Accueil > Critiques > 2010

Katerine - Philippe Katerine

jeudi 4 novembre 2010, par Marc

Ça


Evidemment, l’objet dont il est question aujourd’hui se présente sous forme de cd, de vinyle et de téléchargement mp3. Mais par rapport à ce qui nous occupe le reste du temps, l’évaluation va se révéler problématique. On parlera donc de ‘ça’, sans le mépris qui accompagne souvent cette locution trop vague. Toutes proportions gardées, on pourrait comparer ça à une critique d’humoriste. Si vous trouvez ça drôle, pas de problème, on peut discuter des détails. Si ça ne vous fait pas rire, rien à faire, c’est un blocage qu’il n’est pas possible de surmonter.

Qu’un type ait couché des embryons de morceaux pareils sur papier, ait recruté des musiciens et enregistré puis assuré la promotion d’un ovni pareil tout en ayant une certaine crédibilité est assez hallucinant. J’aime bien, ne vous méprenez pas. Et surtout, on a besoin de ces artistes au culot immense pour compenser tout ceux qui se prennent trop au sérieux ou ont une peur terrible du mot de travers. Ce qui fait qu’on peut s’esclaffer devant l’un ou l’autre effet réussi (Le Rêve par exemple), comportement qui est rarement induit par les chanteurs en général.

On peut aussi dire qu’il en a fait du chemin Katerine, quand on pense qu’il y a quinze ans, il pratiquait une bossa minimale et un humour pince sans rire. Il aura fallu attendre l’album Robots Malgré Tout pour que quelques titres (Louxor J’adore) parviennent à dépasser le cercle des initiés. Et il s’est sans doute élargi avec le formidable titre La Banane. Entre nous, êtes-vous arrivé à vous extirper cette banane de la tête (c’est une image) ?

Les morceaux de ça tournent d’une hypothétique idée. Ce qui donne de purs ovnis où les paroles sont, heu… minimales (J’me sens mal/J’me sens bien ad lib et… c’est tout pour Bien Mal), voire un peu indigentes. Ca ressemble souvent au pari « chiche que j’arrive à faire une chanson avec ça ». Par exemple, les quatre notes du démarrage de Windows. Disons tout de suite que ce pari est gagné mais on doit aussi prendre patience quelques fois, sur l’énervant Philippe ou (qui est quand même rigolo) ou en de nombreuses autres occasions. N’allons donc pas tenter l’exégèse du délire ordurier La Reine d’Angleterre qui semble constituer le chainon manquant entre Divine Comedy et Didier Super. Très étrangement, j’ai pensé au premier et à son Booklovers sur le name-dropping culturel de Morts – Vivants. Signalons aussi que les Snuls étaient déjà allé plus loin que J’aime Tes Fesses avec J’aime Ton V.

Il faut évidemment aborder le volet musical. Et étrangement c’est là-dedans qu’il y a la plus grande cohérence. N’attendez cependant pas une inventivité folle ni une déviation pour l’étrange fascination de la chanson française pour la pop des années ’70. La bonne nouvelle donc, c’est que sur le plan de l’accompagnement sonore, ça ne tourne jamais à la punition. De plus, on remarque moins de dispersion que par le passé, comme si tous ses délires devaient se voir vêtus des mêmes atours. Ce qui permet quand même de passer de l’accompagnement distancié au punk en robe de chambre (Liberté).

Rayon collaborations, on retrouve aussi bien des acteurs un peu attendus (Jeanne Balibar par exemple) que des apparitions plus déroutantes. Faire dire à ses parents« il veut faire un film avec une femme nue et des handicapés » est sans doute une expérience borderline.

Difficile à critiquer et presqu’impossible à évaluer, ça va diviser immanquablement. Alors que bien des morceaux sont franchement exaspérants, on ne peut que saluer ce culot, cette bouffée d’« autre-chose », cette faculté à nous surprendre qu’il est un des rares à posséder encore.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Katerine - Philippe Katerine 5 novembre 2010 14:18, par roydanvers

    Je me demandais si tu allais faire l’impasse sur ce disque tant il ne me semble pas évident de le chroniquer.
    Bravo, tu en parles sans trop te mouiller... La polémique apparaîtra sans doute dans les commentaires.
    Personnellement j’ai plutôt accroché et je trouve l’évolution de Katerine aussi étrange que passionnante.
    J’aime Katerine depuis les mariages chinois même si un tsunami est passé sur sa carrière depuis cette préhistoire musicale.
    Ce disque est aussi minable que jouissif mais, comme tu l’écris en introduction, il me semble vain d’essayer de convaincre celui qui n’est pas réceptif dès la première écoute.

    P.S : Robots après tout

    repondre message

    • Katerine - Philippe Katerine 6 novembre 2010 19:27, par Marc

      Merci pour ton commentaire. J’ai l’impression que cet album ne choque pas vraiment. La haute rotation de l’excellent La Banane risque d’empêcher les auditeurs potentiels d’aller plus loin. De polémique il n’est donc pas (encore ?) question. "Minable et jouissif", c’est exactement ça ! Bonjour chez vous !

      repondre message

      • Katerine - Philippe Katerine 8 novembre 2010 11:15, par Fred

        Si en fait, polémique il y a en France. Pour ceux qui regardent encore la télé, on lui a quand même demandé chez Ruquier si il se foutait pas un peu de la gueule de gens... entre autres questions et commentaires vaches. Donc oui, les milieux intellectuels polémiquent, nous on écoute.

        repondre message

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)