Accueil > Musique > 2010 > The Bewitched Hands - Birds and Drums

The Bewitched Hands - Birds and Drums

mardi 14 décembre 2010, par Marc

French glam


Idéalement, on devrait pouvoir s’extraire de toutes les contingences à l’abord d’un album. Mais ce n’est pas souvent possible. Précisons donc d’emblée que The Bewitched Hands (ils ont laissé tomber le On The Top Of Our Heads) est une formation de Reims qui s’exprime en anglais. Ce n’est évidemment plus incongru à l’heure où un Phoenix a un succès international et où des artistes aussi emballants que Syd Matters ou Sebastien Schuller viennent faire la nique aux clichés, mais montre une volonté d’ouverture au monde qui ne devrait pas se montrer réticent. Si toutefois le monde aime la musique bien faite, ce qui reste à prouver.

Dans le grand jeu des familles, on pense de toute façon très vite à des cousins canadiens, que cette liberté s’exprime dans la langue de Florent Pagny (enfin si on veut pour Malajube ou Karkwa) ou pas (Islands). Il manque peut-être un côté plus épique ou émouvant, mais ce n’est pas la voie qu’ils ont choisie. Ils ont d’ailleurs surtout choisi de ne pas choisir un genre prédéfini. On passe donc de l’ampleur psychédélique d’Happy With You au délire glam de So Cool (c’est là qu’on pense à Malajube). Et ils enchainent le proto-punk (n’oublions pas que le glam est un de ses précurseurs) de Cold à la simplicité pop et à l’entrain seventies de Work. Outre l’immédiat single radiophonique Sea, ils peuvent faire très simple (Out Of Myself), voire pratiquer un pop presque crétine mais réjouissante (Kings Crown). C’est un des deux effets possibles (l’autre étant l’exaspération).

Pris dans son contexte de groupe français, The Bewitched Hands est une sérieuse bonne surprise. Quand on décide d’ignorer cette finalement secondaire contingence géographique, cet album est d’une folie qu’on a déjà aimé chez quelques autres formations, souvent canadiennes. Au-delà d’un single radiophonique, il y a de la substance sur ce Birds And Drums, ce qui nous donne un album au parfum seventies (ils ne sont jamais que les 236èmes cette année) traversé par une envie communicative.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • The Bewitched Hands - Birds and Drums 14 décembre 2010 14:11, par Fred

    Comme d’habitude, je suis assez d’accord avec toi.
    Dans leurs morceaux les plus psychés, on pourrait aussi les rapprocher de Kasabian.

    Mais j’ai pourtant trouvé l’ensemble trop policé à mon goût. C’est peut-être ça aussi qui empèche le souffle épique attendu.

    repondre message

    • The Bewitched Hands - Birds and Drums 14 décembre 2010 17:21, par Mmarsupilami

      Très commun, non ? Si c’était anglo-saxon, ce serait dans le grand ventre mou...
      J’avoue que je vais l’écouter un peu plus, mais j’ai quelque problème à comprendre l’engouement de nos amis d’Outre-Quiévrain !

      repondre message

  • The Bewitched Hands - Birds and Drums 14 décembre 2010 19:05, par Spiroid

    Pour répondre à tout le monde, et à Marsu, c’est vrai que le groupe fait de la musique qui en soit n’a rien d’exceptionnel, mais j’ai été tellement agréablement surpris par la maitrise, la qualité et l’enthousiasme dont ils font preuve sur cet album que ça a été un coup de coeur. Un peu chauvin comme réaction, c’est certain, mais indéniablement sympathique comme album.

    Voir en ligne : http://tascapotosina.blogspot.com/2...

    repondre message

    • The Bewitched Hands - Birds and Drums 15 décembre 2010 09:53, par Marc

      Donc tout le monde s’accorde à trouver ça bon. Il m’a personnellement manqué une émotion que Malajube arrivait à ajouter à un morceau comme Etienne d’Août ou La Fin, mais je dois reconnaitre qu’ils passent facilement d’un genre à l’autre. Pas inoubliable, sans doute, mais prometteur (n’oublions pas que c’est un premier album).

      repondre message

      • The Bewitched Hands - Birds and Drums 15 avril 2011 15:08, par fusco

        Bonjour,

        Pierre Lescure reçoit dans son émission "Tôt ou tard", The Bewitched Hands de 13h30 à 17h30 le vendredi 29 avril 2011.

        L’enregistrement s’effectue à la Plaine Saint Denis, l’émission est totalement gratuite.

        Pour toutes inscriptions : idille-emissions.tv ou par téléphone au 01 41 31 85 85

        Voir en ligne : emission tv

        repondre message

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)