Accueil > Critiques > 2011

As The Stars Fall - Redux EP

mardi 18 janvier 2011, par marc

Pourquoi choisir ?


Un bon petit EP de post-rock, ça vous tente ? Sans attendre une éventuelle réponse, entrons directement dans le commentaire d’As The Stars Fall. On ne cernera pourtant pas facilement ce groupe, même après un EP. Surtout après cet EP d’ailleurs, parce que ce trio français a choisi de ne pas choisir, de lancer des pistes dans plusieurs directions, et de les suivre toutes avec succès. Des clients d’une intro à grosse patate qui plaira aux tenants de 65 Days Of Static aux amateurs de post-rock à arpèges et roulement de batterie sur As Far As The Eye Can See (on peut citer Explosions In The Sky quand trouver des points de comparaison est un hobby), tout le monde trouvera son compte au fil des cinq titres présents ici.

Il faut dire d’emblée que la suggestion du jour n’est pas le début touchant d’un groupe qui se lance. Si c’est la première production du groupe en tant que tel, ses membres se sont aguerris dans une production hip-hop dont il ne reste que peu de signes détectables. Tout au plus peut-on la retrouver dans l’emploi de voix plutôt prolixes (Rejected) sur fond de claviers, l’absence de complexes à utiliser de discrets synthés trance ou la prééminence de la distorsion numérique (This Is Hell). Soyez prévenu, le son est particulièrement léché et travaillé.

Ce qui est bluffant c’est cette capacité à mêler sur un seul morceau plusieurs tendances. Fromage ou dessert, la cigale ou la fourmi, la bourse ou la vie, beat ou guitare, pourquoi choisir ? Certes, les amateurs de sensations émotionnelles fortes et de morceaux très longs en bouche pourront rester sur leur faim, mais si vous voulez de la montée, il y en a (un peu). Comme une lecture succincte de la pochette vous le confirmera (tous les noms de morceaux sont extraits du même texte), les ambiances évoquées ne respirent pas nécessairement la joie de vivre, mais l’énergie vient contrebalancer cette noirceur

Le post-rock n’est pas une musique où on va réclamer de l’exclusivité mais où on réclame de pouvoir ressentir, de vibrer. C’est pourquoi les prestations live, pourtant souvent peu spectaculaires, sont de formidables usines à sensations. Comme une bonne partie des premières œuvres, cette carte de visite d’As The Stars Fall sème beaucoup et montre une palette très étendue. C’est en tant que promesse que cet EP doit être envisagé, pour prendre la pleine mesure et apprécier les choix ou les mélangent qui vont s’imposer à eux, on prend rendez-vous sans faute.

http://www.asthestarsfall.com

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)