Accueil > Musique > 2010 > Gold Panda - Lucky Shiner

Gold Panda - Lucky Shiner

dimanche 31 octobre 2010, par Laurent

Idées reçues


“Lucky Shiner” est l’histoire d’un malentendu, ou comment un morceau épatant peut faire espérer quelque chose d’un album qui se révèle, en fin de compte, à mille lieues des attentes sans pour autant les décevoir. Tout le monde n’en a pas conscience, mais les exploits psychédéliques d’Animal Collective ont ouvert une brèche immense, dans laquelle s’engouffrent jour après jour pléthore de suiveurs prêts à noyer leurs compositions sous trois paliers de profondeurs marines. Les chambres américaines sont pleines de bidouilleurs qui pratiquent l’écho comme une seconde langue et peuvent se permettre de chanter sans voix.

Combien d’ersatz d’Arcade Fire, suscitant un enthousiasme aussi fébrile qu’éphémère, n’ont-ils pas envahi nos étagères ? Combien de sous-Coldplay a-t-ton pu entendre pleurnicher sur les ondes ? Combien de disciples d’Interpol persévéreront à surpasser leur modèle ? Tous réunis ne représentent rien au regard de la vague des touche-à-tout rivés sur leur ordi, rêvant d’égaler les efforts solo d’Avey Tare ou de Panda Bear, de rivaliser avec les boucles arithmétiques de Caribou. C’est en effet d’abord à la face la plus machinale de Dan Snaith que l’on pense en écoutant Gold Panda, petit malin qui a la bonne idée de renier toute parenté freak-folk pour se consacrer à une electronica instrumentale et enrichie en structures artificielles.

Le grand écart est réalisé d’emblée lorsque, transitant de You à Vanilla Minus, le panda doré passe d’un tube glo-fi orientaliste à une bouilloire trance qui fomente une improbable éruption. Parents est soutenu par une guitare sèche et l’humidifie à marée basse, évinçant la froideur dans un sursaut d’émotion. Il restera isolé. Same Dream China retourne à l’est dans un tintement de porcelaine virtuelle, puis Snow & Taxis s’offre l’escapade entre tuk-tuk de nuit et clubs interlopes, pour faire un détour par la minimale. Et Before We Talked de revêtir son plus bel Apparat pour le Marriage. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, on a basculé d’une pop bricoleuse bariolée à une 8-bit abstraite, voire absconse. After We Talked, la désillusion guette.

Mais cette conversation prolongée avec Gold Panda rappelle combien son intérêt pour le levant transpire de ses moindres propos (India Lately), cependant qu’il l’éloigne de plus en plus de notre postulat de départ : ce You inégalé qui le rangerait trop vite dans la catégorie des nerds hallucinés, quand la suite du parcours le transforme peu à peu en DJ stoïque. En somme, à se tourner de la sorte vers l’Asie, l’artiste a tout bonnement suivi le chemin qui y mène, privilégiant l’axe Paris-Berlin dans son approche hédoniste, jusqu’à cet autre You final qui ne dit, bel et bien, plus rien de l’incipit.

C’est que, a priori héritier d’Animal Collective, l’homme qui se fait simplement appeler Derwin figure en fait un digne successeur pour The Field ; et si on l’imaginait au départ mélanger des échantillons sur un campus ricain, on finit par comprendre qu’on a en réalité affaire à un Européen : de Londres certes, mais de l’East London bien entendu. Le quiproquo dissipé, et le plaisir ne l’ayant jamais désertée, “Lucky Shiner” reste une galette éminemment recommandable, emballante sans être bouleversante, garante à la fois de la gourmandise du panda et du flamboiement de l’or.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

5 Messages

  • Gold Panda - Lucky Shiner 1er novembre 2010 14:01, par Mmarsupilami

    J’ai deux piles d’albums devant moi. Lisant ta chronique, Gold Panda passait lentement mais sûrement de la pile "à écouter" à la pile "si j’ai le temps". Et puis, tu conclus par "éminemment recommandable" au lieu de "sérieusement dispensable". Et qu’est-ce que je fais de ce disque, finalement, moi ? Où le ranger ?
     ;-)

    repondre message

    • Gold Panda - Lucky Shiner 1er novembre 2010 16:43, par Laurent

      Je rangerais dans la catégorie des paris : aimera, aimera pas ? Si l’on est curieux de nature, on devrait logiquement se précipiter pour en avoir le coeur net. Je répète que l’album est fort différent de ce que You pouvait laisser présager. Mais que si You te fait de l’effet, il y a lieu d’y consacrer quelques écoutes attentionnées. La lumière sera. ;)

      repondre message

      • Gold Panda - Lucky Shiner 1er novembre 2010 16:45, par Marc

        Pas plus tard que l’autre jour, Seb me vantait cet album qu’il a vraiment beaucoup aimé. J’ai prévenu mes oreilles qu’elles n’y couperont pas

        repondre message

        • Gold Panda - Lucky Shiner 2 novembre 2010 18:10, par Seb

          Je confirme que cet album est hautement recommandable, malgré les similitudes avec un The Field (surtout le 1er morceau) qui m’avait déçu sur le dernier album. Contrairement à ce dernier, il ne s’enferme pas dans une technique et l’album est intéressant sur la longueur. Il y a des idées à chaque morceau, certe pas révolutionnaires mais qui ont le mérite d’exister et tenter leur chance. Après on les apprécie ... ou pas. Je trouve aussi quelques similitudes avec Four Tet plus qu’Animal Collective pour ma part qui ne sont pas pour me déplaire. Il y a ce petit côté voyage et espace qui n’est pas déplaisant. Enjoy !

          repondre message

  • Gold Panda - Lucky Shiner 2 novembre 2010 19:17, par Laurent

    Tout à fait : cette comparaison avec Animal Collective n’est valable (et encore...) qu’à cause de You, morceau que j’avais découvert il ya déjà un bon bout de temps et qui m’avait fait guetter la sortie de l’album, pour que je prenne finalement conscience de ce que cet amalgame avait de réducteur et de peu pertinent. En fait cette critique est un peu à la (ra)masse, je le confesse, mais bon, s’il y a des gens qui viennent à l’album pour être passé par ici, on est là pour ça n’est-ce pas...

    repondre message

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, avec un ton qui rappelle Liars dans la propension à utiliser des rythmes fiévreux sans être abscons. (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo qui se pose en stoner dense et plutôt lent. Mais la tangente est vite prise dès Go and Tidy Up your (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son étant un peu lisse et le ton fort détendu malgré le tempo jamais lymphatique, c’est un album qui pourra (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé.
    On note encore plus de tension sur Corq qui en devient un gros morceau, riche de sa pulsation, de sa (...)