Accueil > Critiques > 2004

Mylo : Destry Rock ’n Roll

jeudi 10 août 2006, par marc


C’est le début d’une nouvelle année. Donc on ’rattrappe’ les albums qu’on a raté de peu. Comme celui-ci, acclamé mais dont le single ne m’avait pas des masses emballé (Drop the pressure).

Tout commence par deux titres à tendance lounge (musique qui m’horripile en général) qui évoquent Air dans leurs moments apaisés.
Mais comme le second (Sunwormshipper) présente la rédemption par le vélo, je me calme un peu. Bon, les choses plus consistantes commencent avec Muscle car qui incite à une volonté de balancer la tête fort plaisante. Il y en a même une seconde version plus loin, ce qui nous refait balancer la tête. Mylo s’occupe de nos cervicales et ça s’est bien d’autant plus qu’avec des paroles le morceau est mieux.

Bon, le single passé (qui ne me convainc toujours pas), on entend un sample années ’80 rigolo (In my arms : est-ce qu’un trentenaire avancé peut me confirmer que c’est du Bonnie Tyler ?)
Destroy rock ’n roll : Lenny Kravitz nous avait déjà fait le coup avec Rock ’n roll is dead (qui sentait le renfermé avec du sous-led-zep). On se dit : ouh, une arme de destruction massive. Et dans ce cas-ci c’est un peu le cas. Il s’agit d’une mise en sons d’un imprécation anti rock-n-roll-qui-pervertit-notre-belle-jeunesse. Rigolo et défoulatoire.
Guilty of love : pour l’introduction, j’ai tout de suite pensé à la musique des animations videos cheap... Ou alors c’est du millième degré et ça m’échappe.

Ressemble (en mieux tout de même) aux titres mous de Daft punk ou Cassius (Rikki). Un morceau comme Otto’s journey révèle bien l’ambivalence du propos : avec un volume poussé fort dans une voiture ça peut bien donner, mais si on s’imagine un montage video de vacances à deux balles ça cadre malheureusement aussi.

Il m’a fallu des années pour découvrir que Hundred days off d’Underworld est peut-être leur album le plus abouti. Peut-être que je suis un ignare. Mais je me suis fort ennuyé à l’écoute de Mylo. Même si une des grandes qualités reste la variété des climats plus apaisés ou plus nerveux. Ceci dit, pour moi c’est plutôt considéré comme musique de fond (pourtant, je promets avoir essayé ddes écoutes attentives). C’est un risque de toute façon assumé quand on pratique par intermittence un tel easy-listening. Et puis tout dépend de votre humeur. Bien disposé, c’est même amusant (on flaire souvent le second degré). Pas le messie annoncé mais pas non plus rédhibitoire. Ceci dit, ne s’impose que si vous avez déjà Magnus, Soldout et Miss kittin. ( M.)

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)