Accueil > Musique > 2010 > Blackie & the Oohoos - Blackie & the Oohoos

Blackie & the Oohoos - Blackie & the Oohoos

mercredi 3 novembre 2010, par Laurent

Joyeux cafard


Jusqu’il y a peu, j’avais le sentiment que 2010 s’était montré avare de spécialités du terroir. Le rock belge ne semblait pas avoir beaucoup d’émissaires à disperser sur la scène internationale et quand bien même, la modestie complexée qui entérine notre culture engendre cette perpétuelle retenue, l’impression que nos artistes ne sont pas à la hauteur. Aussi, à rebours d’un chauvinisme qui nous siérait mal, on a parfois tendance à sous-évaluer le potentiel de nos compatriotes. Force est pourtant de constater que cette année nous aura réservé quelques agréables surprises, en particulier ces derniers temps où nous parviennent diverses exhalaisons typiques : disques irréprochables mais sans additifs addictifs, productions naturelles garanties sans OGM. De l’artisanat, au fond.

Si j’envisagerai éventuellement plus tard de vous entretenir du retour d’An Pierlé, à qui on pense souvent ici, les anti-héros du jour s’appellent Blackie & the Oohoos. Un groupe dont tous les membres sont blancs et où les « oohoos » ne sont sans doute pas des cris de joie simpsoniens, mais bien les plaintes lugubres d’une paire de fantômes nostalgiques. Sur des titres en deux temps comme Loveboy ou Over Again, on les entend frotter leurs chaînes l’une contre l’autre, mais chaque fois la vie reprend ses droits et l’ambiance n’est jamais foncièrement morose : comme la diva nocturne qui joue sa sérénade dépressive dans un piano-bar et dont le visage s’illumine au moment où le détective fait son entrée.

Parce que les sœurs Loesje et Martha Maieu, flamandes francophiles (superbe plage cachée dans la langue d’Elio Di Rupo), sont des filles plutôt joviales dans la vie. Mais leur musique est indéniablement nyctalope, emprunte autant au hululement de l’effraie (Devil Child) qu’au hurlement du loup (Alone Again), bref tout ce qui fait « oohoo » avec la lune en point de mire. Dans son élégance soyeuse, la... fratrie – puisqu’aucun terme n’existe dans notre sexiste langue pour laisser le féminin l’emporter – évoque à tour de rôle le charme un peu lisse d’autres crooneuses du plat pays telles que Laïs ou Vaya Con Dios (You). Non, ne partez pas ! Au final, les roses noires de Blackie possèdent suffisamment de suc et d’épines pour toucher davantage aux fragrances acidulées d’Elysian Fields et Shivaree (Nemo).

Le caractère dominant, sur ce premier album maîtrisé, reste cependant associé aux nappes gentiment inquiétantes qui irradient l’introduction de Lovebirds, cette forme poétique de hantise adoucie au métallophone, ce jeu d’enfant à se faire peur pour rire. Plutôt que de chercher à s’engoncer dans une obscurité de façade, un spleen sans crédibilité, Blackie & the Oohoos nous invitent à une danse macabre régulièrement badine : c’est l’étrange tango de Mr Jack, une balade délicieuse au pays dont les revenants ne reviennent qu’en farandole. On ne sait où nos Anversoises sont allées attraper ce joyeux cafard mais, de toute évidence, il est franchement contagieux.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

2 Messages

  • Blackie & the Oohoos - Blackie & the Oohoos 3 novembre 2010 09:49, par mmarsupilami

    Bon, c’est pas pour faire de mon nez, mais je crois que la chouette effraie ne hulule pas, elle chuinte (un cri). Par contre, la chouette hulotte crie aussi (elle chuinte), mais surtout, elle hulule. Je te suggère pour mieux assimiler ces éléments en vue d’une prochaine chronique de t’exercer un peu avec le Papi. Cela permet d’ailleurs de constater que finalement, le hululement n’est guère si éloigné des cris de joie simpsoniens.
     :-DDDDD

    Quant à notre perpétuelle retenue, ben oui, je n’ai même jamais entendu parler de ces jeunes artistes qui habitent dans le même pays confetti que nous. Ce n’est pas peu dire ! Mais ta chronique répare ça et me donne envie de les écouter. Je vais les chercher.

    Ceci dit, si on parle "scène internationale", il y a un nouveau Ozark Henry. Pas écouté...

    repondre message

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce que musicalement, ça soutient mieux que la comparaison avec des Sivert Hoyem et dans le genre, il faut (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent logiquement relever le tout. Même s’il faut être honnête, c’est quand cette influence est la plus marquée (...)

  • Marble Sounds - Marble Sounds

    La douceur de Marble Sounds est un refuge qui ne nous a jamais déçus. Le versant moins folk de sa formation jumelle Isbells a sorti un cinquième album et la bande de Pieter Van Dessel garde la façon de rester intimes tout en étant amples et est remarquable.
    Sans surprisie, c’est toujours beau, fluide et éthéré. My Initial Intentions est même un instrumental. Et puis ils peuvent compter sur des mélodies fortes, qui peuvent se fredonner. Les morceaux restent courts mais proposent une progression (...)

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)