit tout le bien qu’on pensait. Chez certains groupes, on voit les ficelles sur les morceaux moins bons et ce n’est pas le cas ici.

Le spleen de la rentrée (même si personnellement je ne suis pas encore parti en vacances), ce pourrait bien être ce neuvième album de Blonde Redhaed. Délicat, au charme subtil et occasionnellement puissant, il profite de son aspect un peu plus organique pour conférer une humanité plus évidente.

http://www.blonde-redhead.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Blonde Redhead - Penny Sparkle 18 septembre 2010 14:48, par Laurent

    C’est joliment vu, cette "langueur parfois juste languide". J’ai encore beaucoup de mal à entrer dans ce disque, malgré une jolie plage d’ouverture. Peut-être parce que l’effet n’est pas comparable au choc dès les premières notes de "Misery Is a Butterfly". M’en vais retenter ma chance, ces gens le valent bien.

    repondre message

  • Blonde Redhead - Penny Sparkle 18 septembre 2010 19:57, par Benjamin F

    Pfff que me suis-je ennuyé sur ce nouvel album. La langueur ne m’a pas souvent réjoui...

    repondre message

    • Blonde Redhead - Penny Sparkle 20 septembre 2010 08:44, par Marc

      Sans doute que pour pleinement apprécier cet album il faut oser le cantonner à une écoute "de fond" dans un premier temps. Certains morceaux en ressortent d’autant mieux. Leur évolution est claire et ils donnent l’impression d’avoir fait l’album qu’ils voulaient faire. Ce qui ne veut pas nécessairement dire uniformément passionnant.

      repondre message

  • Blonde Redhead - Penny Sparkle 22 septembre 2010 20:40, par beye

    Seul contre tous, cette album frise la perfection, j’adore, un travail de production chirurgical, il faut l’écouter avec du matériel adéquat pour se rendre compte du travail qu’il y a derrière.

    repondre message

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)