Accueil > Critiques > 2004

Jean-Louis Murat : Parfum D’Acacia Au Jardin

jeudi 10 août 2006, par Marc


Le moins qu’on puisse dire est que Jean-Louis Murat est prolifique. Moins d’un an après le double album Lilith, il revient. Non pas avec un Cd, ce serait trop facile. Il semble que ce soit de sombres histoires de droits qui amenèrent le sire à produire un... DVD. Mais comme il est livré avec un CD (qui reprend partiellement les titres de la partie visuelle) et que tous les titres sont inédits, il mérite de figurer dans cette rubrique.

Bon, reprenons les choses où on les avait laissées l’an passé. L’alternance d’albums importants et récréatifs semble se poursuivre. On a donc un Murat libéré et libérateur, semblant prendre du plaisir à en donner. Mais on sent que c’est cependant l’album du basculement, de celui qui va faire changer de statut notre Jean-Louis. Il a définitivement viré vers l’abstraction. On l’apprécie comme on apprécie Bob Dylan ou comme les anglophones aiment Brel. Sans trop comprendre ce qui se passe mais en supposant toute l’importance sous-jacente.

Mais alors, qu’y voit-on ? On voit quatre personnes appliquées à faire du folk-rock. Les mélancolies sont parfois superbes (Au cabaret) ou trop étirées (la plage titulaire) mais l’ambiance des images reste un superbe noir et blanc (dû à Don Kent, à qui on doit les riches heures musicales de Nulle part ailleurs).

Il y a des longueurs, certes et même pas qu’un peu si vous voulez mon avis. Les paroles sont de plus en plus absconses, mais sans les effets du genre ’cadavre exquis’ d’un Bashung, où l’intérêt ne naît que par hasard. Le charme opère néanmoins, par la grâce de mélodies faisant souvent mouche par leur simplicité et la facilité qu’elles ont à rester en tête (Dix mille - Jean - Louis d’or, Call baby call). Les morceaux lents sont très lents (écouter d’une traite Elle avait le béguin pour moi le matin ne vous aidera qu’à vous recoucher) mais bon, on écoute tout ça et on se dit que peut-être on n’aurait pas dû, que c’était une récréation. Puis non, il y a de véritables pépites et la mise en forme est tout sauf brouillonne. Donc, Jean-Louis ne convaincra sans doute personne de plus, mais ceux qui apprécient accepteront sans rechigner une nouvelle livraison. Il va devenir difficile de chroniquer Jean-Louis Murat et définitivement impossible de le faire de façon impartiale. J’ai choisi mon camp et l’intensité d’un Qu’entends-tu de moi que je n’entends pas sera dans mes souvenirs de cette décidément très belle année musicale. (M.)

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)