Accueil > Musique > 2010 > Our Broken Garden - Golden Sea

Our Broken Garden - Golden Sea

lundi 18 octobre 2010, par Marc

A transformer


Derrière la pléthorique Suède, la Norvège ou le Danemark cachent bien des talents et des groupes qu’on aime. Cette Scandinavie nous veut décidément du bien comme en témoigne cet album du projet de la Danoise Anna Bronsted, occasionnelle claviériste d’Efterklang. Il n’y a pas qu’en musique électronique qu’un label est une quasi-garantie. Quand on voit qu’un groupe est sur Secretly Canadian (mon nom préféré), Sub Pop ou Bella Union (une petite liste wiki ne peut pas faire de tort) comme ici, l’attention est captée et souvent gratifiée.

De ce groupe je ne connaissais que le très joli EP Lost Sailor. Je l’avais écouté avec un plaisir certain et il était assez effacé, de ces musiques qui s’excusent presque d’être là. On s’attend donc à une suite de balades au piano. Elles sont au rendez-vous, certes, mais elles ne sont pas venues seules. Cette prise d’assurance est bienvenue mais pas toujours comme on le verra.

Il faut attendre le troisième morceau Garden Grow pour que le ton monte imperceptiblement. Cette tendance se confirme encore avec le très bon Fiery and Loud, sans doute le meilleur morceau présent, qui tire d’un violon une intensité plus grande. Elle apparaît autrement comme une Feist en version légère (The Burial), ou comme Bat For Lashes. Amusant de constater que j’ai pensé la même chose récemment d’Harrys Gym qui ont une autre puissance.

Mais il y a un flottement perceptible, d’autant plus frustrant qu’on devine que le potentiel n’est pas pleinement exploité. Seven Wild Horses se contente donc d’être léger et éthéré alors qu’il y avait pas mal de raisons d’espérer mieux. Share est aussi assez éloigné du principe voix-clavier mais n’est pas convaincant du tout, du fait d’une rythmique trop passe-partout. On aurait pensé que quinze ans de recul auraient aidé à ne plus donner dans le trip-hop mou du genou.

La voix d’Anna Bronsted n’est pas de celles qui hantent. Pourtant, servie sur un copieux lit d’écho, elle colle parfaitement à la musique, et on pense même à Marrissa Nadler sur Warriors Of Love, ce qui est un point de comparaison positif pour moi. Elle aurait quand même besoin d’un peu de support pour faire vivre The Darkred Roses.

Comme nous sommes très positifs au fond, on va dire que cet album suscite pas mal d’espoirs pas encore transformés. En s’éloignant de la facilité qui aurait donné une version longue du fort bon Lost Sailor, il prend des risques qui ne sont pas toujours assumés. Mais quand ça réussit, on se dit que nos oreilles ont potentiellement de beaux jours devant elles.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)