Accueil > Musique > 2011 > As The Stars Fall - Redux EP

As The Stars Fall - Redux EP

mardi 18 janvier 2011, par Marc

Pourquoi choisir ?


Un bon petit EP de post-rock, ça vous tente ? Sans attendre une éventuelle réponse, entrons directement dans le commentaire d’As The Stars Fall. On ne cernera pourtant pas facilement ce groupe, même après un EP. Surtout après cet EP d’ailleurs, parce que ce trio français a choisi de ne pas choisir, de lancer des pistes dans plusieurs directions, et de les suivre toutes avec succès. Des clients d’une intro à grosse patate qui plaira aux tenants de 65 Days Of Static aux amateurs de post-rock à arpèges et roulement de batterie sur As Far As The Eye Can See (on peut citer Explosions In The Sky quand trouver des points de comparaison est un hobby), tout le monde trouvera son compte au fil des cinq titres présents ici.

Il faut dire d’emblée que la suggestion du jour n’est pas le début touchant d’un groupe qui se lance. Si c’est la première production du groupe en tant que tel, ses membres se sont aguerris dans une production hip-hop dont il ne reste que peu de signes détectables. Tout au plus peut-on la retrouver dans l’emploi de voix plutôt prolixes (Rejected) sur fond de claviers, l’absence de complexes à utiliser de discrets synthés trance ou la prééminence de la distorsion numérique (This Is Hell). Soyez prévenu, le son est particulièrement léché et travaillé.

Ce qui est bluffant c’est cette capacité à mêler sur un seul morceau plusieurs tendances. Fromage ou dessert, la cigale ou la fourmi, la bourse ou la vie, beat ou guitare, pourquoi choisir ? Certes, les amateurs de sensations émotionnelles fortes et de morceaux très longs en bouche pourront rester sur leur faim, mais si vous voulez de la montée, il y en a (un peu). Comme une lecture succincte de la pochette vous le confirmera (tous les noms de morceaux sont extraits du même texte), les ambiances évoquées ne respirent pas nécessairement la joie de vivre, mais l’énergie vient contrebalancer cette noirceur

Le post-rock n’est pas une musique où on va réclamer de l’exclusivité mais où on réclame de pouvoir ressentir, de vibrer. C’est pourquoi les prestations live, pourtant souvent peu spectaculaires, sont de formidables usines à sensations. Comme une bonne partie des premières œuvres, cette carte de visite d’As The Stars Fall sème beaucoup et montre une palette très étendue. C’est en tant que promesse que cet EP doit être envisagé, pour prendre la pleine mesure et apprécier les choix ou les mélangent qui vont s’imposer à eux, on prend rendez-vous sans faute.

http://www.asthestarsfall.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)