Accueil > Musique > 2010 > Lost in the Trees - All Alone in an Empty House

Lost in the Trees - All Alone in an Empty House

mercredi 15 septembre 2010, par Laurent

Musique-cendrillon


Indie folk et musique classique font-ils forcément bon ménage ? La tendance eût été à au scepticisme s’il avait fallu compter sans ce disque troublant. Car depuis "All Alone in an Empty House", il devient difficile d’écouter une sarabande de Lully sans l’associer à une bluette de Cass McCombs – l’inverse est sans doute moins vrai.

C’est que Lost in the Trees n’a pas seulement décidé d’incorporer de luxuriants arrangements de cordes à son songwriting pétri d’enluminures. De façon plus originale, le groupe alterne carrément, et avec un naturel confondant, une ritournelle acoustique (Love On My Side) et un authentique mouvement symphonique.

Cependant, c’est dans la mixtion de ces deux éléments que le septette de Chapel Hill se montre le plus à son affaire. Lorsque, presque sans prévenir, les premières orchestrations font leur apparition sur la plage titulaire, la musique de Lost in the Trees acquiert cette dimension tourbillonnante qui l’élève dix coudées au-delà du tout-venant.

Le riff philharmonique de Walk Around the Lake achève déjà de convaincre, cinq minutes seulement après y avoir pénétré, qu’on parcourt un disque magnifique. Construites sur des bases traditionnelles, les chansons prennent quasi toutes, à un moment ou à un autre, un envol majestueux. La pompe en moins : comme un prince de conte de fées menant une vie d’ermite au fond des bois, cette musique-cendrillon cèle sa noblesse sous les haillons.

L’aura de spiritualité qui vient envelopper Wooden Walls of the Forest Church fait réellement croire que cette église est peuplée d’âmes pures, alors que des morceaux comme A Room Where Your Paintings Hang ou We Burn the Leaves renvoient davantage à une certaine tradition anglo-saxonne.

Voilà un de ces secrets bien gardés qui, tapis dans leur cabane, ont choisi de cacher leur beauté aux yeux du monde. Et si, ce soir, on se promenait dans les bois ?

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

6 Messages

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)