Accueil > Musique > 2010 > Black Heart Procession - Blood Bunny/ Black Rabbit

Black Heart Procession - Blood Bunny/ Black Rabbit

jeudi 11 novembre 2010, par Fred

Plus c’est long...


Les EP sont apparemment une des plages de détente des membres de Black Heart Procession où ils se laissent aller à des compositions plus longues, plus alambiquées.
Les 8 titres proposés comprennent 3 chansons originales du groupe, ainsi que 5 remixes réalisés par leur amis de San Diego ainsi que par ... eux -mêmes. Enfin, par Mr Tube, le projet parallèle du chanteur Paulo Zappoli.

Pour apprécier BHP, rappelons qu’un des prérequis est d’apprécier les disques d’ambiance avec des longues montées en puissance. Mais bon, vous rappeler ça, c’est un peu comme vous dire de prendre un maillot pour la piscine ; ça ne vous dit pas comment est l’eau.

Et bien l’eau est bonne et Blank Page est d’emblé une réussite. Construit au départ d’un ligne de guitare couplée à un autopan, le reste de instrumentation arrive en couche successive. On rentre petit à petit dans le bain à remoux d’ambiance de l’album, on s’y abandonne. On est alors prêt à recevoir la suite, les montées de piano lentes de The Orchid, ses vagues plus creusées.
La vibration et les bruits délicats de Silence : Un sorte de symphonie de couverts et de verrerie enregistrée dans une salle de bain.On reconnait la même étrangeté domestique sur Heaven Below.

Dans la suite du périple, les synthés sont plus flamboyant,plus 60’s sur Devotion. On s’approche du son psyché, voir tribal ; à la façon du dernier Flaming Lips ou des albums de Liars.

Au niveau des remix, certains m’ont par contre moins convaincu. C’est souvent l’apanage des EP de proposer quelques bons morceaux et de décevoir sur les plages remix. Freeze n’apporte pas grand chose au propos. Cette voix surchargée survolant l’ensemble musicale gâche bien le tout.
Deux remix de Drugs forment pourtant la pièce final et le cloture sur un point d’orgue. Le premier, on le doit à Eluvium et on y retrouve son travail Ambient .
Cette envolée éthérée presque intangible au début gagne en substance au fur et à mesure que quelques notes du thème de piano de Drugs apparaissent. On joue sur les fausses fins et les faux départs, La conclusion du thème harmonique arrive enfin après plus de 9 minutes. C’est long, c’est long, mais qu’est ce que c’est bon !
Et le même thème est directement réutilisé dans un remix dû à Jamiel Sax. Dans une Interprétation plus proche d’un DnB de bon gout tenant décidément la route, il a cependant du mal à soutenir la comparaison avec la plongée en apnée offerte par Eluvium.

On ne peut vraiment pas être déçu de cet EP. La matière n’est certes pas bien épaisse mais elle devra faire plaisir aux amateurs de rock indie que vous êtes.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)