Accueil > Musique > 2010 > Zola Jesus - Stridulum II

Zola Jesus - Stridulum II

lundi 6 septembre 2010, par Marc

Noires questions


Il ne faut pas avoir peur. Jamais. Quelques critiques (ici le mmarsup) du premier EP de Zola Jesus clamaient leur fascination mais je ne sais pas trop pourquoi, ne m’avaient pas amené jusqu’à l’écouter. Sans doute parce que j’écoute trop peu d’EP. Mais voilà, la curiosité l’a emporté et quand le second volet a été annoncé. Et alors que je m’attendais avoir un peu la pétoche (j’en ai vu d’autres, de Diamanda Gallas à Soap & Skin en passant par tous les Current 93, Death In June et autres Coil), ce Stridumum II (le premier était un EP donc), ce n’est pas flippant pour un sou, à moins que Tim Burton vous donne des cauchemars. Il faut suivre les conseils des gens, et écouter Zola Jesus, et se laisser emporter par la curiosité de Former Ghosts, qu’elle forme avec notamment Jamie Stewart de Xiu Xiu.

On faisait quoi dans les années ’80 ? Pour ma part, ce sont les plus crétines des musiques de l’époque qui me viennent en tête. Mais on dirait que la jeune Nika Roza Danilova en a d’autres souvenirs. Je plaisante bien sûr, cette ressortissante du Wisconsin étant née en 1989. Pourtant on ne coupera pas à la référence à Siouxie And The Banshees, ni au fait qu’elle réussit parfois à réanimer l’hypnose d’Echo and The Bunnymen (ce qu’eux-mêmes ont du mal à faire).

Au lieu de m’inspirer de la crainte, ce sont des questions qui me viennent. Auxquelles on ne répondra pas nécessairement. Tout d’abord, pourquoi ce sont les plus jeunes qui tentent le plus le recyclage (The XX comme meilleur exemple récent, Lonelady pour un des moins bons) alors que des vétérans comme The Cure cherchent désespérément la sortie ? Sans doute parce que cette expression du mal-être est facile à décrypter, un peu comme le plus passé de mode nihilisme grunge.

Ensuite, comment tout ceci ne sombre-t-il pas dans le grotesque, pourquoi ces montées de synthétiseurs qui ont aussi été associés à tellement d’horribles choses arrivent encore à fonctionner sur le boulimique musical que je suis devenu ? Les synthés ne peuvent apparaître que comme cliché mais bon, s’ils fonctionnent sur Run Me Out. Et enfin, pourquoi avec une voix aux possibilités presque similaires à une Florence Welsh qui m’émeut autant qu’un plat de chou froid (pas l’odeur hein…). C’est personnel, je comprendrais bien que ce n’est pas le cas pour vous.

Quand arrive un Sea Talk en fin d’album, on en vient à penser qu’un peu de variété n’aurait pas nui, que le même effet sur la voix du début à la fin, c’est très lassant. Je n’irai donc pas hurler au génie, parce que si tout passe d’un coup d’un seul, il manque le morceau imparable qu’on met dans le noir couché sur le dos les bras en croix, même si on ne fait plus ça, qu’une sensibilité diminuée nous permet de profiter autrement de la musique. Mais l’ambiance délétère de ce Stridulum II a trouvé un écho chez l’ancien que je suis devenu. Pouvoir profiter des éclairs de noirceur de la jeunesse sans en subir les affres est finalement bien confortable.

http://www.zolajesus.com/
http://www.myspace.com/zolajesus

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Zola Jesus - Stridulum II 6 septembre 2010 15:52, par mmarsupilami

    Marc, est-ce que tu as mis le casque intégral spécial pour l’écouter ?

    Je t’explique. Pour la pochette, tu dois mettre des lunettes spéciales et tu vois en relief. Pour la musique itou, faut mettre un casque à intrasons supersoniques et on entend de la musique holorgasmique. En fait le casque ne sera livré qu’avec Stridulum III, dans lequel il y aura deux morceaux en plus et la pochette sera gonflable. Mais la pipette étant un peu spéciale, la pompe pour gonfler la pochette sera le gadget du Pif Stridulum IV.

    Ceci pour dire qu’il n’y a rien de plus plaisant que de dénigrer ce qu’on a porté aux nues ! C’est un peu l’effet Drums, même si Zola est tout de même plus intéressante...

     :-D

    repondre message

    • Zola Jesus - Stridulum II 6 septembre 2010 18:17, par Laurent

      Oui mais bon, deux EP’s rassemblés en un ne font pas nécessairement un bon longue-durée... C’est une idée saugrenue tout de même, ce pseudo numéro "II".

      repondre message

  • Zola Jesus - Stridulum II 7 septembre 2010 14:20, par Benjamin F

    Pareil, très convaincu par le Stridulum, je boycotte ce Stridulum II. Ils pouvaient pas juste nous dire que Stridulum ressortait en version bonus. Là c’est un peu fallacieux tout de même...

    repondre message

    • Zola Jesus - Stridulum II 7 septembre 2010 17:49, par Laurent

      Oui mais je précise quand même que les morceaux bonus de ce "II" sortent aussi sur un autre EP. On est moins floué du coup.

      repondre message

  • Projet Marina - Loin des Dons Célestes

    On le répète même si c’est une invitation implicite au remplissage de boîte mail, découvrir les artistes en ligne directe est toujours un plaisir. Et c’est ainsi qu’on a rattrapé avec leur second album le train du duo français.
    Il pratique une musique d’hybridation, entre veine froide électronique des eighties et tentations plus modernes. Mais s’ils revendiquent une inspiration de Tuxedomoon dont le violoniste Blaine Reininger vient relever deux morceaux ou Coil, on n’approche jamais du versant abrupt (...)

  • Ultra Sunn - Night Is Mine (EP)

    Vous commencez à nous connaître, vous savez qu’on ne recule jamais devant une petite dose de darkwave bien sentie. Musique de niche et de passionnés, elle garde une étonnante vivacité. Le duo mixte du jour (Sam Hugé et Gaelle Souflet) nous vient de Bruxelles et sort un premier EP sur le label espagnol Oraculo Records et est édité par Jaune Orange.
    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils maîtrisent les codes du genre et savent ce que sont des gimmicks. Ils sont en effet seuls à la manœuvre et nous (...)

  • NinjA Cyborg - The Sunny Road EP

    L’introduction sur leur page Bandcamp est tellement correcte que je m’en voudrais de simplement la paraphraser. “Ce duo pyrénéen dont la passion pour les synthétiseurs analogiques n’a d’égal que leur amour pour le cinéma d’action des années 80, nous livre avec leur premier EP la bande originale d’un nanard action / SF qui aurait pu sortir en 1985, le tout mis en scène à grands coups de Juno 60 et de TR606”. Voilà tout est dit ou presque, sauf que je vous dois un commentaire sur le résultat.
    La série (...)

  • Hermetic Delight - F.A. Cult

    Il est étonnant de voir à quel point la scène d’influence cold est vivace chez nos voisins du sud. Rien que cette année on a déjà entendu Princess Thailand, Sure sans oublier des formations comme Lebanon Hanover. Sans aller sur des traces aussi batcave, on peut pour partie placer les Strasbourgeois d’Hermetic Delight dans cette mouvance. Au moins pour une part parce qu’il y a aussi beaucoup d’autres choses ici.
    Des éléments dream pop par exemple, ce qui n’est pas exactement une excentricité dans la (...)