Accueil > Critiques > 2004

REM : Around The Sun

jeudi 10 août 2006, par Marc


Il faut bien avouer que ces derniers temps, peu d’occasions de s’extasier s’étaient présentées. On mettait ça sur le compte de trop d’enthousiasme envolé. Alors, vous pensez, un REM, groupe de presque dinosaures, qui il y a deux albums (Up) à peine était au bord du split ...

La surprise n’en est que plus grande et plus belle dès lors. Car cet album est réellement lumineux. La première écoute séduit un peu, avant que les autres ne confirment qu’on a une des plus belles réussites de cette année.
Ce n’est pas un album qui vous fera slammer comme un fou furieux dans votre chambre (comme Monster par exemple). Que des titres lents donc, portés par des mélodies sans faille et un sens de l’épure très poussé. Car c’est bien dans cette sobriété pas austère pour un sou que REM se révèle vraiment intouchable, planant trente coudées au-dessus de la production actuelle. Le temps (presque 25 ans d’existence quand même) ne fait que renforcer cette formation. Et puis la voix de Michael Stipe est une des rares qui puisse transfigurer d’un Yeah-yeah un morceau pour une fois quelconque (The ascent of man). Tous les titres sont attachants, avec un coup de chapeau à l’attaque de refrain pas banale de Wanderlust et un petit bémol pour la fin rappeuse dispensable de pourtant très recommandable The outsiders sont les seules remarques valables que je vois.

Le mid-tempo est encore une fois à l’honneur et une écoute distraite peut faire croire à une certaine uniformité. On peut encore en 2004 faire de superbes choses avec une guitare acoustique et une basse (Final straw) et ne pas tenter à chaque coup le slow-de-la-mort.

Finalement, c’est au fond de sa sincérité que REM trouve le moyen de faire un album qui conviendra à tous. La digestion du 11 septembre par les Américains a été lente mais une fois que le pathos est passé, on retrouve sur le très bon Leaving New-York les ombres de Dylan, Patti Smith et autres.

C’est un album de REM qui casse mon ennui et me done envie de repartir à la découverte en sachant que je pourrai toujours y revenir. (M.)

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Iggy Pop – Every Loser

    Le fun perçu est une des mesures les plus pertinentes pur évaluer un album d’Iggy Pop. Si on l’a croisé récemment aux côtés de Catherine Graindorge, il revient avec un Every Loser qui convoque logiquement une belle pelletée de connaissances du rock ‘n roll (Duff McKagan de Guns ‘n Roses, Stone Gossard de Pearl Jam, Dave Navaro et Eric Avery de Jane’s Addiction’s, Chad Smith des Red Hot Chili Peppers et (...)

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins (...)