Accueil du site > Musique > Concerts > Sophia, Botanique, 29/10/2010

Sophia, Botanique, 29/10/2010

samedi 30 octobre 2010, par Marc

A la maison


Quand j’y pense, Sophia a vraiment agi comme un passeur pour moi. C’est grâce à lui que le principe de type tout seul à sa guitare peut être une source d’émotion intarissable. J’ai beau l’avoir un peu perdu de vue, avoir laissé passer un album ou l’autre (Technology Won’t Save Us), j’ai beau avoir découvert des alcools plus forts (disons, Shearwater ou Gravenhurst), il reste toujours des traces de cet attachement ancien.

Donc quand on apprend qu’il y aura un "Sophia At Home" à la Rotonde, on sait qu’il est temps de réserver des tickets, Robin Proper-Shepperd ayant une solide base d’amateurs dans son pays d’adoption.

Chemise noire, pantalon noir, chaussures blanches, la tenue de scène ne change décidément pas. Aucune première partie, ce qui est la constante de cette semaine de concert. Il éteint alors l’enregistreur à bandes qui jouait jusque là. Donc il existe sur bande une compilation de morceaux de Fleet Foxes, Band Of Horses, Blonde Redhead, The National ou Arcade Fire (ce que je mettrais sur une compile si j’en faisais).

Le ton est vite donné. Ce sera purement acoustique, avec un minimum de distorsion, dans une Rotonde qui est là pour partager un moment, remplie d’amateurs qui lui doivent sans doute tant.

Sans surprise, on retrouve des versions dépouillées et un album comme The Perfect Circle y passera presque en intégralité. Impossible de vous donner la setlist, tant ils sont nombreux les morceaux sur deux heures. Je me surprends aussi à connaitre presque toutes ces vignettes désolées, souvent pleines d’auto-appitoiement mais qui sont marquées au fer rouge dans un coin de ma mémoire. La sincérité suite, la vérité semble sortir de cette guitare malmenée.

Qui protestera en cassant une corde. Remplacée en direct, ce qui est un vrai contretemps, mais sert à encore augmenter la connivence entre nous et lui. Evidemment, on ne se refait pas, il y aura plein de plaintes sur lui-même, de morceaux interrompus brusquement parce que l’accordage foire, des excuses à rallonge et pas de rappels "parce qu’il ne le mérite pas ce soir". On pourra donc se quitter juste après un Jealous Guy qui lui va visiblement bien.

Plus près d’un artiste, de ses démons, de sa voix et de sa guitare, c’est difficile à trouver. Sophia était hier soir à la maison. Chez lui. Chez nous.

Plus d’images qui se ressemblent ici

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

2 Messages de forum

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0